Magazine Beauté

L'odeur de la nostalgie

Publié le 05 février 2008 par Véronique Bessard

L’homme qui disait : « Il y a le connu. Et il y a l’inconnu. Et entre les deux, il y a la porte, et c’est ce que je veux être : la porte. », était un insoumis. Sa poésie, hallucinatoire est souvent dérangeante, mais ce poème est tout en tendresse. C'est mon préféré de cette œuvre étrange.

Un homme ratisse des feuilles

en tas dans sa cour, un monceau,
appuyé sur son râteau,
il les brûle absolument toutes.

Le parfum emplit la forêt

des enfants s’arrêtent et respirent
l’odeur qui, dans quelques années,

deviendra nostalgie

Jim Morisson, Wilderness traduit de l’anglais par Patricia Devaux


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Véronique Bessard 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines