Magazine Info Locale

Propos du père François du 22 mai 2011

Publié le 24 mai 2011 par Maurice Puault

 

Père François

Romainville 22 mai 2011

Propos du père François

Comme dit l’autre (en fait, Beaumarchais, cité quotidiennement par le Figaro).

Blâmer, je ne m’en prive pas. 1)

Flatter, je ne le ferai jamais

Il faut pourtant, à l’occasion, savoir reconnaître les aspects positifs d’une politique ; c’est ce que je vais tenter de faire ce jour.

Certes, on peut trouver suspect l’attachement de notre ville à Nexity et à Veolia (et j’ai déjà eu l’occasion de mettre le doigt sur quelques pratiques plus que douteuses à propos de la première, ce qui donne à penser que ce n’est peut-être là qu’un arbre qui cache la forêt), mais on peut aussi reconnaître que le désenclavement de Cachin, diverses constructions comme la médiathèque et l‘édification d’immeubles d’habitation à taille humaine contribuent, malgré beaucoup de fautes de goût, à rendre notre ville plus sympathique. 2)

Je m’en tiendrai aujourd’hui à mon quartier, le Centre et à ce que j’y ai constaté de positif.

Il y a d’abord eu l’infâme garage de la rue de l’abbé Bourbon, qui défigurait notre quartier en garant ses voitures épaves à droite et à gauche et qu’un « justicier » enflammait régulièrement, au risque d’embraser toutes nos habitations (je crois qu’il y eut neuf incendies).

Bravo à la mairie d’avoir réussi à faire fermer cette horreur; ça ne méritait peut-être pas la photo du père Champion mettant les scellés sur les portes de l’établissement 4), mais, après tout, seul le résultat compte.

Il y a eu ensuite l’immeuble du 42 avenue de Verdun, sale, vétuste, dangereux.

Il constituait un pur scandale ; les occupants y étaient innombrables ; il y avait évidemment péril pour l’hygiène et la sécur; les pompiers y intervenaient au moins une fois par mois et, dans la cour intérieure, les ordures s’entassaient jusqu’au premier étage.

J’imagine que cela n’a pas été facile, mais la mairie est parvenue à faire expulser les occupants (qui ont été relogés) et je constate que des travaux de rénovation sont en cours. Bravo.

Ceci reconnu, vous imaginez bien que mon « propos » ne va pas renfermer que des compliments.

D’abord, en ce qui concerne la rue de l’abbé Bourbon, comment peut-on en laisser l’extrémité touchant l’avenue de la République dans un tel état de délabrement 3) ? Et comment a t’on pu autoriser, à la place du garage, la construction d’une maison, certes de grande qualité, mais qui n’est pas du tout dans le style de notre « village » alors que je me suis laissé dire que nous étions, du fait de la proximité de l’église de Brongniart et du misérable château, dans un « périmètre protégé » ? 5)

Beaucoup plus grave : au 57 de la rue Gabriel Husson, il y avait l’ancienne maison du Dr Rosenfeld.

Occupée à l’origine par une seule famille, puis, à l’époque où je me suis installé à Romainville par trois familles (des protestants avec qui j’avais fait amitié), elle est restée de longs mois sans occupant.

Et puis, un jour, on a vu commencer des travaux et je me suis dit qu’un richissime individu avait décidé de rénover le bâtiment qui le méritait bien.

Je t’en fous ; il s’agissait d’un salopard de marchand de sommeil, qui en a fait une termitière.

Allez-y : vous constaterez que dans la cour, il y a maintenant 16 boîtes aux lettres et que les carcasses de véhicules épaves commencent à s’y entasser.

On m’a affirmé que la mairie a tout fait pour empêcher cette mauvaise action, mais en pure perte. Je lui en donne acte.

Je ne veux pas croire qu’on puisse abandonner le combat : hygiène, sécurité : tout doit être tenté pour mettre un terme à ce scandale.

En dernier lieu, il reste le fisc : quel est le montant des loyers ? Quels impôts paie le propriétaire ?

On ne doit jamais se résigner aux saloperies et la mairie peut être assurée de trouver en moi un allié actif et fidèle si elle tente de mettre un terme à cette situation.

Et puis, allez imaginer un incendie dans ce local surpeuplé.

Bien sûr (je rassure Maurice), il ne s’agit pas d’évacuer les occupants sans se préoccuper de leur relogement. Il s’agit de mettre un terme aux agissements d’un salaud.

Je terminerai par deux faits de moindre importance :

1° Il n’est pas du meilleur goût d’avoir laissé installer une colonne Morris (vraie ou imitée) à proximité de notre église. 6)

2°J’ose à peine rappeler le poteau téléphonique arraché puis réinstallé devant chez moi (les autres riverains de l’avenue de Verdun sont à la même enseigne que moi) et auquel pendouille un câble qui est en train d’arracher ma fixation ; et cette situation dure depuis treize mois.

Voilà… Ca me fait tout drôle de ne pas avoir « dégorgé du fiel » ; espérons que je retrouverai vite mon alacrité. 7)

Salut à tous.

François Le Cornec

- - - -

Commentaires de Maurice

1) Fais attention, tu vas devoir peut-être partir puisque tu n'aimes pas la gestion muunicipale !

2) Tu appelles ça – faute de goût - ? Eh bien, tu es trop gentil, repasses rue Benfleet et regardes où était le foyer Kérautret pour voir la faute de goût.

3) Il y a plusieurs années lors d'une réunion en mairie, il nous a été dit qu'à cet emplacement il devrait y avoir un parking, la municipalité a eu beaucoup de difficulté pour expulser le squat, car il y avait (paraît-il) la fille d'une personne connue dedans.

4) C'est à ça que sert le bulletin municipal, montrer les élus en photos en disant : voyez, j'ai fait ci, j'ai fait ça...

5) Je connais une habitante (dans le périmètre) qui a eu des travaux de peinture de refusés, car la couleur ne plaisait pas alors que ses travaux ne donnaient pas sur la rue !

6) ça fait plaisir aux petits bourgeois, n'est-ce pas ce qui est recherché depuis que la gentrification est en marche (forcée) à Romainville ?!

7) Souhaitons-le aussi, ne prends pas de mauvaise habitude.

Excuse-moi François de ne pas l'avoir publié plus tôt, je n'y pensais plus.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Maurice Puault 742 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine