Magazine Médias

300 ans d’inventaires

Publié le 24 mai 2011 par Copeau @Contrepoints

300 ans d’inventairesDepuis trois ans, des chercheurs de Cambridge compilent, étudient et font des analyses statistiques de 28 000 documents rédigés à la main entre 1600 et 1900 dans la région de Wurtemberg en Allemagne.

Ces documents sont des listes de tous les biens possédés par les foyers et les entreprises (des vêtements aux articles de cuisine, des cuves en chêne aux sacs de tranches de pommes séchées), réalisées à l’occasion des mariages et des décès par tous les habitants de deux zones de la région (le village de Auingen sur le Schwäbische Alb et la petite ville de Wildberg dans la Forêt Noire) quel que soit leur niveau de richesse ou leur appartenance sociale.

En 2013, la base de données complète sera disponible en libre accès.

À ce jour, 28 000 folios manuscrits ont été analysés, représentant 460 000 articles distincts et leur valeur monétaire. Les chercheurs savent maintenant l’identité de plus de 3000 personnes sur trois siècles, qui ils étaient, ce qu’ils possédaient, leur sexe, âge et état matrimonial, leur lieu d’origine, leur occupation, leurs relations financières,  si oui ou non ils pouvaient signer leur nom et quels étaient les membres de leur famille et leurs héritiers.

La Révolution Industrieuse

Cette masse de données ouvre une fenêtre sur la manière dont la consommation affecte l’économie. En fait, c’est la tentative la plus complète à ce jour pour faire la lumière sur la théorie de la révolution « industrieuse ». Selon cette théorie, la révolution industrielle a été précédé par une époque où un désir croissant de biens de consommation a entraîné des changements de productivité et de temps passé à travailler.

Le désir de posséder plus de biens a poussé les personnes à délaisser l’auto-suffisance dans le but de se procurer des biens de consommation. La hausse de la consommation a provoqué un cercle vertueux, poussant les producteurs à innover et à produire plus.

Les corporations et l’Etat contre la société

Contrairement à d’autres régions européennes, l’Allemagne est restée en dehors de cette révolution industrieuse jusqu’en 1800. Comment l’expliquer ?

Des recherches antérieures ont montré que c’est la domination des corporations et des associations de commerçants qui bloquait l’apparition des changements qui menaçaient leurs monopoles. Les guildes ont érigé des barrières contre les innovations commerciales ou rurales qui rendaient disponibles des marchandises à des prix plus avantageux pour les consommateurs pauvres. Les gouvernements et les élites liées au pouvoir ont ainsi essayé de dicter ce que les gens ordinaires pouvaient consommer.

Les régions qui correspondent à l’Allemagne actuelle sont enfin rentrées dans la Révolution Industrieuse lorsque les guildes, les associations de commerçants et les lois somptuaires ont disparu autour des années 1800.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Copeau 583999 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog