Magazine Asie

Curieux objets nippons à Saint-Germain-des-Prés

Publié le 17 mai 2011 par Nicolas Koenig

Curieux objets nippons à Saint-Germain-des-PrésD’un côté, Saint-Germain-des-Prés. En fond de court, le tanka. À l’autre bout, Nicolas Grenier, auteur francophone. Au filet, un fantôme : son maître Bashô.

À Saint-Germain-des-Prés, tout le monde y a un souvenir. Le boulevard majuscule, ses cafés-mythes, le Flore, les Deux-Magots. Les librairies : la Hune, l’Écume des Pages. À l’arrêt de bus 86. À la crêperie, à côté de la boîte aux lettres jaune, à un pas de la station de la ligne 4. L’anecdote, certes, mais une histoire avant et après Boris Vian. Au village du tanka, peu s’y aventure. Et pour cause, nul ne le connaît vraiment, sauf qui a dégusté le chef d’œuvre du genre « l’Anniversaire de la Salade » par Machi Tawara. Le tanka, c’est une forme de poésie médiévale made in Japan. Cinq vers, pas plus, trente et une syllabes, pas moins.

La tentative de Nicolas Grenier, c’est de vaporiser un peu de « soleil levant » sur le quartier germanopratin, par-delà la culture populaire du manga et du sushi. Après coup, l’œil du passant s’en trouve métamorphosé. Sous un jour original, il retrouve les lieux qu’il fréquente. Le sacro-saint boulevard devient une mer. Au carrefour Mabillon, ciel rose ! Au Monoprix, les caddies se télescopent. En front de Seine, à quai Malaquais, moitié nue sous l’étole. Bref, autant de curieux polaroïds à Edo… plutôt à Paris Rive-Gauche.

Les pépites de l’ouvrage, c’est en couverture la calligraphie savante du titre en japonais par Wada Suïen. En prime, après la balade en tanka, l’étude de Nathanaël Gobenceaux révèle derrière la façade légère du tanka les arrière-cours de la pensée de Nicolas Grenier. Enfin, libre au lecteur de savourer de façon aléatoire trente et un tanka, au-delà, avec les « bootlegs », un total de soixante tanka. Au final, l’auteur, en dépit de son érudition, a bien compris qu’il fallait « donner » la poésie au plus grand nombre.

Un voyage rare donc, en pays nippon, sans jetlag, que le lecteur n’est pas prêt d’oublier.

« Quant à Saint-Germain-des-Prés, trente et un tanka sur la main d’après ».
Éditions du Tanka Francophone, 16 €
ISBN 978-2-923829-00-5


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nicolas Koenig 1719 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte