Magazine

Blow-up, la palme de l'illusion

Publié le 24 mai 2011 par Doespirito @Doespirito

Blow-up C'est un détail qui change tout et qui mérite de figurer en bonne place dans la rubrique Le saviez-tu ? Mais pour comprendre, il faut avoir vu “Blow-Up”, que Michelangelo Antonioni réalisa à Londres en 1966. C'est l'histoire de Thomas, un photographe qui prend des photos dans un parc. Il shoote discrètement un couple qui s'embrasse. A partir de là, tout s'enchaine. La femme s'en aperçoit, devient très nerveuse, lui demande ses négatifs. Il refuse, elle insiste. Elle revient le voir, lui propose de coucher avec lui en échange.
Troublé, il lui donne sa pellicule… Enfin, il s'arrange pour ne pas lui donner la bonne. Car il est intrigué par l'intérêt porté à son film. Dès qu'elle est partie, il le développe, essaie de comprendre, agrandit les images. Et il découvre un détail qu'il n'avait pas vu lors de la prise de vue : il suit la ligne vers où porte le regard de la jeune femme et découvre un revolver pointé à travers les feuillages. Il s'aperçoit alors qu'il a été sans le savoir le témoin d'un meurtre…
Blowup-1 La photo obsède Thomas de plus en plus. Cette obsession se retrouve symboliquement sur les murs de son atelier : au début, il y a un simple cliché piquée sur le mur. Peu à peu, la pièce est constellée de photos, de plus en plus gigantesques… Mais plus il cherche, plus les détails deviennent précis, et moins il comprend ce qui s'est réellement passé… Jusqu'à cette dernière scène où il passe à côté d'un court de tennis où des mimes jouent pour une partie pour de faux, avec de grands gestes emphatiques. Jusqu'à ce que l'un d'eux tape trop fort dans la balle imaginaire, qui passe par dessus le grillage. Les mimes s'agglutinent contre le grillage et réclament silencieusement la "balle" perdue. Thomas, d'abord interloqué, finit par faire semblant de leur renvoyer. La caméra s'élève et on entend le bruit des balles de tennis sans voir les joueurs...
Comme parabole de la difficulté à expliquer ce que l'on croit percevoir, c'est la classe internationale. D'ailleurs, Antonioni obtint la Palme d'or à Cannes l'année suivante. C'était l'époque où les palmarès représentaient quelque chose, il faut dire… Et donc, pour réaliser son film, il avait emmené à Londres toute une équipe de tournage. Equipe dont l'entretien coûtait la peau des fesses. Déjà en délicatesse avec son producteur, Antonioni eut alors recours à une vieille technique de réalisateur dépensier pour justifier un nouveau dépassement de budget : il avait gardé pour la fin la scène du meurtre, morceau de bravoure destiné à négocier une rallonge en position de force.
Mais le producteur, Carlo Ponti (mari de Sophia Loren) n'était pas né de la dernière pluie. Et il refusa tout net de sortir la moindre lire en plus. Antonioni fut donc obligé de monter son film avec les seules images dont il disposait, donc sans sa scène centrale du meurtre. Cette contrainte donna à “Blow-Up” (agrandissement, en anglais) une partie de sa finesse et sa poésie. Elle magnifia cette extraordinaire parabole sur la confrontation du réel et de l'illusion et sur la vacuité de croire en la possibilité de maitriser la réalité. Comme un parallèle aux bruits des balles d'une partie de tennis seulement mimée, on nous montrait la photo d'un meurtre qu'on ne verrait jamais.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Doespirito 925 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte