Magazine Culture

Derniers événements au Moyen-Orient et au Maghreb

Publié le 12 avril 2011 par Copeau @Contrepoints

Derniers événements au Moyen-Orient et au MaghrebEn Syrie, l’armée encerclait lundi Banias, ville côtière située à 280 km au nord-ouest de Damas, autour de laquelle des chars ont été déployés et où l’électricité a été coupée. Des affrontements dans cette ville aureaient fait dimanche au moins treize morts, dont quatre civils et neuf militaires pris en embuscade. Deux proches de l’ancien vice-président syrien Abdel-Halim Khaddam, entré en dissidence et qui vit en exil à Paris, ont été arrêtés à Banias. Par ailleurs, 190 personnes arrêtées lors de récentes manifestations dans la localité de Douma, à 15 km au nord de Damas, ont été libérées.

Ay Yémen, Ali Abdallah Saleh s’est dit lundi prêt à un transfert pacifique du pouvoir, sans accepter formellement un plan de sortie de crise proposé par les monarchies du Golfe et prévoyant à terme son départ. Le texte ne dit pas si le président accepte de se démettre, comme le prévoit l’initiative des pays du Conseil de coopération du Golfe. Des milliers de personnes ont manifesté lundi à Sanaa pour réclamer à nouveau le départ de Saleh. Une manifestation similaire a eu lieu à Hodeïda, sur la mer Rouge. Le ministère de la Défense a annoncé que onze combattants d’Al-Qaïda, dont deux non-Yéménites, avaient été tués par l’armée dans des combats dans le sud du Yémen qui ont aussi coûté la vie à deux soldats.

En Égypte, le Premier ministre, Essam Charaf, a dit lundi sa tristesse après les violences qui ont fait un mort et des dizaines de blessés samedi sur la place Tahrir au Caire lorsque la police militaire a tenté de disperser une manifestation. Une cour militaire égyptienne a condamné un blogueur à trois ans de prison pour avoir critiqué les forces armées, premier jugement de ce genre depuis que le pays est dirigé par un collège de généraux après la chute de Moubarak. Ce dernier fait face à une pression croissante pour qu’il soit traduit en justice.

En Libye, la rébellion a rejeté le plan de l’Union africaine, se disant opposée à toute initiative ne prévoyant pas le départ de Kadhafi. Seif al-Islam, fils de Kadhafi, a déclaré que parler du départ de son père du pouvoir était « vraiment ridicule ». La délégation de l’UA était arrivée lundi à Benghazi après s’être entretenue la veille à Tripoli avec le colonel Kadhafi, qui avait accepté la feuille de route. Ce plan prévoit la cessation immédiate des hostilités, un acheminement facilité de l’aide humanitaire et le lancement d’un dialogue entre les parties libyennes en vue d’une transition.

En Tunisie, Slah Ben Ali, l’un des frères du dictateur déchu Zine El Abidine Ben Ali, a été arrêté. Par ailleurs, Mohamed Ghariani, secrétaire général du Rassemblement constitutionnel démocratique, le parti de Ben Ali, a été arrêté lundi sur ordre d’un juge d’instruction.

Le Bahreïn, agité par un mouvement de contestation à majorité chiite, a expulsé 16 Libanais, dont 14 de confession chiite. Le ministère de l’Intérieur a annoncé que 86 détenus arrêtés au cours des manifestations qui ont secoué le royaume de la mi-février à la mi-mars avaient été libérés.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Copeau 583999 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte