Magazine Jeux de hasard

Rugby: pour le promu Bordeaux-Bègles, le plus dur commence

Publié le 24 mai 2011 par Moodds

Au lendemain de sa montée en Top 14, Bordeaux-Bègles entend s'enraciner dans l'élite en s'appuyant sur le socle qui a fait sa force cette saison et continuer à déjouer les statistiques qui renvoient systématiquement le second promu en Pro D2 l'année suivante.

Albi, Dax (relégué puis maintenu administrativement), Mont-de-Marsan et La Rochelle peuvent en témoigner: ces dernières années, gagner une finale d'accession n'augure rien de bon.

C'est un fait que l'Union, créée il y a quatre ans après le mariage du Club athlétique Bordeaux-Bègles Gironde (CABBG) et du Stade Bordelais, a déjà pris en compte pour vivre pleinement son retour dans l'élite, surprise pour bon nombre d'observateurs mais au final logique au regard de la maîtrise affichée par le 5e de la saison régulière lors des deux matches-couperets à Grenoble (2e) et à Albi (3e).

Beaucoup mettaient en avant son inexpérience, à tort quand on regarde le pedigree de ses joueurs aux origines multiples (11 nationalités différentes).

Le deuxième ou troisième ligne Dan Leo a remporté la Coupe d'Europe avec les London Wasps, le demi de mêlée Heini Adams le Super-14 avec les Bulls, Justin Purll et Gerard Frazer le Championnat d'Italie avec Calvisano, Rafael Carballo (Argentine), Silviu Florea (Roumanie), Vungakoto Lilo et Andrew Mailei (Tonga) disputeront la Coupe du monde, sans oublier le talonneur Olei Avei, considéré comme le meilleur joueur de Pro D2.

L'an prochain, Bordeaux-Bègles s'appuiera toujours sur ses 23 héros, renforcés pour l'heure par quatre Français issus de Pro D2, l'ex-All Black à passeport français Bruce Reihana et le N.8 des Queensland Reds Leroy Houston.

"On espère faire venir quatre à cinq bons joueurs dont un talonneur, un N.10 buteur et un ailier. Le meilleur rapport qualité-prix", confie le président Laurent Marti.

Au niveau des infrastructures, le vétuste stade André-Moga doit subir un lifting pour répondre aux normes du Top 14, avant un réaménagement "programmé en 2014 avec un passage à 14.000 places", indique le maire de Bègles (EELV) Noël Mamère. En attendant, l'Union envisage déjà cinq délocalisations à Chaban-Delmas (32.500 places) contre les ténors français.

Reste le volet financier, nerf de la guerre. "Il y a une grande équipe. Maintenant, il faut lui donner les moyens de s'installer durablement dans l'élite", estimait le maire de Bègles après la victoire, en appelant notamment à la Communauté urbaine de Bordeaux à participer.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Moodds 4501 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines