Magazine Environnement

L’ASN se voile la face sur l’audit nucléaire

Publié le 09 mai 2011 par Greenpeacefrance

Ce matin, l’Autorité de Sûreté Nucléaire française (ASN) a présenté le cahier des charges de l’audit de sûreté des installations nucléaires qui sera mis en œuvre à partir du 30 juin 2011. Au sortir de cette conférence de presse, le bilan est plus que mitigé : malgré certaines avancées, le cahier des charges exclut tout un pan de la réalité. Les risques d’accidents ou les risques d’origine humaine comme une explosion chimique, un crash d’avion, ou un acte de malveillance, ne sont pas pris compte.

L’ASN se voile la face sur l’audit nucléaire

La France se met des œillères sur le nucléaire

Alors que le gouvernement répète à l’envi que le niveau maximum de sûreté sera recherché, l’ASN se cantonne au cadre minimal fixé par l’Union Européenne : l’analyse des conséquences de phénomènes naturels extrêmes (séismes, inondations…). L’Allemagne, elle, analysera les risques appelés « d’accidents majeurs externes » à la centrale, comme une explosion chimique ou une chute d’avion, et les risques d’origine humaine comme les actes de malveillance. Tout un pan de la réalité est ainsi nié par l’autorité française.

Certes, l’ASN a inclus les facteurs humain et organisationnel, et notamment la question de la sous-traitance, dans le cahier des charges. Mais tout comme elle a attendu le séisme japonais pour étudier les conséquences des événements naturels sur les centrales, attendra-t-elle un crash aérien sur un réacteur pour étudier cet aspect du problème ?

A quoi joue l’ASN ?

Pourquoi alors nier la réalité ? Parce que l’ASN sait très bien qu’aucun réacteur n’est conçu pour résister, par exemple, à un crash d’avion…Et que le résultat serait donc désastreux pour l’industrie nucléaire ! L’ASN est pourtant une institution indépendante, qui devrait se prononcer en toute impartialité. Greenpeace demande à ce que, a minima, l’ASN inscrive dans le cahier des charges de l’audit que d’autres risques extérieurs existent, et qu’il ne seront pas étudiés car les conséquences mettraient assurément hors jeu les centrales auditées.

2/3 des Français vivent dans un rayon de 75km autour d’une centrale… L’ASN doit bien la transparence à ces premiers concernés !

Le nucléaire sûr n’existe pas, mais un autre avenir énergétique est possible !

Les solutions existent pourtant, pour sortir du nucléaire et vivre dans un monde propre et sûr, comme le souligne le rapport du GIEC sur les énergies renouvelables sorti aujourd’hui. Elles ont le potentiel pour remplacer les sources conventionnelles d’énergie à l’horizon 2050, avec les technologies aujourd’hui disponibles. La limite est uniquement politique !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Greenpeacefrance 109791 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog