Magazine Education

Les collèges publics se vident, les syndicats s’alarment

Publié le 10 mai 2011 par Veille-Education

A Avignon, la fuite des élèves des collèges publics vers les établissements privés n’était jusqu’à maintenant qu’un sentiment. Aujourd’hui, ce sont des chiffres qui le prouvent et qui vont nous permettent de demander des comptes ! » Voilà ce que disait en substance le syndicat enseignant Snes (Syndicat national des enseignements du second degrés) mardi soir, en brandissant une étude commandée par le Conseil Général de Vaucluse et réalisée par un cabinet indépendant.Selon cette enquête, les collèges publics avignonnais ont perdu plus de 1000 élèves ces six dernières années quand les effectifs du Privé restent stables « Et cette tendance s’aggrave, s’indigne Sébastien Massona, secrétaire départemental du Snes qui organisait lundi une réunion publique à Avignon sur le thème « L’école publique malade de la concurrence ». En 2010, 27% des élèves entrants en sixième ont été inscrits dans le Privé. »

Selon le responsable syndical, ce n’est pas la qualité de l’enseignement public ni les grèves des enseignants qui peuvent expliquer cette « fuite ». « Non, les parents choisissent le Privé quand ils refusent la mixité sociale » affirme-t-il. Sébastien Massona en veut pour preuve le classement des collèges publics les plus désertés par les élèves de leur secteur : « Viala, Vernet et Mistral sont ceux qui ont le plus fort taux de fuite vers le privé. Cela s’explique par le fait que leur secteur est à cheval sur des quartiers aisés et d’autres plus défavorisés. » « Dans certains établissement, les parents d’élèves ne reconnaissent plus leur collège répond en écho le directeur de l’ensemble scolaire privé Jean-Baptiste de La Salle. Et effectivement, nous récupérons les meilleurs élèves du public, ceux dont les parents sont plus attentifs à la réussite de leurs enfants. Ici, ils viennent chercher la sécurité, l’encadrement et l’exigence. Mais le public peut faire la même chose, on n’a pas plus de moyens. »

Pour Thierry Aillet, directeur de l’enseignement catholique en Vaucluse, la mixité sociale existe aussi dans le Privé mais, selon lui, son secteur propose « un meilleur accompagnement des élèves. » Le rapport du cabinet indépendant prouve en tout cas que 57% des collégiens du Public à Avignon sont issus de catégories socioprofessionnelles défavorisées contre seulement 17% dans le Privé. « La démocratisation de la clientèle des établissements privés, on sait désormais que c’est du pipeau lâche Sébastien Massona. Nous pouvons donc interpeller les élus sur la question du financement de l’enseignement privé à qui l’État consacre 7,1 milliards d’euros et qui empêche l’enseignement public de fonctionner comme un service public. »

Source


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Veille-Education 270 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines