Magazine Environnement

FUKUSHIMA: L’urgence est à la collecte de cellules souches du sang – The Lancet

Publié le 19 avril 2011 par Santelog @santelog

FUKUSHIMA: L’urgence est à la collecte de cellules souches du sang  – The LancetProlonger le temps de travail des travailleurs du nucléaire dans les zones fortement radioactives de la centrale nucléaire de Fukushima a été permis par le relèvement du seuil d'exposition tolérable, de 100 mSv par an à 250 mSv par an, sur simple décision du gouvernement japonais, nous explique cet article de chercheurs de l'Institut du Cancer japonais et de l'Université de Tokyo, publié dans l'édition du 18 avril du Lancet. Car depuis le tsunami de mars dernier et l'inondation de la centrale nucléaire, ce sont des centaines de travailleurs du nucléaire qui se sont relayés, dans des zones à radioactivité très élevée, pour enlever l'eau radioactive des composés nucléaires et redémarrer puis surveiller les systèmes de refroidissement. Les scientifiques alertent aujourd'hui sur la nécessité et l'urgence de la collecte de cellules souches hématopoïétiques (Visuel ci-contre) autologues qui seront indispensables en cas d'accident d'exposition.


Le 12 avril, l'Agence japonaise de sûreté nucléaire relevait le niveau de gravité de l'accident nucléaire au plus haut niveau, 7, celui de la catastrophe de Tchernobyl en 1986 dans l'ex-Union soviétique. Les auteurs alertent donc aujourd'hui sur la nécessité de prévoir des scénarios sanitaires possibles à Fukushima et à préparer les professionnels et les services de santé à prendre en charge les cas d'exposition accidentelle à un rayonnement élevé, une nécessité qui peut se prolonger durant des mois ou des années.


Généralement, les cellules à division rapide, tels que les cellules de l'intestin et les cellules hématopoïétiques, sont plus vulnérables aux radiations. Ainsi, 3 travailleurs la centrale de Fukushima, ont été exposés accidentellement, le 24 mars à un rayonnement localisé alors qu'ils se tenaient dans de l'eau contaminée. Si cet incident n'a pas causé à ce jour de blessures graves, il est clair pour les auteurs que le syndrome hématopoïétique peut se produire bien après l'exposition. Alors, si les cellules hématopoïétiques ne sont pas complètement endommagées, la phase de récupération peut être améliorée par l'utilisation de facteurs de croissance hématopoïétiques.


En cas d'exposition aux rayonnements de plus de 5 Gy, le sauvetage des cellules souches hématopoïétiques est essentielle. Cependant, une allogreffe de cellules souches a des limites importantes, telles que l'échec de la greffe ou son rejet ou encore une grave immunosuppression après la transplantation.


Collecter et socker des cellules souches hématopoïétiques autologues (CSHA): Dès le 25 mars, les scientifiques ont proposé la collecte et le stockage de cellules souches hématopoïétiques autologues (CSHA) pour les travailleurs du nucléaire de Fukushima en cas d'exposition à une radiation accidentelle majeure. Ce système a plusieurs avantages, précisent les auteurs:


·   Tout d'abord, une autogreffe de cellules souches périphériques ne cause pas de réaction du greffon contre l'hôte (GVHD pour graft versus host disease).


·   Ensuite, il ne nécessite pas d'immunosuppresseurs, qui rendent les patients plus sensibles aux infections sévères.


·   Troisièmement, les cellules souches hématopoïétiques autologues peuvent induire une récupération hématopoïétique plus rapide.


·   Enfin, ces cellules souches autologues sont faciles à stocker par cryoconservation


·   et la sécurité à terme de cette procédure de collecte de cellules souches périphériques est confirmée sur un plan clinique.


Des limites pourtant : La transplantation de cellules souches hématopoïétiques n'est pas non plus une stratégie parfaite pour traiter les victimes de radiations, car elle peut traiter les blessures de la moelle osseuse mais pas celles d'autres tissus, tels que le tractus gastro-intestinal, la peau ou les poumons. Les effets indésirables liés à l'administration de médicaments nécessaires à la procédure sont lourds, même pour des personnes en bonne santé.


Fin mars 29, la Japan Society for Haematopoietic Cell Transplantation a publié un communiqué informant que "107 équipes de transplantation étaient sur les lieux pour recueillir et stocker des cellules souches hématopoïétiques pour les travailleurs du nucléaire”. D'autres organisations et plus de 50 hôpitaux européens seraient également à pied d'oeuvre malgré l'opposition de plusieurs expertsà cette stratégie.


Les raisons invoquées pour ne pas avoir recours à cette stratégie? La charge physique et psychologique pour ces travailleurs du nucléaire et l'absence de consensus parmi les organismes internationaux faisant autorité…


Le processus de fermeture des réacteurs de Fukushima prendra des années, avec un risque d'accumulation d'exposition croissant. Les auteurs alertent donc sur la nécessité de renforcer la collecte de CSHA, quel que soit le coût ou les oppositions de caractère politique.


Source: The Lancet Early Online Publication, 18 April 2011doi:10.1016/S0140-6736(11)60519-9 “Safety of workers at the Fukushima Daiichi nuclear power plant


FUKUSHIMA: L’urgence est à la collecte de cellules souches du sang  – The Lancet
Accéder aux dernières actualités sur les Radiations


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte