Magazine Société

DSK, sale affaire pour tous les Français…

Publié le 16 mai 2011 par Philippejandrok

ddca7da29784896fa6679094c8b39676.jpg

Nouveau scandale qui survient après la campagne anti DSK menée par la presse Française et hypothétiquement secrètement orchestrée par son principal rival, le Président Sarkozy qui se fait très discret depuis quelques mois et pour cause, son impopularité est au plus haut dans les sondages et malgré les rumeurs de grossesse de Carla Bruni Sarkozy pour faire remonter sa côte, il est encore loin d’un pourcentage convenable. Néanmoins, la politique est un monde de hyènes et on ne peut s’attendre à des comportements d’honnête homme de la part de ses acteurs.
Le pouvoir est un domaine privé, réservé à des gens puissants et riches d’influences, on ne peut réussir sans soutien, c’est une chose impossible. Prenons l’exemple des Verts, Nicolas Hulot, Eva Joly ne bénéficient pas particulièrement de soutiens financiers importants, ils sont soutenus par une partie de la population qui croit en un projet citoyen, ce qui est loin d'être le cas des autres partis en France.
Mais revenons à cette affaire DSK qui semble quelque peu tirée par les cheveux et qui tombe au plus mauvais moment pour son éventuelle investiture et candidature à la présidentielle de 2012.
Résumé des faits :
Le voilà dans sa chambre à 3 000 dollars la nuit, à l'hôtel Sofitel à N.Y, vers 12h, prenant tranquillement sa douche, une femme de chambre de 30 ans sa cadette est alors présente ; on se demande ce que fait la soubrette dans la chambre du président du FMI à ce moment précis ? DSK sort de la salle de bain, nu comme Priape réclamant son dû et se jette sur la jeune femme pour lui voler son plaisir de force. Celle-ci se refuse à DSK, se débat et parvient à lui échapper, lui, Mutinus, dieu ithyphallique le possède, il est au garde à vous et se retrouve quelques heures plus tard en garde à vue pour tentative de viol, agression sexuelle et séquestration. La soubrette parvient à s’enfuir en hurlant au viol, lui, surpris par un tel refus mais pas plus que ça, s’habille comme prévu pour prendre son avion. Il oublie des effets personnels et un de ses téléphones portables dans la chambre et se jette dans sa voiture direction JFK pour prendre l’avion de Paris, puis celui de Berlin où il a une réunion avec la chancelière Allemande Angela Merkel.
Il est toujours en garde à vue dans un commissariat de Harlem et passe devant le juge aujourd’hui pour trois charges d’inculpation :
- tentative de viol
- agression sexuelle
- séquestration   Il risque une peine de 50 ans de prison si les faits sont avérés.   - Comment peut-on imaginer un instant que cet homme qui doit impérativement se rendre à une réunion avec Madame Merkel se mette en tête de violer une soubrette de 30 ans dans sa chambre d’hôtel ?   La logique nous entrainerait sur le chemin d’une machination destinée à l’écarter du pouvoir ou sur celui de la maladie chronique, comme celle de Clinton, l’érotomane américain.
- Comment un homme de son intelligence peut-il laisser ses pulsions le dominer alors qu’il est certainement le plus sérieux candidat à la présidence française pour 2012 ?
Tout cela me paraît absolument inconcevable, ce n’est pas un vulgaire violeur dirigé par des pulsions impossibles à contrôler, ce n’est pas sérieux et ne colle pas avec le personnage que la presse officielle nous décrit depuis des années.   Cela fait déjà plusieurs semaines que la presse critique, attaque DSK sur tout et n’importe quoi, sur l’épaisseur de son steak, sur sa maison, sur ses costumes en 7000 et 35 000 dollars, sur sa richesse personnelle et surtout celle de sa femme, mais Carla Bruni-Sarkozy est aussi riche qu’Anne Sinclair, si ce n’est d’avantage, d’ailleurs, ses parents mettent actuellement en vente leur château près de Milan, une magnifique demeure qui doit valoir son pesant d’or.
Comme je l’ai dis au début de cet article, la politique est faite pour les riches, la campagne de communication de Monsieur Obama pour sa prochaine présidentielle coutera près d' 1 milliard de dollars, et où les trouvera-t-il ? Ça, personne n’en sait rien. Et la campagne de Monsieur Sarkozy, qui la financera ? Martin Bouygue, Darty, Areva, les labos du vaccin contre la grippe A (Novartis) et Médiator (Servier) ?
La présidence et la gouvernance d’un pays ne concernent pas les électeurs mais les industriels qui placent leurs pions sur l’échiquier mondial. Lorsque l’on parviendra à innocenter DSK, il sera trop tard et sa candidature sera passée, c’est tout ce que souhaitent ses ennemis. Mais parviendra-t-on à l’innocenter avec autant de charges ?
Malheureusement, DSK traîne derrière lui des casseroles et une réputation sulfureuse d’érotomane compulsif, et nombreuses sont les femmes qui ont eu à se plaindre de son comportement, il suffit pour cela de visionner la vidéo de « 93, Faubourg Saint Honoré », l'émission qu'animait alors Thierry Ardisson sur Paris Première, où la journaliste Tristane Banon, se déclare victime d’une tentative de viol par DSK avant 2002, tentative très proche du procédé décrit plus haut avec la soubrette du Sofitel de N.Y ; Tristane Banon n'hésite pas lors de ce repas à le qualifier de : « chimpanzé en rut ».
Résumé de l’interview :
- « Il m’a rappelé pour une autre interview… Je suis arrivée devant une adresse que je ne connaissais pas, je me suis garée, je suis montée, c'était un appartement vide, complètement vide, avec un magnétoscope, une télévision et un lit au fond (…) J'ai posé le magnétophone tout de suite pour enregistrer, il a voulu que je lui tienne la main pour répondre, parce qu'il m'a dit “je n'y arriverai pas si vous ne me tenez pas la main”, et puis après la main c'est passé au bras, et c'est passé un peu plus loin, donc j'ai tout de suite arrêté…
Je suis arrivée là-bas, j'avais un col roulé noir, ça fait peut-être triper les mecs un col roulé noir mais faut arrêter, et après surtout c'est que ça s'est très très mal fini, parce qu'on a fini par se battre.
Donc ça s'est fini très très violemment, puisque je lui ai dit clairement non non on s'est battu au sol, pas qu'une paire de baffes, moi j'ai donné des coups de pieds, il a dégrafé mon soutien-gorge, il a essayé d'ouvrir mon jean, j’ai même utilisé le mot viol mais ça ne lui a pas fait peur du tout… »

Lors de sa déclaration autour de la table, un invité lui pose la question de savoir s’il elle a porté plainte, elle répond qu’elle a été voir un avocat très connu à Paris et qu’elle a monté un dossier très sérieux mais qu’après avoir vu la pile de dossiers impliquant DSK pour le même genre d’affaires, elle a renoncé pour ne pas devenir la journaliste victime des frasques d’un homme politique puissant.
-   « Anne Mansouret, la mère de Tristane Banon, élue socialiste et blogueuse à Rue89, se souvient :
« Tristane a fait une dépression. Sa vie professionnelle a été perturbée par cette histoire. Elle est sous pression depuis huit ans, c'est un véritable harcèlement. Ce n'est d'ailleurs pas DSK lui-même qui est derrière ce harcèlement, mais son entourage, Ramzi Khiroun [conseiller en communication de DSK, ndlr]. Le prochain roman de Tristane, dont la sortie était prévue à la rentrée 2011, a été mis en suspens à cause de la candidature de DSK ! C'est une pression permanente. En 2002, des amies socialistes pensaient que Tristane devait porter plainte mais je l'ai dissuadée. Je ne voulais pas qu'elle soit à vie “la fille qui…” Elle démarrait juste dans le journalisme, je ne voulais pas que ça entrave sa recherche de travail ; c'est un milieu difficile. Sur le plan familial, c'était compliqué aussi. DSK est le père de sa meilleure copine et l'ex-mari de sa marraine. Ça nous paraissait délicat. Mais sa vie a été bousculée et elle a craqué un nombre inconsidéré de fois. J'en ai parlé une fois avec DSK. Il a dit “je sais pas ce qui m'a pris, j'ai pété un plomb”. » http://www.rue89.com/2011/05/15/strauss-kahn-et-les-femmes-les-histoires-de-trop-203849#

En 2008, l’affaire de sa liaison « consentante » entretenue au FMI avec son assistante d’origine Hongroise, Piroska Nagy, le fait trembler, et même si DSK s’en sort sans difficulté en conservant son poste de Directeur du FMI, Madame Nagy a tout de même déclaré aux enquêteurs (DSK a été dénoncé par l'époux de Madame Nagy qui en avait assez de voir son honneur et celui de son épouse sali) :
-   « Monsieur Strauss-Khan a abusé de sa position pour entrer en relation avec moi... Je n'étais pas préparée aux avances du directeur général du FMI… J'avais le sentiment que j'étais perdante si j'acceptais, et perdante si je refusais… Je crains que cet homme [DSK] n'ait un problème qui, peut-être, le rend peu apte à diriger une organisation où travailleraient des femmes. » (L'Express)
Cette déclaration n’a jamais été contestée par DSK.
Dans un tel climat de doute et de témoignages de plus en plus nombreux qui sont présents mais que personne ne veut voir, car, et de toute évidence, les langues finiront par se délier et les journalistes américains vont certainement se ruer en France pour fouiner dans le passé de notre ancien Ministre, qu’il appelle désormais dans la presse « Le Perv » et peut-être à raison.
À présent, peut-on donner la gouvernance de la France à un homme qui est capable de "péter les plombs" et de ne pas se contrôler avec les femmes ?
Monsieur Sarkozy n’est peut-être pas derrière cette histoire qui fait son affaire, mais le pire est de constater que les Français sont constamment manipulés par les responsables en communication des hommes politiques, qui empêchent les vérités de sortir et font croire aux plus nombreux à de fausses vérités.
Aujourd’hui, le Parti Socialiste et les amis de DSK se sont inscrits en faux contre l’odieuse inculpation, personne n’a parlé du passé sulfureux du futur candidat, alors que de nombreuses personnes sont parfaitement au courant des dysfonctionnements de DSK avec les femmes, il n’est ici présenté qu’en victime, l’avenir nous dira si effectivement, c’est une victime ou un malade sexuel.   En tout les cas, l’opinion française n’acceptera jamais de se faire gouverner par ce type d’homme, et la justice américaine tranchera.   Et s’il est avéré, qu’effectivement, DSK est bien celui que l’on accuse, toute la classe politique se sera rendue coupable de complicité, de mensonge et de mauvaise foi caractérisée, pour des hommes et des femmes qui veulent donner et montrer l’exemple aux Français, cela passera très mal dans l'opinion. Pourtant, cette déclaration de Thierry Ardisson en 2008 lors de l'émission des Grandes Gueules sur RMC contredit clairement les amis de DSK :   - "Tout le monde le savait, moi j'ai 14 copines qui m'ont dit : il a essayé de me sauter ! En même temps, c'était le danger pour lui d'aller aux Etats-Unis, parce qu'en France ça fait partie du paysage, là-bas ils rigolent moins. Je pense que ce type-là a une maladie, on peut aimer baiser, mais à ce niveau-là... Il faut qu'il fasse une cure! ". Thierry Ardisson    Pour terminer, je poserais juste cette question :
-   Aujourd’hui, à la lumière des révélations, des articles, des témoignages écrits et vidéos que l’on trouve sur internet, autoriseriez-vous votre fille à faire un stage chez DSK ?
Nous vivons une époque formidable…

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippejandrok 11422 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine