Magazine Humeur

Côte d’Ivoire – Laurent Gbagbo peut-il appeler à la paix ?

Publié le 10 mai 2011 par Menye Alain

Côte d’Ivoire – Laurent Gbagbo peut-il appeler à la paix ?« Après moi le chaos ! » semble être le leitmotiv de Laurent Gbagbo, qui n’arrive pas, volontairement ou pas, à demander à ses miliciens ivoiriens et mercenaires libériens d’arrêter les frais. Or, après sa déroute électorale et sa défaite militaire, certains de ses partisans, obnubilés encore sans doute par des sectes mystico-chrétiennes, croient toujours à un hypothétique miracle qui viendra….réinvestir leur champion, probablement quand la poule aura des dents. Passons.

Les va-nu-pieds et/ou pro-Gbagbo qui semaient la terreur à Yopougon, Yop la belle pour les initiés, s’en sont allés, en semant à nouveau la terreur sur leur passage lors de leur fuite. Selon le ministère ivoirien de la Défense, ces jusqu’auboutistes ont pris la poudre d’escampette, en se dirigeant vers la frontière libérienne, en tuant des civils. 120 morts,  parmi lesquels des femmes et des enfants, dans les villes d’Irobo, Grand Lahou, Fresco et dans la région de Sassandra, le long de littoral à l’ouest d’Abidjan. 

Le Gouvernement ivoirien et celui du Liberia devraient, dans les prochaines heures, par des accords bilatéraux, traquer ces malfrats et bandits de grands chemins, qui sèment la mort pour les mettre hors d’état de nuire définitivement. Ils vivront sans doute de rapines en rançonnant et terrorisant des villageois mais, ils tomberont tôt ou tard. Tels des chats-huants et errants des ruines, sera leur vie, avant qu’ils ne payent leurs innombrables crimes, au nom d’un homme. Quel manque de discernement !

La mise en déroute à Yopougon par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) de ces mêmes hulottes, a permis au moins une chose, on commence à dévoiler des charniers. A Yopougon, des fosses communes ont permis de découvrir 68 morts. Effectivement, uniquement et seulement dans les zones dites pro-Gbagbo où, les massacres ethniques ont toujours fait rage. Dans ce même Yopougon, on peut constater avec amertume que ces mercenaires, avaient pris en otage des hommes d’Eglise, qui ont été obligés de prendre la fuite vers l’étranger… 

Le temps de l’impunité est terminé. Il faut de toute urgence, un rétablissement de l’Etat de droit et, ceci, sans passe-droit. Les criminels, tous ceux qui ont lancer des appels à la haine, les usurpateurs, tous en somme, sans exclusive, doivent rendre des comptes devant la justice. Point. Le reste n’est que verbiage vaseux et tentative de détournement de l’opinion par le mensonge…

La paix maintenant !



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Menye Alain 963248 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte