Magazine France

Pourkoi il fo soutenir Skyrock (ki é tro bi1 !)

Publié le 19 avril 2011 par Bravepatrie

Toujours à l’écoute du terrain et sensible aux cultures urbaines contemporaines lorsqu’elle sont correctement récurées le président a été choqué par l’affaire Skyrock. A un an de la prolongation de son mandat, le président sent bien que son corps électoral change. C’est peut être normal mais comme disait DJ Christ : ce n’est pas le moment de se laver les mains. Aussi a t il décidé d’apporter son soutien à Skyrock.

A l’origine de cette affaire rien de choquant pourtant : AXA Private Equity le fonds d’investissement majoritaire dans le capital de la radio trouve que son niveau de profitabilité n’est pas assez élevé. Comme il n’est pas possible de délocaliser, il faut faire comme avec la gangrène du Pépé : couper pour garder le bon morceau et vendre l’autre bout. Une opération bénigne (comme la gangrène de Pépé au début) pratiquée tous les jours dans la France moderne et qui permet en plus de vivifier le corps social en lui rappelant que nul n’est à l’abri du chômage.

Dans sa forme la plus épurée, le rap promeut une éthique de l’abstinence.">

Dans sa forme la plus épurée, le rap promeut une éthique de l’abstinence.

">

Dans sa forme la plus épurée, le rap promeut une éthique de l’abstinence.

">
Vie des jeunes

Dans sa forme la plus épurée, le rap promeut une éthique de l’abstinence.

Du coté de Skyrock, le top management désapprouve cette solution qui ne permettrait pas un Price Earning Ratio en phase avec la valorisation effective du groupe. Autant dire que c’est grave, car Skyrock n’est pas n’importe quelle radio.

Délaissant le bo-bo souvent ingrat, Skyrock s’est positionnée avec succès sur le segment des gogos. Le gogo c’est ce jeune qui -a l’image de notre président- s’est définitivement mis à l’abri de la princesse de Clèves en particulier et de la langue française en général. Comme le bonobo, le gogo a une culture qu’il exprime avec ses mots à lui ce qui est souvent rigolo (mais moins attendrissant que chez les bonobos).

Le gogo écoute du R’n’B et du rap. Le rap est ce genre musical qui place l’auto-entreprenariat -option colt 45- au cœur de la vie du jeune en mettant en avant les vrais marqueurs sociaux de la réussite : la thune et les meufs. Un tel programme ne peut naturellement pas laisser insensible un homme comme notre Président qui, lui aussi, s’est fait tout seul en banlieue.

Dans la lignée de la geste présidentielle, Skyrock a su innover. Sur Q1, le groupe rassemble 4 millions de gogos sur les ondes et plus de 33 millions de blogs souvent écrits avec les tripes des auditeurs (ce qui ne laisse pas indemne l’estomac et les sphincters du lecteur).

Le format des émissions permet de promouvoir la culture sous un angle ludique.">

Le format des émissions permet de promouvoir la culture sous un angle ludique.

">

Le format des émissions permet de promouvoir la culture sous un angle ludique.

">
Activités culturelles

Le format des émissions permet de promouvoir la culture sous un angle ludique.

Comme le Président, Skyrock a su capitaliser sur les gogos et prouve qu’on peut s’adresser a n’importe quel public avec 200 mots de vocabulaire et quelques idées simples. Face à la fort peu cordiale attaque d’Axa Private Equity, les fans de Skyrock ont vivement réagi et déclarent unanimement qu’« on va leur kc la guel a cé batars ».

D’autres auditeurs dissimulent mal une certaine exaspération et affirment que si les « keums d’Axa la pute » importunent « Sky » ils envisagent de s’en prendre personnellement à l’intégrité génitale de la mère du fond de pension.

Dépêchées sur place, les troupes présidentielles ont réaffirmé leur soutien et déployées des arguments forts. Benjamin Lancar s’offrant une visite impromptue « en sortant du taff » a affirmé qu’il était jeune lui aussi. Rama « Black P » Yade a rappelé que si elle avait été pauvre et inculte elle aurait voulu être Diams (mais « en plus bonasse quand même » a t elle précisée). Quant à Fredo « Mito » Mitterrand (7-5 en force), il a souligné l’appétence particulière qu’il avait pour ce média « positivement kiffant » ce à quoi le célèbre Difool, reprenant un de ses thèmes favoris, a répondu que lui aussi il « voulait faire caca ».


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bravepatrie 83 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte