Magazine Football

Arsenal 1 - 0 Man Utd

Publié le 01 mai 2011 par Dlem

Un timide United s'est incliné à l'Emirates et voit Chelsea revenir à trois points avant d'affronter les Blues dans une semaine pour ce qui sera le match de la saison.

arsenal_utd_1_0
A quoi ça tient, un titre ? A un but dans les dernières minutes contre Everton ? A un juge de ligne exécrable qui offre deux buts à Chelsea face aux Spurs ? A une tactique trop frileuse à l'Emirates ? Alors qu'on pensait United à l'abri, nous nous retrouvons avec trois petits points d'avance sur les Blues, ajoutant, comme si c'était nécessaire, une dose de tension supplémentaire au match de samedi prochain à Old Trafford contre ces derniers. Le suspense reste entier. Et si le spectateur neutre peut se réjouir du thriller qui va se jouer dans les prochains jours, le supporter va devoir compter sur des nerfs d'acier, et imaginer tous les scénarios possibles d'ici au 22 mai prochain. Une seule chose est certaine : le champion 2010/11 ne restera pas dans les mémoires.

Comme on pouvait s'y attendre, Arsenal avait les crocs. Frustrés par une fin de saison bâclée, vexés de ne plus gagner contre United depuis sept rencontres, énervés sur les propos moqueurs de Patrice Evra. Pourtant, ce soir, ce sont bien les Gunners qui ont le sourire. Ils ne seront pas champions et ils remettent le rival de Chelski en course, mais ils sont heureux. Quand vous ne gagnez plus rien depuis six longues saisons, une victoire contre Manchester est comme un trophée. Côté Red Devils, aucune excuse valable à donner, si ce n'est celle de ne pas avoir été assez bon, comme souvent cette saison à l'extérieur. Sir Alex aligna, grosso modo, ses meilleurs joueurs, mais ceux-ci ne se sont pas montrés à la hauteur de l'évènement. Quand Wayne Rooney connait un jour sans et que Nani retombe dans ses travers, quand Ryan Giggs est laissé au repos et que Valencia est sur le banc, l'attaque mancunienne a du plomb dans l'aile. Arsenal, pourtant privé de son capitaine aux envies Blaugrana, était motivé, c'est vrai, comme l'a démontré une première mi-temps largement à l'avantage des Gunners mais où United se montrait tout de même plus dangereux, Fabio galvaudant notamment une excellente possibilité. Mais s'il était une équipe était sensée être encore plus motivée que les pensionnaires de l'Emirates, c'est bien MU. Jouer pour un titre, c'est tout de même autre chose que jouer pour évacuer sa frustration. Et face à la défense fébrile d'Arsenal, pour ne pas inscrire le moindre but, il fallait une attaque en panne criante d'inspiration. Au terme de cette première mi-temps, le score nul reflète la physionomie de 45 minutes presque insipides où Arsenal tentait sans être inquiétant pour une défense solide de United et où les Reds tentaient de procéder en contre. Arsène Wenger se gardera bien au chaud une excuse en cas de résultat négatif, avec la main évidente de Vidic dans le rectangle, non sanctionnée.

Après la pause, Arshavin remplace Nasri, blessé, et on est reparti sur les mêmes bases. Sauf qu'à la 57ème, soit une minute à peine après le remplacement d'Anderson, à nouveau décevant, par Valencia, la défense de United commet sa première approximation et laisse Van Persie servir Ramsey pour un tir croisé hors de portée de Van der Sar. 1-0. Le match peut commencer. United va réagir, un peu, mais pas assez. Rooney, qui a levé les bras de dépit toute l'après-midi, tentera l'un ou l'autre essai sur coup franc, mais sans succès. Le score ne bougera plus, malgré les entrées de Dimitar Berbatov et de Michael Owen. Malgré aussi une faute évidente de Clichy sur Owen dans le rectangle de Szczesny, non sifflée. Wenger peut oublier la main de Vidic et savourer sa victoire. Les Red Devils ne méritaient pas grand chose aujourd'hui et se retrouvent dans un situation délicate...

Délicate mais toujours à leur avantage. Il leur reste en effet trois matches, dont deux à domicile, où ils n'ont perdu que deux unités sur toute la saison. Le prochain sera probablement décisif et il faudra éviter à tout prix la défaite contre Chelsea. La bonne nouvelle, c'est que Martin Atkinson, l'arbitre préféré de la bande à John Terry, ne sera pas présent. La mauvaise, c'est que David Luiz le sera. Le public d'Old Trafford aura son importance et United devra montrer un tout autre visage que ce dimanche, face à des Blues gonflés à bloc par leur victoire volée et leur improbable chance de conserver un titre que plus personne ne les voyait disputer. Un peu revanchards aussi, après les deux récentes défaites en coupe d'Europe. D'ici là, United devra encore assurer la qualif en finale de cette Ligue des Champions. Nous pouvons encore réaliser un magnifique doublé, mais nous pouvons tout autant signer une saison aussi blanche que celle d'Arsenal. Cruel football...

COME ON UNITED !

United : Van der Sar, Fabio, Ferdinand, Vidic, Evra, Nani, Carrick (Owen), Anderson (Valencia), Park, Rooney, Hernandez (Berbatov).

Pas utilisés : Kuszczak, O'Shea, Rafael, Smalling.

Homme du match : Côté United, difficile de pointer un joueur après une prestation si timorée. Ferdinand a été bon et a soigné ses relances, mais Fabio a montré la plus grosse faim et a tenté plusieurs fois de secouer ses coéquipiers avec quelques montées qui auraient pu être décisives. Sinon, Alex Song s'est montré très à son aise dans le milieu des Gunners.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dlem 1447 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines