Magazine Poésie

Prédateur

Par Arielle

gazelle

Les gazelles sous les arbres,

Guettent l'instant frêle et joyeux

Où dans un élan remarquable

Elles se laisseront porter par le jeu

D’ailes imaginées, vers les cimes

Puis disparaîtront au milieu des feuillages

Qu'elles broutent si gracieusement divines,

Comme pour rendre à Dame nature, un hommage.

En un éclair d’une rare élégance

Elles traversent les cieux, nous émerveillent

Avec une certaine insouciance.

Leur pelage réfléchit les rayons du soleil

Leurs cornes semblent jouer de la lyre

Et j’entre dans la danse, m’envole au firmament

Bondis et rebondis me mêlant à leur harde active

Excitée, inquiétée par d’éventuels prédateurs omniprésents.

Un aigle survole la plaine tandis qu’un guépard surgit

Les hyènes et les chacals crient dans la nuit

Ricanent à l’idée du faon fragile, du futur festin.

De ses grands yeux doux, le bébé ne se doute de rien

Mais fort heureusement sa maman guerrière veille

D’un œil vif et alerte, déployant toutes grandes ses oreilles

Et j’admire la scène, je retiens mon souffle, plus rien ne bouge

Je frémis tandis qu’ainsi va la loi universelle, en une cruelle course.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Arielle 5596 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines