Magazine Education

Poitiers : le Pass contraception autorisé

Publié le 03 mai 2011 par Veille-Education

e rec­teur de l’académie de Poitiers, Martine Daoust, a fina­le­ment auto­risé lundi la déli­vrance, sous cer­taines condi­tions, du Pass Contraception mis au point par le conseil régio­nal pré­sidé par la socia­liste Ségolène Royal, celle-ci y voyant la vic­toire « du bon sens ».
Martine Daoust a indi­qué à l’AFP avoir reçu dans la mati­née une per­sonne en charge de la santé à la région Poitou-Charentes, et une conseillère régio­nale. Elle auto­ri­sera la mise en place de ces « Pass » dans les lycées, mais assor­tis de mes­sages péda­go­giques s’adressant tant aux gar­çons qu’aux filles, et à condi­tion que le rec­to­rat se charge de la for­ma­tion des infir­miers et infir­mières char­gés de dis­tri­buer le dis­po­si­tif, des cou­pons don­nant accès notam­ment à des exa­mens médi­caux et à des moyens contraceptifs.
« Cela replace l’école dans son champ prin­ci­pal de com­pé­tences qui est l’éducation, et notam­ment l’éducation à l’autonomie per­son­nelle et à une vie épanouie », a déclaré Mme Daoust.
Elle a indi­qué que sa déci­sion se pas­sait « dans une stra­té­gie de dia­logue avec la région », et qu’elle avait sou­haité « mettre les per­son­nels de santé et les auto­ri­tés sani­taires dans la boucle de réflexion ».
La semaine der­nière, Mme Royal, qui a déjà eu récem­ment plu­sieurs dif­fé­rends avec Mme Daoust, lui avait demandé d’écrire aux pro­vi­seurs pour auto­ri­ser les infir­mières sco­laires à déli­vrer le Pass, notant que ce dis­po­si­tif venait d’être auto­risé en Ile-de-France, après appro­ba­tion par l’éducation natio­nale. Celle-ci s’était pour­tant élevée contre l’initiative en ce sens de Mme Royal en sep­tembre 2009 dans sa propre région.
La pré­si­dente, qui s’exprimait devant des jour­na­listes à Poitiers, a estimé qu’avec la déci­sion du rec­teur, « le bon sens l’emporte sur la poli­tique poli­ti­cienne ». Elle a rap­pelé qu’elle avait elle-même « très tôt voulu venir au secours des jeunes filles en détresse », mais que son pro­jet avait été « blo­qué, sans doute par des esprits étriqués ».
Elle a remar­qué qu’il a « fallu que ce soit réa­lisé dans d’autres régions pour qu’on se rende compte que la région Poitou-Charentes avait été une fois de plus un labo­ra­toire ». Elle a estimé que désor­mais, le dis­po­si­tif « (allait) être géné­ra­lisé sur toute la France ».

Source


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Veille-Education 270 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines