Magazine Humeur

Affaire DSK – Dur de plaider non coupable

Publié le 24 mai 2011 par Menye Alain

Affaire DSK – Dur de plaider non coupableAprès l’audition de Nafissatou Diallo, 32 ans, la soubrette du Sofitel de New York, le grand jury new-yorkais a formellement inculpé Strauss-Kahn, en retenant sept chefs d’accusation, dont l’agression sexuelle et la tentative de viol, passibles de 25 ans de prison. Son avocat Benjamin Brajman, lors d’une interview dans le journal Haaretz avait estimé qu’il sera innocenté. Mais aujourd’hui, l’affaire se corse en défaveur du financier français qui aura de plus en plus de mal à plaider non coupable.

Depuis hier, Dominique Strauss-Kahn est formellement désigné par son ADN. D’après NBC New York et le site de France 2, des sources policières confirment que du sperme retrouvé sur le chemisier de la femme de chambre du Sofitel correspond bien à celui de l’ancien patron de FMI, qui s’était volontairement soumis à des tests médicaux après son arrestation. Pire, ceci corrobore le témoignage de la femme de chambre et ce sperme est présent en grand nombre, sur la zone du col de la blouse, ce qui montre que la fellation a été forcée. DSK  a-t-il été pris d’une folie subite ? Le scénario du syndrome de Priape se précise.

On ne nous dit pas tout. Selon Fox News, l’ex directeur du FMI aurait même intimidé la pauvre femme qui avait peur de perdre son travail. Un récit apocalyptique, une arrogance abyssale, un mépris des faibles. «Sais-tu qui je suis ? Sais-tu qui je suis ?» C’est ce qu’aurait déclaré Dominique Strauss-Kahn à la femme de chambre qui ne savait pas qui se trouvait dans la suite 2806, indique une source judiciaire, et non un tabloïd morbide qui en veut aux puissants…

Sorti nu de sa salle de bains, le papy flingueur va maintenant nous dire qu’il a séduit la femme. Comme le dit le proverbe africain, « le mensonge peut courir 100 ans, mais la vérité le rattrape en un jour », M. DSK. Continuons le récit diabolique au conditionnel mais bon, il faut vraiment être un attardé mental pour encore croire à la version de Strauss-Kahn alors que tous les éléments aujourd’hui en possession de la justice prouvent que Nafissatou Diallo n’a pas menti. Le drame de DSK et ses avocats c’est qu’on n’a rien trouvé à redire sur la vie de cette jeune femme…

Continuons ce récit qui fait froid dans le dos. DSK aurait commencé l’agression en caressant les seins de la victime présumée. Fox News poursuit, la femme aurait tenté de l’arrêter en appitoyant l’homme politique. «S’il vous plaît, non, aurait-elle dit à DSK. Je ne peux pas perdre mon travail, j’en ai besoin. Je vais le perdre, s’il vous plaît.» DSK lui aurait alors répondu: «Ne t’inquiète pas bébé, tu ne vas pas perdre ton travail. Ne t’inquiète pas. Sais-tu qui je suis ? Sais-tu qui je suis ?»

Je vous fais grâce du reste mais, une petite bagarre aurait eu lieu, DSK, aurait été poussé sur une armoire et aurait un bleu sur le dos. Séducteur, lui ? Mon oeil ! On a eu la putain de la République, Christine Deviers-Joncour, demain le violeur de la République sera-t-il DSK ? N’allons pas vite en besogne….mais enfin…..



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Menye Alain 963248 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte