Magazine Société

Hommage de François Bayrou à Bernard Stasi le 11 mai 2011 à Paris

Publié le 11 mai 2011 par Sylvainrakotoarison

(verbatim)

  

Chère Danièle, Gérard, Mario, nous sommes tous avec vous, autour de Bernard, avec notre affection, avec nos souvenirs, avec notre admiration.
Un jour Bernanos a écrit à peu près ceci : "quand je mourrai, tous les êtres différents que j’ai été se rassembleront pour marcher vers le Père, et à leur tête, il y aura l’enfant que je fus".
Pour Bernard, à l’heure où nous rassemblons tous les visages de sa vie, c’est un jeune homme qui marche en tête, un jeune homme qui a encore quelque chose à voir avec l’adolescence, qui se rit des défis, qui court et qui nage et qui joue au foot, qui est un spectacle à soi seul quand il dribble, plus encore quand il danse, qui marche en montagne, qui dit des poèmes, qui rend un culte à l’amitié, et qui en même temps saisit son temps, et le vit, et ne laisse rien passer à la lâcheté et aux demi-mesures qui salissent le monde.
L’enfance, la famille, la tribu, c’est à Reims. Son père, Mario, est catalan ; sur les photos, jusqu’à la fin, élégant, puissant, décidé ; Mercédès, beau visage maternel, est cubaine. Les grands-parents sont italiens, aussi, et corses.
Toute sa vie, Bernard gardera la conscience de ses racines de loin.
Ceux qui n’ont pas eu la facilité d’être français du droit du sang, ils sont français du droit d’amour : amour de l’école, amour des mots, amour de langue, amour d’histoire.
Dire Bernard Stasi, c’est dire fraternité. Et d’abord fraternité au sens propre : voici le jeune garçon Bernard, celui qui marche avec ses frères, tous brillants, tous premiers, tous accomplis, pour Gérard HEC, pour Mario le barreau et la conférence du stage, pour Bernard le service public, l’ENA.
Lors de la Légion d’honneur de Gérard, que Bernard lui remit avec la complicité de Mario, sa belle-sœur entendit une dame bien née chuchoter à sa voisine : "ces Stasi, pas mal pour des enfants d’immigrés !"
On aurait dû dire à la dame que ces Stasi, c’est une sacrée histoire française.
Bernard, né catalan sous passeport espagnol, devient français pour ses dix-huit ans.

Et Français, il s’agit de servir la France. Pour les garçons brillants, servir la France, c’est servir l’État, et c’est à l’ENA que s’incarne, en ces années 50, cette certaine idée du service d’un pays qu’on refera grand. Il rencontre à l’école deux jeunes gens, entreprenants et bondissants comme lui, l’un se nomme Jacques Chirac, et l’autre Michel Rocard. Avec l’un comme avec l’autre, il importe de le dire ici, cette fraternité ne se démentira jamais.
Bernard est nommé en 1959 chef de cabinet du préfet d’Alger. Il est pris dans la tourmente des événements, comme on dit, la déchirure et le déchirement qui accompagnent la prise d’indépendance de l’Algérie. Ces mois-là, ce sont les barricades d’Alger. Bernard s’affirme. Son sentiment de fraternité s’est élargi au peuple des humiliés, des colonisés, ceux qui avaient été jusque là les perdants de l’histoire. Et il fait signer des pétitions pour soutenir le Général de Gaulle…
Début des années 60, retour à Paris. Ministère de la jeunesse, bien entendu, et des sports, évidemment, avec Maurice Herzog. Puis plongée, attendue, en politique. Il devient député de la Marne à l’issue des événements de 1968. En 1970, il est élu maire d’Epernay.
Franck Leroy, le maire actuel, l’héritier de Bernard en témoigne : le maire d’Épernay a beaucoup aimé sa ville. Il a beaucoup aimé changer la ville, en façonner le cœur, lui offrir une politique culturelle. Sur le livre de condoléances ouvert à l’hôtel de Ville, il y a cette phrase : "vous avez fait passer dans notre ville l’éthique avant la politique." Il deviendra plus tard président de la Région Champagne Ardennes.
Bernard Stasi a choisi de s’engager au centre. Tout l’y conduisait, sa foi dans l’homme, et sa foi d’enfance, et plus important encore l’impossibilité de séparer responsabilité et générosité. Dans cette famille politique, il est demeuré jusqu’au bout. Il y a porté fièrement le refus des demi-mesures, des compromissions, des accommodements.
À 35 ans de distance, il a dit deux choses qui parlent profondément du centre : en 1973, "il ne peut y avoir de transformation pacifique de la société dans un pays où s’affrontent deux camps irréductibles." Et en 2007 : "il m’est toujours apparu comme une évidence que les problèmes les plus difficiles imposent la recherche obstinée d’un consensus. Ce qu’il faut pour la France, ce sont des majorités de conviction." Et il le disait avec des étoiles dans les yeux.
Je veux le dire ici au nom de tous ceux qui ont eu la charge et la chance de conduire les combats de cette famille, au nom de ceux qui sont là, Pierre Méhaignerie, Jacques Barrot, Bernard Bosson, Jean Arthuis, et de ceux qui doivent y être, au nom d’André Diligent, de Jean Lecanuet, de Joseph Fontanet, de Jacques Duhamel. En leur nom je veux dire ceci : il mettait de l’honneur dans nos combats.
En 1973, ce jeune homme politique entre au gouvernement.
Rien ne paraît plus normal alors : c’est une trajectoire qui paraît écrite. Mais… mais…
Penser que ce Bernard Stasi, beau parcours, parfait, fils du peuple en même temps qu’énarque, beau garçon, sportif et cultivé, élu local et littéraire, penser qu’il se laisserait couler dans un moule, se mouler dans une carrière, c’était ne rien voir.
C’était ne pas reconnaître l’irréductible qui était en lui.
Car il est un autre Bernard, sous le CV bien poli, un Bernard indompté, y compris de lui-même, qui relève tous ses défis, qui sort du moule, qui suit ses fidélités personnelles, envers et contre les bien-pensants, envers et contre les règles établies et les conformismes.
Bernard Stasi a été nommé ministre des Départements et Territoires d’Outre-mer dans le gouvernement de Pierre Messmer le 5 avril 1973. Le 11 septembre, dans le lointain et si proche Chili, c’est le coup d’État de Pinochet. Consigne a été donnée aux membres du gouvernement de ne pas s’exprimer. Le lendemain, Bernard Stasi fait une déclaration au Monde : "le coup d’État doit être sévèrement condamné. Le Chili mérite mieux qu’un régime de colonels".
Dans les couloirs où bouillonnent les luttes d’influence, tout « progressisme » est alors suspect. Pour ce camp, le soutien à Allende, c’est une déclaration de guerre. La traversée de l’Atlantique avec l’aumônier de Fresnes le père Jaouen et ses ouailles sorties de prison, c’est une déclaration de guerre. Bernard Stasi ne baisse pas la tête. Il ne se fait pas oublier. Il le paiera très vite, en quelques mois.
La partie la plus fauve du monde politique avait flairé, que sous le garçon poli, sous le sourire et la poésie, il y avait un homme entier qui ne se laisserait pas conduire en marionnette. Quelqu’un pour qui jamais le maroquin ministériel ne servirait de bâillon.
Ils vont bientôt en avoir la confirmation. En 1984, Bernard Stasi décide d’écrire sur l’immigration. 1984, c’est l’année du surgissement de l’extrême droite comme force électorale dans le paysage politique français. Le titre de son livre frappe comme un boulet de canon : "l’immigration, une chance pour la France". Et les meutes se déchaînent.
Nous sommes en 2011, plus d’un quart de siècle après. Normalement ce genre de vagues et ces raz-de-marée, et ces tsunamis, devraient s’être calmés. Celui-là non. Pour qui voudrait le vérifier, il suffit d’aller sur le site internet d’un grand journal du matin. À l’annonce de la mort de Bernard, il y a un grand nombre de réactions, quelques-unes reconnaissantes et élogieuses. Mais il y a des dizaines d’insultes, les mêmes, les pires, la même haine, toute neuve, comme un hommage rendu à l’homme libre par la méchanceté jamais lassée, la haine au front bas.
Quelques années plus tard, la loi Evin essaie de lutter contre le tabagisme et l’alcoolisme. Bernard Stasi vote cette loi, lui dont la circonscription est l’une de celles où l’électorat vigneron, qu’il aime, pèse le plus lourd. Et bien entendu, le champagne n’est pas atteint. Mais c’en est trop de ce député indocile qui essaie de parler à ses électeurs la langue droite de l’avenir, et pas la langue complaisante des peurs et des rancœurs.
Bernard Stasi perd son siège, malgré le soutien personnel de Jacques Chirac. Quelques mois plus tard, il devient député européen. Encore un peu de temps, et Jacques Chirac devenu président le nommera à une responsabilité unique, celle de médiateur de la République. Médiateur, la plus haute fonction dans la défense des petits, défense chaleureuse, en équipe, contre ces puissances sourdes parfois que sont les administrations et les pouvoirs d’État.
C’est à lui aussi que le président Jacques Chirac confiera la présidence de la commission sur la laïcité. Bernard Stasi, à force d’attention, d’intuition, de respect des convictions et des sensibilités, donnera là sa mesure. Il n’est pas un courant religieux ou philosophique de notre pays qui ne saluera en lui celui par qui la laïcité, définie et à cette occasion magnifiquement pratiquée, a progressé en France. Le médiateur de la République est devenu aussi le médiateur des républicains.
Bernard l’esprit clair, l’esprit ouvert.
Mais voilà que sur ce moment d’accomplissement, sur cette reconnaissance générale, voilà que sur cette vie pleine, les nuages de la maladie s’amassent et que l’ombre s’avance. Voilà que tout à coup ce qui était clair se brouille, ce qui était présent s’absente, voilà qu’il se désoriente, lui qui aimait l’Orient. Voilà que devient lourd le destin qu’il aimait à porter léger.
Nous sommes nombreux, j’en suis sûr, à y avoir réfléchi au travers des derniers mois de Jean-Paul II : dans la course d’une vie, les derniers mètres, et leur épuisement, comptent autant, et davantage, que l’allégresse des départs. Dans cette marche vers le dépouillement ultime, le dépouillement radical, se produisent aussi des transmutations : le disait tout à l’heure le livre de la Sagesse, "quand on passe l’or au feu du creuset".
De la confidence de tous ceux qui l’ont accompagné, vivant cette épreuve déchirante pour eux-mêmes, et déchirante entre eux, pour vous Danièle, pour ses frères, et amis, et celles et ceux accompagnant et soignant qui lui tinrent la main, Bernard n’a jamais plié, jusque dans la nuit la plus noire.
Voilà ce que tous, nous sommes venus dire aux siens. Nous l’aimons. Nous l’aimons d’avoir eu sa part et son lot de grâce, plus que sa part et son lot de talent et de cœur ouvert, plus que sa part de courage. Et nous savons sa part et son lot d’angoisse inavouée, et nous avons vécu sa part et son lot de nuit. Mais il n’a jamais plié. Et c’est ainsi que nous l’aimons, au présent, pas au passé.

François Bayrou, 11 mai 2011 à Paris.

(source : modem)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sylvainrakotoarison 1208 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine