Magazine Culture

Site archéologique de Joya de Cerén - El Salvador

Publié le 18 avril 2011 par Quiricus
Site archéologique de Joya de Cerén - El SalvadorJoya de Cerén offre un témoignage remarquable sur la vie quotidienne d'une communauté agricole méso-américaine dans le courant du VIe  siècle, sans parallèle connu dans toute cette région culturelle. Comme Pompéi et Herculanum en Italie, cette communauté de fermiers préhispanique a été enfouie lors d'une éruption volcanique, vers 590 apr. J.-C. Si un tremblement de terre, en avertissant ses habitants du danger, leur a apparemment donné le temps de fuir, les cendres ont conservé leurs biens personnels : leurs outils de jardinage et leurs pots remplis de fèves, leurs matelas et leurs objets de culte, en arrêtant la chronologie du village à cet instant précis. En raison de ses exceptionnelles conditions de conservation, le site offre un aperçu de la vie quotidienne des peuples d'Amérique centrale qui travaillaient la terre à cette époque.

Vers 200 apr. J.-C., les parties centrale et occidentale du territoire moderne de la République d'El Salvador ont été enfouies sous d'épaisses couches de cendres volcaniques crachées par le volcan Ilopango. La région fut alors abandonnée, si bien que l'évolution culturelle de la période maya préclassique y fut interrompue pendant plusieurs siècles, jusqu'à ce que la couche de cendres se soit transformée en un sol fertile.
La zone ne fut réoccupée que vers 400, et le site de Joya de Cerén a été fondé avant la fin du VIe  siècle. Les fouilles étant toujours en cours, nous ignorons encore s'il s'agissait d'un petit village ou d'une agglomération plus étendue. Les structures mises au jour invitent à penser que ses habitants étaient des fermiers.
Peu après, vers 600, Joya de Cerén fut détruite par une éruption de la caldeira de Loma, située à moins de un kilomètre de distance. Bien que l'éruption n'ait affecté que quelque 5 km2 , elle recouvrit complètement cette zone sous 5 à 7 m de cendres volcaniques.
Le site a été découvert au cours de la construction de silos à grain gouvernementaux, en 1976, lorsqu'un bulldozer rencontra fortuitement un édifice construit en argile. Les fouilles, menées sous la direction de Payson D. Sheets (Université du Colorado) en 1978 et 1980, furent interrompues par la guerre civile. Reprises en 1988, elles ont continué depuis.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Quiricus 565 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte