Magazine Politique

DSK, la cible

Publié le 17 mai 2011 par Pierre

Ce texte a été publié par nos amis de l’excellent blog Céphéides

Elle est noire. Elle est d’origine ghanénne. Elle est bien foutue. Elle vit dans le Bronks, un appartement miteux où elle élève seule ses deux enfants. Elle a 32 ans. Elle n’a pas de fric. Par le passé, elle a travaillé dans une des boîtes tenues par Giani. Elle bossait pour lui et un peu plus aussi… Giani l’aime bien. Depuis, Giani a grimpé les échelons. Giani fait encore plus de fric. Depuis quelques années, il spécule à mort sur les marchés. Pour lui et la Toile. Il travaille sur la zone Euro. Il veut faire tomber la Grèce et le Portugal. Il ramasse un max de fric. Giani sait que maintenant elle fait des heures comme femme de chambre. Dans le Sofitel de New York, Manhattan, 44ème rue. Giani lui a mis dans les pattes un mec qu’elle adore, qui lui a fait faire des crédits et qui l’a plantée en se tirant avec le fric. Elle a encore plus besoin d’argent.

Giani sait que le Français ne peut pas se retenir devant une femme. Il sait qu’il descend au Sofitel régulièrement. Giani n’aime pas le Français. Du haut du FMI, il veut sauver l’Europe et le monde de la spéculation. Il veut être Président des Français. La gauche française l’adore. La gauche française adore les grands bourgeois. La gauche française ne trouve rien à redire aux Porsche et aux riads à Marrakech. Elle n’aime pas le Fouquet’s et les yachts sur la Méditerranée. Son pote, Cambadélis, a dit : « DSK a un rapport laïc avec l’argent ». A méditer… Il a un autre pote, Ramzy Khiroun, le mec à la Porsche. Ramzy Khiroun travaille pour Lagardère. Il est cadre dirigeant chez Lagardère. Il connaît Lagardère. Lagardère connaît Sarkozy. DSK, Sarkozy, c’est du pareil au même. Ils n’ont pas compris.

Giani veut faire tomber DSK.

Ce samedi, il est au Sofitel. Samedi, elle travaille au Sofitel. A midi, elle entre dans la suite 28026. DSK est là. A poil, il sort de la salle de bains. Il tombe sur elle. Nez-à-nez avec elle. Elle lui sourit. Comme une invitation. Les femmes, c’est sa faiblesse. Tout le monde le sait. Mais pas lui apparemment. Il ferme la chambre à clé. Il se jette sur elle. Elle se laisse un peu faire. Puis se débat, elle le griffe sur la poitrine. Il laisse des traces, il faut des preuves… Elle parvient à se dégager et s’enfuit. Il n’a pas compris. Il est en retard. Il se dépêche. Il oublie son téléphone portable. Il doit déjeuner avec sa fille. Il est détendu, souriant et sûr de lui. C’est le patron du FMI. Le prochain Président des Francais. Puis, à 15 h 40, il embarque dans un vol Air France. Il doit partir pour sauver l’Euro. Il appelle l’hôtel pour qu’on lui ramène son téléphone portable. La police est là. Elle écoute. Elle retarde le vol. Elle est à l’aéroport. Dans l’avion. Elle arrête DSK. Souffle de réacteurs sur le tarmac. Déflagration. Sirènes de police hurlantes. Le poste de police de Harlem. L’inculpation. Les menottes. Giani a eu sa peau. Il peut continuer à spéculer à mort.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierre 381 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines