Magazine Education

Philippe Meirieu, fossoyeur de l’école républicaine, apôtre de la macdonaldisation des esprits

Publié le 18 avril 2011 par Veille-Education

Philippe Meirieu, ex-directeur de l’IUFM de Lyon et grand défenseur des thèses pédagogistes, est tête de liste Europe Ecologie pour les Régionales en Rhône-Alpes. Mais des militants de gauche attachés à l’Ecole républicaine, comme Anne Frémaux, professeur de philosophie, ne pourront voter pour lui. Elle s’en explique.
Je suis enseignante depuis 8 ans, professeur de philosophie. J’ai eu l’occasion, notamment au cours de l’élaboration de mon mémoire de titularisation, de rencontrer les écrits de Philippe Meirieu, lui-même philosophe de formation, et de prendre connaissance du combat qui l’a opposé, au sujet de l’éducation, à ceux qu’on appelle les « républicains » (pédagogistes versus républicains).

Or, M. Meirieu, ex-directeur de l’IUFM de Lyon, professeur de « sciences de l’éducation » a été désigné comme tête de liste d’Europe Ecologie en Rhône -Alpes, à l’initiative des frères Cohn Bendit (qui, peu regardants, ont même été jusqu’à exhumer, en Alsace, Antoine Waechter un vieil écolo de droite, que Mitterrand avait fait monter dans les années 90 pour contenir le mouvement écologiste sur sa gauche…).

Macdonaldisation de la pensée
Philippe Meirieu peut être considéré comme l’introducteur, en France, des nouvelles pédagogies importées des Etats-Unis et dont la dangerosité a déjà été analysée par Hannah Arendt dans les années 60 (voir à ce sujet La crise de la culture).

L’idée est la suivante : pour faire face à la massification de l’enseignement, il faut une « massification » de la culture. Les enfants des milieux populaires n’étant pas jugés aptes à bénéficier d’une culture traditionnelle, « classique » (qui sera donc dédiée aux élites), il faut leur réserver un apprentissage adapté à leur milieu social et à leur niveau. P. Meirieu eut à ce sujet cette phrase malheureuse qu’il dit ensuite avoir regrettée : « les enfants des classes populaires peuvent très bien apprendre le Français dans des notices d’utilisation » .

Véritable Macdonaldisation de la pensée, cette idéologie a été accompagnée d’un changement de vocabulaire dont la dangerosité n’a d’égal que son imbécillité : ainsi un élève n’est plus un « élève » mais un « apprenant » (dimension active censée masquer la réelle inertie du dit-élève), un ballon n’est plus un ballon mais un « référentiel bondissant », un « stylo» est devenu un « outil scripteur », autant de mots savants censés donner une légitimité scientifique à des experts ès éducation (sciences de l’éducation) qui n’ont jamais vu un « apprenant » de leur vie.

Le savoir sacrifié
L’apprenant, grâce à P. Meirieu, grand fondateur des IUFM, proche de Allègre et de Jospin (cf. loi d’orientation de 1989) est placé « au centre du système éducatif », prenant la place du savoir et de la culture (moyen, au passage, de culpabiliser les enseignants qui, jusque là, il est vrai, n’avaient pas considérer leurs élèves comme destinataires de leur savoir, n’est-ce pas ?!!)

L’école n’est donc plus un lieu de « transmission du savoir » (le savoir étant considéré comme rébarbatif comme tout ce qui a trait à la contrainte éducative) mais un « lieu de vie » où nos jeunes sont censés s’épanouir de façon ludique – d’où les recommandations faites aux jeunes enseignants dans les IUFM de ne plus les corriger en rouge et de ne plus évoquer devant eux ce mot tabou qu’est le « travail ».

Il s’agit de laisser croire que tout peut s’obtenir sans effort, de façon agréable, que tout peut être consommé. C’est à l’enfant, dès lors, qu’il appartiendra, quasiment par ses propres moyens (puisque le prof n’est plus doué d’autorité pédagogique), de redécouvrir le savoir accumulé au fil des siècles…Vaste fumisterie…

Exit donc l’effort, la discipline, les estrades, le par cœur, les classiques, les cours magistraux…Bienvenue le ludique, les romans de gare étudiés en classe, la disposition de classe en U pour faire plus « cool », l’interactivité (c’est-à-dire les cours transformés en café du commerce…) et les TIC (technologies de l’information et de la communication : vaste programme présenté comme un sésame qui consiste à mettre les élèves devant des ordinateurs ou des films au lieu de faire cours…)…

L’ascenseur social en panne
Un cours réussi est un cours où l’enseignant parlera le moins possible, qu’on se le dise ! Le prof est conçu comme l’animateur (terme qui figure dans les textes officiels) d’un grand foutoir organisé destiné à satisfaire l’envie de plaisir et de jouissance des élèves (qui, en théorie, sont « naturellement » disposés à s’enrichir intellectuellement…Sorte de théorie du « bon sauvage » appliqué aux enfants).

Et pour clôturer le tout, on laissera aux parents le soin de décider des passages dans les classes supérieures et on s’efforcera de supprimer toute forme d’autorité et de sanction, dans les établissement scolaire de seconde zone afin que la diffusion du savoir y soit rendu impossible (les établissement d’élite ayant, bien entendu, des régimes particuliers : on continue à y enseigner le grec, le latin, l’allemand, et bientôt l’histoire…autant de matières abrogées dans les autres).

Le hic, bien sûr, c’est que le savoir est toujours nécessaire pour accéder aux postes à responsabilité et son acquisition n’étant plus permis par l’école, seuls ceux qui, socialement, en disposent chez eux, peuvent espérer y parvenir. Les classes moyennes les plus modestes sont donc les premières victimes de ce déclassement organisé (les classes populaires n’y ayant jamais eu vraiment accès sauf de façon marginale). D’où le sentiment de malaise et la peur grandissantes que ressentent ces foyers au sujet de l‘avenir de leurs enfants.

On pourra ensuite, toujours s’étonner que l’ascenseur social ne fonctionne plus et vouloir, pour y remédier, obliger les grandes écoles à diminuer le niveau de leur concours pour une minorité au nom de la discrimination positive.

Elever le niveau
On remarquera qu’il s’agit là de prendre le problème à l’envers. Que diriez-vous, plutôt, d’élever le niveau des classes populaires à celui des classes bourgeoises grâce à un enseignement de qualité que sont parfaitement capables de dispenser les profs de notre pays (très bien formés !!!).

Mais bientôt, le niveau des profs (suppression des concours et réforme des méthodes de recrutement) sera aligné sur celui des élèves, ce qui supprimera toute velléité de dissidence encore trop prononcée chez des profs trop bien formés et donc mécontents de l’écart qu’ils voient se creuser entre ce qu’ils pourraient faire et ce qu’on leur demande de faire : la droite libérale ne fait qu’achever le programme socialiste mis en œuvre via Allègre et Meirieu depuis 1989.

La méthode promue par Meirieu a tout simplement rendu tout enseignement impossible dans les nombreux établissements où elle été mise en application : selon la formule de Liliane Lurçat (Vers une école totalitaire ? Guibert, 1998), le pédagogisme est une méthode anti-intellectuelle qui organise la destruction des intelligences et qui accuse d’élitisme toute forme de transmission de savoir.

L’élitisme pour tous
Pour ma part, je remercie l’école « élitiste » d’avoir permis à ma mère, sortie de l’école à 13 ans, de maîtriser parfaitement sa langue maternelle et d’avoir pu, grâce à cela, exercer avec dignité le métier de secrétaire que beaucoup de nos bac + 2 actuels seraient incapables de faire en raison de leurs faiblesses syntaxiques et orthographiques.

Je remercie, pour ma part, mon institutrice de campagne d’avoir eu une conception « élitiste» de l’enseignement ainsi que tous mes enseignants de collège et de lycée de banlieue populaire car ils m’ont ainsi permis d’accéder aux plaisirs de l’apprentissage et de la culture. Avec un Philippe Meirieu aux commandes, je n’aurais certainement pas eu cette chance…

Soyons clairs : l’idéologie pédagogique de P. Meirieux est en grande partie responsable des dysfonctionnements et de la violence que nous rencontrons aujourd’hui à l’école. Pour ceux qui ne sont pas convaincus de la nocivité des méthodes pédagogistes, je conseille le visionnage du film, malheureusement trop peu diffusé, « La journée de la jupe » (avec I. Adjani), dans lequel on peut dire que Meirieu est le principal mis en cause.

Quoiqu’il en soit, pour moi qui suis une républicaine de gauche, fervente partisane de services publics de qualité dont l’école est l’un des emblèmes, ce candidat ne saurait être le mien…
Source


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Veille-Education 270 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines