Magazine Info Locale

Jean-Luc Mélenchon fera-t-il avancer le Schmilblic dans le bon sens ?

Publié le 24 mai 2011 par Gezale

J’ai suivi avec une attention sérieuse la prestation de Jean-Luc Mélenchon, dimanche soir, sur la 5 dans l’émission animée par Géraldine Muhlmann, « C politique ». Je sais que mon ami, Reynald Harlaut, membre du Parti de gauche, l’a suivie également puisqu’il porte JLM très haut dans son cœur et dans son esprit.
Ce qui frappe d’abord chez Jean-Luc Mélenchon c’est son intelligence, sa culture politique et historique, sa capacité à répondre aux questions de manière pédagogique sans en éluder aucune. Il sait qu’il parle haut et fort et qu’on l’écoute. Géraldine Muhlmann a rappelé le parcours de son invité, de l’OCI (Trotskyste) au PS (il a été ministre de Lionel Jospin) en finissant par la création du Parti de gauche quelques jours après le congrès de Reims où il crut que Ségolène Royal allait gagner. On comprend mieux ainsi les propositions et le projet politiques actuels de celui qui sera candidat à la présidentielle puisqu’il avoue ne pas comprendre qu’un parti organise des primaires ouvertes (le PS) à d’autres que les membres dudit parti. Sinon à quoi servirait le parti interroge-t-il naïvement ? Cette primaire, il l'ignore.
Jean-Luc Mélenchon fera-t-il avancer le Schmilblic dans le bon sens ?Les sondages ? L’homme ne veut rien entendre là-dessus et on sait pourquoi. La disparition de DSK du jeu présidentiel porte un (léger) préjudice à Jean-Luc Mélenchon puisqu’il en avait fait sa bête noire, DSK étant, selon lui, l’affameur des peuples de l’Amérique du sud et du sud de l’Europe. Autrement dit, DSK était son meilleur adversaire à gauche. La culture des sondages (si discutables, si éphémères) n’est pas la sienne. Lui, il est dans le dur, le concret, les chiffres précis et l’efficacité. Affronter François Hollande ne lui fait donc pas peur, il le considère comme la doublure de DSK. Quant à Martine Aubry, il attend qu’elle se soit déclarée.
Ce qu’il souhaite ? Gagner car il n’aime pas perdre. S’il n’est pas le premier à gauche (on peut toujours rêver…) il veut peser sur le programme du candidat PS au second tour (si ce candidat est présent, évidemment) et négocier des propositions «plus» à gauche. Il est demandeur d’un débat public et contradictoire. Citons dans le désordre : contre le traité de Lisbonne, pour la démondialisation, pour la 6e République, pour une nouvelle Europe, pour la réunion d’une assemblée constituante, pour le salaire Maximum, pour une tranche d’impôts sur le revenu à 91 %, et surtout, pour la révolte dans la rue des précaires, des jeunes, des chômeurs, des sans abris…des salariés que les capitalistes continuent d'exploiter. Le fait est qu’il ne cite pas le suffrage universel, en priorité, pour changer le cadre institutionnel. Tous les démocrates doivent s’interroger sur cet oubli ou cette omission volontaire.
L’affaire DSK. J’ai été surpris par la qualité des propos de Jean-Luc Mélenchon. Il ne s’acharne pas sur DSK, n’omet pas d’évoquer la situation de la femme de chambre, victime présumée, situe ce fait divers dans le cadre plus général d’une société machiste et bien sûr invoque la présomption d’innocence tout en prenant le soin de ne pas ignorer la possibilité d’une culpabilité de la part de DSK. Il a cette phrase superbe : « Si les journalistes décident de fouiller dans la vie privée des politiques, il ne faudra pas qu’ils s’étonnent qu’on aille fouiller dans la leur. »
En écoutant le candidat potentiel du Front de gauche (PC, gauche unitaire et Parti de Gauche) plusieurs sentiments m’ont animé. Nous sommes face à homme politique original, sans langue de bois, sincère  et expérimenté. Dans le paysage politique, il détonne. S’il peut convaincre avec son concept de république citoyenne, un écueil se dresse sur son chemin : Jean-Luc Mélenchon est pétri de certitudes. Il supporte mal la contradiction. Qu’elle émane des politiques ou des journalistes qu’il méprise. « Qu’ils s’en aillent tous » écrit-il. En invoquant constamment la grande Révolution (celle de 1789) il joue les Robespierre dont l’Etat vient d’ailleurs de préempter des manuscrits rarissimes. Mais Robespierre, si c’est évidemment la république, c’est aussi les comités de salut public et surtout la terreur ! Je ne dis pas que Jean-Luc Mélenchon est un adepte du totalitarisme. Bien sûr que non. Mais son impérialisme verbal ne me rassure pas. J’ai peur qu’il confonde démocratie citoyenne et démocratie directe. Une démocratie au doigt levé qui ne passe pas par les isoloirs, une démocratie brutale construite autour d’un homme seul, sans la garantie du rôle des assemblées et des corps intermédiaires. La France de 2012 ne peut pas être celle de 1789. Et comme il cite l’exemple de la Tunisie, je ne peux m’empêcher de constater que la convocation de la constituante est repoussée de juillet à octobre 2011 et que les Tunisiens attendent autre chose que des réformes institutionnelles. Ce qu’ils veulent ? Du travail et du pain.
Jean-Luc Mélenchon fera-t-il avancer le Schmilblic dans le bon sens ?Jean-Luc Mélenchon n’est pas un imbécile. Il sait estimer son potentiel électoral et son taux de crédibilité dans la France d’aujourd’hui. Il doit évidemment tout faire pour « plumer la volaille socialiste » qu’il connaît bien et dont il mesure les travers. Le « plus à gauche que moi tu meurs » est susceptible de rallier des abstentionnistes, des hommes et femmes de gauche déçus des socialistes…en ce sens, JLM pourra être utile à la gauche au second tour. Et s’il réussit à faire prendre en compte certaines de ses revendications (à hauteur de sa représentation électorale) il aura fait avancer le Schmilblic dans le bon sens.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 7192 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine