Magazine Info Locale

L'Auvergne romane

Publié le 17 mai 2011 par Gérard Charbonnel @gcharbonnel
Un élan vers le divin 
Vers la fin du Xè siècle et au début du XIè, l'art roman s'est épanoui dans toute la région Auvergne érigeant d'élégantes basiliques, de somptueuses vierges en majesté et de riches peintures murales. Avec ses quelques 250 édifices, le patrimoine roman Auvergnat s'impose comme l'un des plus importants en Europe.

L'Auvergne romane

Basilique Saint-Julien - Brioude - Haute-Loire

Dès la seconde moitié du XIè siècle, l'activité architecturale religieuse s'amplifie, liée au mouvement de réforme et de libération à l'égard des autorités laïques qui gagne toute l'église et triomphe très tôt en Auvergne grâce à l'importance de l'implantation clunisienne. Le développement de l'activité architecturale est aussi lié au début de la conquête de nouvelles terres dont les progrès décisifs se situent entre le XIè et le XIIIè siècle, la présence de l'homme s'affirmant partout alors.
Les débuts de l'art roman en Auvergne sont marqués d'une diversité dont ne se départira pas l'épanouissement général, ce qu'expliquent d'une part, la diversité des zones dans cette grande région géographique, d'autre part, ses multiples ouvertures sur l'extérieur qui font de l'Auvergne un réceptacle d'influences.
Ainsi se forme l'expérience des maçons qui vont édifier durant le dernier tiers du XIè siècle les édifices fleurons du roman auvergnat. Les caractères des grandes églises auvergnates s'affirment : ordonnance à deux étages avec tribunes contrebutant un berceau en plein cintre légèrement surhaussé et lisse, voûtes d'arêtes sur les bas-côtés, coupole sur trompes et triplets à la croisée, arcs en mitre dans les croisillons. Les édifices auvergnats majeurs renvoient une saisissante impression d'aplomb et d'unité, inscrites dans des paysages plus ou moins sévères, offrant à l'oeil une harmonie des proportions aussi remarquables que l'unité de leur conception. Leurs noms : Notre-Dame du Port à Clermont-Ferrand, Saint-Austremoine à Issoire, Notre-Dame d'Orcival, Saint-Nectaire, Saint-Saturnin, Mozac...
Si leur chronologie est mal assurée, leur homogénéité plaide en faveur de chantiers rondement menés à partir de la fin du XIè sicèle jusqu'au troisième quart du XIIè siècle.
Après un massif occidental décevant, les façades latérales vigoureusement rythmées d'arc et de colonnettes et le transept coiffé de massif barlong mènent au chevet dont le charme des lignes ascendantes composées avec rigueur est agrémentés de billettes, damiers et mosaïques dans une symbiose totale avec l'architecture. Harmonie et bonheur des proportions sont les leitmotivs à l'intérieur. Du narthex bas, presque oppressant, le visiteur découvre la nef, ses arcades à simple rouleau où l'arc en plein cintre peut côtoyer le trilobe, enfin son berceau lisse, exploit technique qui tient aussi à la modestie des dimensions. Les bas-côtés solides longent la nef jusqu'au transept saillant couronné de sa coupole et au chœur où la sveltesse des colonnes s'accorde à l'élégance des arcs surhaussés tandis qu'au-dessus s'ouvrent avec parcimonie les fenêtres. En effet, la lumière n'est pas le souci majeur de ces bâtisseurs qui savent néanmoins en ménager des effets heureux dans le déambulatoire et les chapelles rayonnantes.

L'Auvergne romane

Notre-Dame des Miracles - Mauriac - Cantal

Telles sont ces églises d'Auvergne si harmonieuses que la théorie du nombre d'or s'y applique parfaitement et si achevées que leur reflet est présent dans des édifices plus modestes. Il est loin cependant d'être obsédant et ces églises sont loin d'être uniquement la copie de Notre-Dame du Port ou de Saint-Nectaire.
Cette architecture harmonieuse est généralement complétée par une sculpture de qualité fixée dans des cadres précis, l'artiste auvergnat respectant parfaitement la loi du conformisme architectural : portails, chapiteaux, modillons, bases. L'Auvergnat n'est cependant pas un créateur de portes monumentales. Seule quelques églises majeures comme Notre-Dame du Port offre au sud un portail digne de ce nom qui montre l'utilisation typique du linteau en bâtière associé exceptionnellement à un tympan où la Vision d'Isaïe domine l'Adoration des Mages, la présentation au temple et le Baptême du Christ entre les effigies aux piédroits de Jean Baptiste et d'Isaïe.
Rarement les chapiteaux des portails sont historiés comme s'il n'était guère question dans ces simples compositions d'établir un programme. Celui-ci existe au contraire, souvent subtil, dans les sanctuaires des églises majeures : le Livre de vie à Notre-Dame du Port depuis le combat des vices et des vertus jusqu'à l'Assomption est associé au thème du péché originel et des anges. A Saint-Nectaire, le programme est éclaté en diverses directions : Passion, Apocalypse, Jugement Dernier, vie de Saint-Nectaire... A Issoire c'est le cycle de la passion qui se déroule sous nos yeux tandis qu'à Mozac, les bénédictins sans doute inspirés de Cluny, expriment sur les chapiteaux de leur sanctuaire une iconographie intellectuelle aussi élaborée qu'originale dont le fleuron est inspiré par l'Apocalypse VII, " Après cela j'aperçus quatre anges, debout au quatre coins de la terre, retenant les quatre vents de la terre ".
Ailleurs, les sources traditionnelles, Ancien et Nouveau Testament sont moins utilisées ou de façon isolée sans véritable programme. La prédilection des sculpteurs va plutôt à quelques thèmes originaux et répétitifs dans les grands comme dans les petits édifices : série sur les avares mis au supplice par des démons de la plus belle espèce, Bon pasteur ou figures du mal, évocation du Mal qui doit tenir le bon chrétien éloigné du péché, séries d'atlantes, griffons, sirènes, lions ou encore ces anges si présents comme à Mozac, associés ou non à des noms de Saints.

L'Auvergne romane

Eglise de Saint-Nectaire - Puy de Dôme

Le quotidien est une autre source d'inspiration qui conduit l'artiste à préférer parfois des animaux familiers aux animaux fantastiques. Le quotidien se retrouve aussi dans des scènes de guerre, un mariage, une donation ou encore des danseurs... Le motif végétal y est aussi très présent, lion des stéréotypies, des feuilles classiques d'acanthe à Clermont aux feuilles d'eau de Saint-Nectaire, Bredons ou Orcival.
Quant au style, il est multiple et loin d'appartenir à une seule et même inspiration. Le Sud-Ouest se retrouve à Mauriac ou Ydes, la Provence à Issoire, Conques, Saint-Nectaire, Volvic, Espalem, l'Antiquité à Brioude ou Mozac, la Bourgogne au portail de Clermont. Divers courants parcourent la sculpture auvergnate qui n'en perd pas pour autant sa personnalité, sensible aussi bien dans les grands édifices que dans les plus modestes églises.
Quant aux peintures, les plus anciennes sont celles des grottes de Jonas qui offrent à la fin du XIè siècle un cycle de la vie du Christ incomplet et désordonné dans un style frustre mais animé sur fond clair de tons ocres jaunes et rouges et de gris bleutés que l'on retrouve en plus subtil à Saint-Géraud d'Aurillac dans une évocation cosmique à travers une faune aquatique étrange. Le meilleur coloriste est cependant le Maître de Brioude qui développe de pile en pile à l'ouest de Saint-Julien une riche iconographie dont le dessin prépare le visiteur à la découverte du Jugement Dernier dans une atmosphère byzantine présente dans la grande image christologique de Lavaudieu associée à Marie entourée d'un cortège d'anges et d'apôtres.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gérard Charbonnel 315 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines