Magazine Poésie

Huаngdі : pоème Nаnjіng, lа vіlle rоuge ...

Par Illusionperdu @IllusionPerdu

Ne pleure pas, Nanjing !

Ici repose la ville de Nanjing,

depuis 1937...

Comment oublier ?

Pourtant l'Oubli serait pour Toi le meilleur des remèdes …

Se promener,

Là où les rires ont fuit depuis si longtemps, dans tes rues qui m'obsèdent…

******

Montre moi encore ce soir là… montre moi ta mort !

Cette nuit de Rouge sur fond de Noir, je veux la voir encore …

******

Un soir de décembre,

Les dernières couleurs ambre

De l'automne, dans l'âtre…

Je vois cette lueur rougeâtre.

Je m'approche, je la contemple…

Tu es le brasier dont l'innocence,

Servira d' "exemple"

A leur indécence.

Quand leur soleil se lèvera

Sur tes ruines fumantes,

Que cette rouge lumière sente

La douleur, qui éternellement te dévorera…

J'écoute,

Cent mille coeurs battre comme un,

Quand vient le soldat de peste,

Cent mille destins communs,

Celui d'attiser ce feu qui empeste…

Une nuit,

Une citée, les femmes égorgées lâchement,

Nuit de feu, nuit du sang.

Des femmes violées et laissées sur place,

Livrent le souvenir âpre de ces monstres de glace

J'entends,

Bien trop de ces cris d'enfants,

Dans cet immense bain de sang.

Et chaque coup de feu qui s'en empare,

Est une larme de peine qui nous sépare…

J'ai froid,

Car le temps s'est glacé,

Dans toutes les veines.

Les coeurs sont violacés,

Car tués sans honte ni peine...

Je pleure,

D'avoir vu cette ivresse dans les yeux,

De ces bourreaux ivres de rage.

Cette exaltation, quand pleuvent les coups odieux,

Est une lueur âcre qui déchire leur visage.

La nuit noire sera rouge des épieux,

Qui marqueront cet endroit,

Comme ils te lacèrent les chairs,

De la Loi des hommes, qui sacrifie les droits

A l'ivresse des forts, et à leur colère…

******

Pour te déchirer, Ô Martyre sainte,

Pour faire taire à jamais ta plainte,

On t'a enterrée vivante,

Pour que ta voix, cruellement éteinte,

Taise une histoire trop salissante …

Postscriptum

Dans ce poème, je personnifie la ville chinoise de Nanjing, et je raconte à ma façon l'une des époque les plus honteuses de l'histoire humaine...

Pendant la guerre sino-japonaise, le 13 décembre 1937, les 160 000 hommes de l'armée nippone prirent la capitale provisoire de la Chine, Nanjing. Par mesure de représailles contre la résistance qu'avait montrée les habitants, les soldats massacrèrent pendant six semaines LA POPULATION ENTIERE DE LA VILLE, soit 300 000 à 400 000 femmes et enfants (car les hommes avaient été enrôlés dans l'armée chinoise).

Ils violèrent les femmes, entèrent vivants les enfants et les vieillards, et éventrèrent les nouveaux nés...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Illusionperdu 3193 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines