Magazine Rugby

Quid de l’humeur de Ma’a Nonu ?

Publié le 07 mai 2011 par Sudrugby

C’était le 30 Juillet 2010. L’ancien treiziste Sonny Bill Williams posait ses bagages à Christchurch pour intégrer l’effectif de Canterbury en ITM Cup. Jusque là, rien de spécial: un ancien joueur de Rugby League revenu au pays après un passage en France par le RC Toulon pour jouer au Rugby Union en ayant dans le coin de la tête l’idée qu’ont tous les gosses de NZ: revêtir le maillot à la fougère argentée.

Quid de l’humeur de Ma’a Nonu ?

Sonny Bill Williams

Cependant Williams n’est pas arrivé avec la casquette de parfait inconnu. Déjà présent dans l’esprit des médias kiwis pour ses frasques (comme son départ en cachette vers la France alors qu’il était toujours sous contrat avec les Canterbury Bulldogs), son arrivée n’allait pas tarder à déclencher un phénomène nationale: allait-il être l’un de ces rares joueurs à avoir le fameux “X factor” qui manque à Ma’a Nonu ? Allait-il faire oublier le joueur des Hurricanes, qui avait à ce moment-là un passé pour le moins “moyen” au sein des All Blacks avec des prestations mitigées? La pression est donc alors apparue sur les épaules de Ma’a Nonu, qui se voyait déjà comparé à un joueur sans expérience internationale et de ce fait jugé sans recul. Le compte à rebours était lancé.

Quid de l’humeur de Ma’a Nonu ?

Ma'a Nonu

Trois mois plus tard, Sonny jouait son 1er match avec les All Blacks, titularisé face à l’Angleterre en 13 aux côtés de… Ma’a Nonu, à Twickenham (remporté par les kiwis 26-16). Les trois matchs suivant, Sonny Bill jouera 1er centre à chaque rencontre, mais malgré de bonnes prestations (dont le titre d’Homme du Match face à l’Ecosse), n’aura pas le jeu bien “huilé” de Nonu, son aura dans le groupe, ainsi que sa complémentarité avec Conrad Smith. Sa défense a également laissé à désirer lors de cette tournée. Cependant les médias NZ n’ont, semble t’il, retenu que les apparitions mettant en valeur l’ancien “toulonnais”, aggravant ainsi un peu plus la pression sur le Wellingtonian. De plus SBW semble avoir les faveurs de Graham Henry, faveurs en partie dues au matraquage médiatique. Fin Novembre, la tournée s’achevant, la conclusion est que Ma’a Nonu a clairement affaire à un concurrent qui pourrait lui prendre sa place au sein des All Blacks pour le Mondial de 2011 à domicile : il fait alors partie de ces joueurs qui ont perdu du crédit.

Début du Super 15, Février 2011. Après deux mois de compétition, la situation a clairement empirée : Sonny Bill Williams se bonifie de match en match, en particulier en défense tandis que Ma’a Nonu s’enlise dans un jeu lent, sans dynamisme. Les stats parlent pour elles :

Sonny Bill Williams

T mad./mis. : DB : Pen. conced. :

42/4 19 1

Ma’a Nonu

T mad./mis. : DB : Pen. conced. :

32/4 3 5

Stats recueillies sur 5 rencontres.
*T mad./mis. : plaquages réussis/manqués
*DB : a échappé à son défenseur x fois (defenders beaten)
*Pen. Conced. : pénalités concédées.

Quid de l’humeur de Ma’a Nonu ?

Conrad Smith, incontesté

On observe clairement que Ma’a Nonu est à la traîne cette saison par rapport à son rival. Sonny Bill Williams, qui n’était pas une référence défensivement parlant l’an dernier, dépasse maintenant le centre des Canes. La donnée DB montre, outre le fait que Williams soit plus technique que Nonu, que le “boxeur” représente une menace plus importante pour les équipes adverses, contrairement à Nonu qui lui se limite à un registre plus “bourrin”. Or chez les All Blacks, le jeu de mouvement est privilégié et le défaut récurrent de Nonu est qu’il n’assure pas toujours la continuité du jeu. Enfin, en discipline le “vétéran” se laisse plus facilement emporter (un carton rouge dès la première journée du Super 15 par exemple). Inutile de préciser les conséquences qui en découlent au niveau pro…. En résumé, Ma’a Nonu semble être plongé dans un repos longue durée et plusieurs raisons peuvent expliquer son état depuis le début du Super 15 : celle citée précédemment avec l’arrivée chez les Blacks de SBW et concurrence agressive déployée par les médias. Mais aussi l’approche de la RWC qui lui propulse l’idée en tête que cette année seul cet évènement sera important et mérite son attention.

Quid de l’humeur de Ma’a Nonu ?

Graham Henry, le juge

Par conséquent, je désirerais détailler ce dernier point. Les 2 kiwis ne jouent pas dans le même club. L’un domine largement (les Crusaders, où évolue Williams) et l’autre est à la peine (les Hurricanes, club où Nonu pratique). Ma’a Nonu (tout comme son coéquipier Conrad Smith) doit composer avec les miettes qui lui sont laissées par les avants des Canes pour essayer de faire briller la ligne de ¾, alors que sur l’île du sud les centres sont parfaitement servis par leurs avants. De plus il est difficile actuellement de parler de hiérarchie car l’an passé chez les All Blacks, Nonu était au-dessus de Williams et cette saison en Super 15 Williams est au-dessus de Nonu. Les deux joueurs n’ont pas eu l’occasion de s’affronter, leur rencontre prévue leur de la seconde journée ayant été déclarée nulle suite au tremblement de terre de Christchurch.

En conclusion, le « problème Nonu » peut être résumé en deux points:
- son mental soumis à rude épreuve (malgré les sourires face aux caméras)
- le niveau de la franchise où il évolue
A la veille du Mondial en France il y a quatre ans, Graham Henry avait déjà surpris son monde en se privant de Ma’a Nonu dans son groupe alors qu’il était auparavant titulaire indiscutable. Déprimé après cette annonce, Nonu avait envisagé de rejoindre West Harbour en NRL voire les London Wasps, nouveau club de son ami Riki Flutey. Henry l’avait convaincu de rester en NZ souhaitant s’appuyer sur lui pour reconstruire les All Blacks. Visiblement cette proposition n’aura duré que trois ans. Cependant c’est à lui de rebondir, il a les cartes en main pour démontrer qu’il en veut. Le jeu n’est pas encore fait, et à ce propos je voudrais souligner la hausse de son niveau de jeu global que l’on a pu apercevoir ces derniers temps, juste avant sa blessure. Quand à son avenir en équipe nationale, il n’est pas éteint pour Ma’a Nonu, il aura encore l’opportunité de représenter les All Blacks grâce à son profil différent.

L’essence de la stratégie est le choix d’accomplir ses activités d’une manière différente de celle de ses concurrents.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sudrugby 8173 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines