Magazine

Esther Baruchel, courtier en voyages ?

Publié le 03 mai 2011 par Esther Baruchel

Esther Baruchel, courtier en voyages ?On me pose souvent des questions sur mon parcours professionnel. Vous pouvez d’ailleurs avoir plus d’infos sur moi dans la rubrique « Qui est Esther Baruchel ?« . En quelques mots, j’ai 35 ans, et  je suis une ex-traductrice reconvertie dans le tourisme en 2004. Quand je dis reconvertie, je suis autodidacte : je ne me suis pas assise sur les bancs d’un BTS Tourisme et n’ai suivi aucune formation en la matière. Ma formation s’est faîte sur le terrain, au contact de professionnels du tourisme avec lesquels des liens se sont crées. Depuis 7 ans, j’ai affiné mon concept de courtier en voyages via UnVoyageParfait.com. J’ai aussi décliné la formule pour les séminaires d’entreprises, via UnSeminaireReussi.com. Les deux premières années ont été difficiles, je ne vous le cache pas. Débarquer dans l’univers fermé du tourisme, avec pour seul bagage des idées à revendre ne fût pas chose aisée. Cependant, j’ai su faire mes preuves et nouer des partenariats et des amitiés qui m’ont ouvert des portes. Petit à petit, j’ai popularisé mon concept de courtier en voyages, au point d’être copiée plus de dix fois.

L’idée était simple, il suffisait d’y penser : devenir consultant en voyages, et ainsi mettre en relation les clients et les tour operateurs. Pour réussir cependant, il a fallu affiner le projet, et se tourner de plus en plus vers une clientèle exigeante et demandeuse de voyages sur mesure originaux et haut de gamme.  Il a fallu aussi que j’apprenne, encore et toujours, que je me documente, que je m’intéresse à tout ce qui touche de près ou de loin au monde du voyage.

Ma sensibilité personnelle pour l’univers du luxe m’a poussée à décliner des offres raffinées, et j’ai aujourd’hui un panel de 1000 clients environ qui me consultent souvent ou occasionnellement. Ces clients n’aiment pas passer des heures sur internet pour trouver un voyage. Ils n’aiment pas non plus pousser la porte d’une agence de voyages, car ils ont souvent le sentiment d’être mal conseillés et n’arrivent pas à nouer de lien complice avec leur interlocuteur. Ces clients, donc, aiment bien m’appeler par mon prénom, plaisanter, m’envoyer une demande de devis à 22h, et me dire « je veux la même chose qu’à Marrakech, mais en Laponie ». Une relation de confiance s’est installée.

Vous l’avez compris, je ne suis pas agent de voyages et je ne prétends pas l’être. Je ne monte pas de voyages, je me contente de bien cerner la demande de mes clients, de solliciter les tour operateurs en qui j’ai confiance, et de leur demander un devis adapté. Si le client souhaite réserver, je le mets en relation avec le tour operateur qui lui vend directement le voyage. Tout simplement. Enfin, ça semble facile présenté comme ça, mais le savoir-faire que j’ai développé ces dernières années ne m’est pas venu par l’opération du Saint Esprit… A mes débuts, je vendais des prestations bien plus basiques, évidemment.

Une petite anecdote pour vous faire sourire ? La première année, lorsqu’un client m’appelait, je n’osais pas décrocher le téléphone. J’attendais qu’il laisse un message pour le rappeler, après m’être sérieusement documentée sur sa demande. Enfin, elle est loin cette époque, je vous rassure : maintenant, je décroche de la main droite, pendant que je finis de rédiger un mail de la main gauche (eh oui, je suis gauchère)  ;-)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Esther Baruchel 846 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte