Magazine Environnement

Le tramway revient au galop dans nos agglomérations

Publié le 19 avril 2011 par Sequovia

1TramwaySous l’impulsion du Grenelle Environnement et de ses objectifs en matière de transport durable,  les Rémois ont assisté, samedi dernier,  à l’inauguration de leur nouveau tramway desservant 23 stations sur une distance de 11,5 kms. Subventionné à hauteur de 43,5 millions d’euros par l’Etat, sous l’initiative du Grenelle, le projet concrétise l’entrée en vigueur du 1er tram par le biais de ce cadre législatif. Angers se mettra également sur les rails en juin prochain, suivi de très près par les villes de Brest et Dijon pour lesquelles le chemin de fer urbain sera inauguré à l’horizon 2012.
 

  • L’agenda du Grenelle

Les transports collectifs en site propre (TCSP) sont une des priorités du Grenelle pour développer des transports durables et respectueux de l’environnement dans les agglomérations. Dans le cadre de ce dispositif législatif, l’Etat s’est engagé à multiplier par cinq le kilométrage des réseaux de TCSP, hors de l’Ile-de-France, le faisant ainsi passer de 329 kilomètres à 1 800 kilomètres. Le premier appel à projet, lancé en 2008, une participation financière de l’état de 810 millions d’euros pour cofinancer 52 projets, menés par 38 collectivités. Un deuxième appel à projets pour le développement des TCSP a été lancé en mai 2010 avec 80 candidatures reçues. Deux cent cinq kilomètres de lignes de tram vont voir le jour dans les villes françaises d’ici à 2014.

  • Une revanche bien méritée

Dans les années 1970, le tramway se voit évincer des transports urbains au profit du bus et de l’automobile. Aujourd’hui, le voilà de nouveau sur le devant de la scène pour des raisons écologiques cette fois. Nombreux sont ceux qui restent perplexes face à cette affirmation. En effet, l’installation du tram en agglomération représente des années de travaux, incluant poussière, bruit, embouteillage… Les villes de Lyon, Paris ou Bordeaux pourront en témoigner. Cependant, les experts sont formels : sur le long terme, le tramway reste le transport en commun le moins polluant. Il n’émet pas de gaz à effet de serre ni de particules toxiques. Autre atout essentiel de ce mode de transport : sa faible nuisance sonore, contrairement aux bus et aux métros. D’autres avantages sont reconnus à ce mode de transport doux : le désengorgement des transports en commun et l’influence positive sur l’aménagement urbain via l’intégration de pistes cyclables ou encore d’espaces verts.

2Tramway
Le tramway de Reims Métropole dispose d’une particularité qui devrait égayer le centre ville et la vie de ses habitants. En effet, le projet se veut haut en couleur grâce à la mise en place d’une gamme de trams composée de 8 couleurs, concept exclusivement créé par le designer Ruedi Baur pour Reims Métropole.

  • Un paysage urbain embelli

Si les critiques vont bon train concernant l’empiètement du tramway sur les voies automobiles, il en est de même lorsque l’on aborde la question de l’esthétisme urbain. Pour beaucoup le tram s’illustre par l’installation de câbles électriques d’alimentation, qui se fondent généralement très mal dans le décor. Utilisée dans les années 1950, l’alimentation par le sol n’avait pas réussi à convaincre les designers qui ont longuement utilisé l’alimentation par voie aérienne pour des raisons de fiabilité. Développé à Bordeaux, et retenue récemment à Angers, l’alimentation par le sol a su faire ses preuves. Reims est la 3eme ville de France à choisir ce mode innovant et parfaitement sécurisé et parfaitement sécurisé qui allie esthétique, technologie et fiabilité.

Au-delà de cet aspect technique, la ville de Reims a également prévue la création d’une « ligne verte » au sein même de l’agglomération avec la plantation de 100000 m² de gazon et près de 2500 arbres.

  • Avis de Sequovia

L’émergence des transports durables au sein de nos agglomérations a pour objectif de diminuer les émissions de CO² et de désencombrer le trafic routier, en sensibilisant les français à la conduite du changement par l’installation de modes de transport rapides, confortables et doux pour l’environnement. Renoncer au confort de la voiture ne sera plus un supplice dans le cas où les efforts seront concentrés sur le confort, l’accessibilité et la fiabilité des installations ferroviaires. L’effervescence relative à la mise en place de transports doux s’accompagne de la chasse aux véhicules polluants dans les centres-villes des grandes agglomérations. Les premières mesures devraient prendre effet à compter de 2012. Les voitures particulières d’avant le 30 septembre 1997 et les deux roues d’avant le 30 juin 2004 feront partie des plus polluantes. Cette initiative permettra, certes, d’assurer une meilleure qualité de l’air aux citadins, mais cette nouvelle réglementation se limite aux rejets des particules fines et les NOx. Exit les autres impacts environnementaux tel que les rejets des gaz à effet de serre en équivalent CO2. Nous pouvons imaginer la joie des grands adeptes du 4X4 en ville !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sequovia 1882 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog