Magazine Football

Milan : la force et l’harmonie du groupe

Publié le 19 avril 2011 par Passionacmilan

Van BommelIl n’est plus à démontrer que dans le football, la force et l’harmonie d’un groupe sont deux valeurs à la base de chaque grande victoire. Cette année, l’AC Milan compte énormément sur ces valeurs, à l’image d’Allegri qui n’hésite pas à qualifier ceux qui jouent moins comme « plus importants que les titulaires indiscutables ». Allegri aime le dire et le répéter mais cela ne l’empêche pas d’ignorer mystérieusement de nombreux joueurs de l’effectif. Des 31 joueurs, il a préféré construire une base très solide autour de 15-17 joueurs mais finalement, tous sont importants.

Allegri a approfondi ce concept après la défaite de Napoli contre l’Udinese : « Si on gagne le Scudetto, ce sera celui du collectif, pas celui de Ibra ou de ceux qui jouent tout le temps mais aussi le Scudetto de gars comme Oddo ou Jankulovski qui a joué trois supers matches quand on en a eu besoin. Ce serait aussi le Scudetto de Strasser qui a marqué un but décisif à Cagliari, de Inzaghi qu’on attend, bref, le Scudetto de tout le monde » Yepes est du même avis : « Je crois que dans une équipe, ceux qui jouent moins sont au moins aussi important parce qu’ils sont unis au groupe alors que ce n’est pas toujours de garder le moral sans jouer, je le dis par expérience. » Il est un des plus grands exemples de cette force de groupe cette saison. Arrivé gratuitement et accueilli pratiquement avec mépris par les tifosi, Mario Yepes a prouvé sa valeur. L’absence de Nesta a été fatale au Milan de Leonardo. Cette année, Allegri peut compter sur ce Colombien de 34 ans qui remplace dignement le sénateur romain. Il ne fera jamais la différence comme Ibra, il n’enflammera jamais la foule comme Pato mais Yepes mérite le respect pour ce qu’il a apporté à l’équipe cette saison. C’est un travailleur humble et silencieux, un des jokers d’Allegri, une carte à jouer quand on en a besoin et qui ne déçoit jamais.

Voilà la recette du Milan d’Allegri : les joueurs changent mais le résultat reste identique. Le grand effectif mis à disposition par la société a permis à Mister Max de conserver une équipe compétitive malgré les nombreuses difficultés de la saison. Sans Nesta, Pirlo, Pato ou Ibrahimovic, Milan est resté en tête du classement. Tout cela est le mérite de l’entraineur et de la l’union de cette équipe autour d’un même objectif.

La force du groupe a permis à l’équipe de s’en sortir malgré une saison très difficile sur le plan des blessures. Milan a dû se passer de la totalité de son milieu de terrain simultanément, Pirlo pratiquement toute la saison, Ambrosini une grande partie, Boateng durant trois mois, Seedorf était en grande difficulté : tout cela souvent simultanément… Le premier match de l’année 2011 en est l’exemple le plus frappant avec une victoire très difficile, signée Strasser, sans oublier Sampdoria – Milan en Coupe d’Italie avec un milieu de terrain composé de Thiago Silva, Emanuelson et Van Bommel (arrivé la veille à Milan et sans aucun entrainement). Thiago Silva a du se transformer plusieurs fois en playmaker devant la défense pour faire face à la situation d’urgence (même s’il n’aime pas jouer comme milieu).

En attaque, Inzaghi s’est procuré une blessure très grave, Pato a également raté une grande partie de la saison et l’équipe a même du se passer de Ibrahimovic aux moment les plus importants de la saison, lui qui semblait pourtant fondamental pour cette équipe « Ibra-dépendante ». Avant de s’imposer comme titulaire, Robinho s’est fait remarquer avec quelques entrées décisives en début de saison. Les arrivées de Cassano et Van Bommel en janvier ont été cruciales. L’attaquant italien a été décisif de nombreuses fois en entrant en cours de jeu alors que Van Bommel a imposé sa force tranquille devant la défense malgré la difficulté de devoir remplacer un des meilleurs milieu de terrain du monde et en guidant l’équipe avec grande expérience. Legrottaglie a joué quelques minutes, quand la situation de l’infirmerie était vraiment critique.

Mais certains cas restes difficiles à comprendre. Pourquoi Emanuelson n’est pas pris en considération? Où est passé Didac Vilà? Deux mystères. Sokratis Papastathopoulos a énormément déçu Allegri et les dirigeants : il avait été recruté comme première alternative au duo Nesta – Thiago Silva mais ses prestations plus que moyennes ont rapidement poussé Allegri à l’écarter et le considérer comme dernier choix, derrière Yepes, Bonera et même Legrottaglie. Ils font partie des « oubliés » ou des « ignorés » d’Allegri qui a tout de même dit quelques mots sur le jeune défenseur espagnol : « Didac vient de la Liga, il doit apprencre le Calcio et ce n’est pas facile en quelques mois, surtout dans un moment délicat comme celui-ci. Il est très jeune et aura une bonne carrière« . Cela reste toujours très vague. Pour le reste de l’effectif, rien d’étonnant : Oduamadi n’a pas disputé une seule minute de Serie A vu la concurrence en attaque contrairement à Strasser qui a été décisif, Merkel a été utile durant quelques rencontre avant de disparaitre brusquement lors des retours des milieux importants.

Malgré toutes les difficultés, Milan s’en est sorti et s’approche toujours plus du Scudetto grâce à la force du groupe, grâce à ces joueurs souvent oubliés ou peu considérés qui ont apporté leur pierre à l’édifice : Oddo avec deux assists contre Napoli, Merkel toujours très généreux malgré ses limites physiques, Amelia malgré ses 3 défaites européennes et ses 2 matches nuls en Serie A avant de découvrir la joie de la victoire contre la Sampdoria et même Jankulovski qu’on ne considérait même plus comme un joueur de foot a joué quelques bonnes rencontres avant de se blesser gravement. Sans oublier Flamini, bucheron sur le terrain mais toujours prêt danser quelques pas de samba avec son pote Robinho. Tous, on été utile à l’équipe. Il reste la dernière ligne droite à parcourir et malheureusement, Pato est blessé (3 semaines) et Ibrahimovic est suspendu (encore 2 matches?). Milan fait face à une autre phase de la saison : Robinho et Cassano devront s’occuper de l’attaque (bien aidés par Boateng et Seedorf), Allegri a exclut tout changement tactique (« Ce serait de la folie à 5 matches de la fin de la saison« ). En Coupe d’Italie, Ibrahimovic devra faire la différence mais on pourra également voir des joueurs moins utilisés dernièrement comme Amelia, Emanuelson, Flamini et Antonini. Pirlo et Cassano seront également titularisés. On pourrait voir également le jeune Beretta au moins sur la liste des convoqués pour le match à Brescia mais on attend donc avec impatience le retour de Super Pippo, le joker par excellence. Il va revenir très bientôt (Milan – Bologne normallement), on rêve tous le voir inscrire le but décisif du Scudetto.

Article rédigé par admin
Nombre de lecture(s) : 93


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Passionacmilan 14513 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines