Magazine Science & vie

"Révolution verte" : les retours de flamme

Publié le 24 mai 2011 par Sungstory
"Révolution verte" : les retours de flamme
Leçons suédoises pour une durabilité réelle
http://dissidentvoice.org/2011/05/the-green-revolution-backfires/
(Traduit de l'américain - texte original par Firmin DeBrabander, professeur de Philosophie au Maryland Institute College of Art)
Et si la voiture électrique aggravait en fait la pollution ? Que faire si les émissions de gaz à effet de serre augmentaient au lieu de diminuer? Absurde, dites-vous? Considérez ce qui s'est passé en Suède.
Grâce à de généreuses subventions du gouvernement, la Suède a poussé agressivement ses citoyens à l'achat de véhicules à l'énergie de remplacement efficace (hybrides, vérification des véhicules diesel, et moteurs qui tournent à l'éthanol).
La Suède a rencontré un tel succès dans cette initiative que ce pays est actuellement leader pour les ventes par habitant des «voitures vertes». Mais pour tout le monde, et à la profonde surprise du gouvernement, les gaz à effet de serre sont en hausse, au désarroi du secteur des transports du pays!
Peut-être ne devrions-nous pas être surpris après tout. Mais qu'attendez-vous ? Quand les gens utilisent ces véhicules, ils peuvent se sentir bien à cause de leur comportement éthique - ou moins coupables au premier abord, parce que leur consommation de carburant est ressentie comme aussi bon marché. En fait ils sont tout naturellement, petit à petit, portés à effacer les gains d'énergie réalisés par un tel rendement énergétique accru.
Nous devons garder cela à l'esprit quand GM et Nissan déploient leurs nouvelles "voitures vertes" à grand renfort de publicité. La Chevrolet Volt, un hybride avec une batterie au lithium, peut aller 35 miles sur l'énergie électrique seule (après la charge pendant la nuit, par exemple), et GM se vante sur son site Internet que si vous limitiez votre conduite quotidienne à cette distance, vous pourriez «circuler sans gaz pour une moyenne de 1,50 dollars par jour."
Le prix de la Volt est coté à un prix très raisonnable de 33 mille dollars (si vous faites valoir le maximum de 7500 dollars en crédits d'impôt). Le tout électrique Nissan Leaf est annoncé pour un montant encore plus raisonnables 26 mille dollars (avec obtention des crédits d'impôt, naturellement). Qu'est-ce qu'un tel accord - et c'est bon pour vous aussi, les constructeurs tiennent à ce que vous le sachiez. Comme GM le met en première ligne sur son site Internet : «L'électricité est une source d'énergie plus propre."
La Suède est un modèle de durabilité dans l'innovation, tandis que les États-Unis sont considérés par la plupart comme les consommateurs les plus voraces de la planète. Sur la base de l'expérience suédoise avec les dites "voitures vertes", il est redoutable d'imaginer leur impact possible sur les consommateurs US. Qui peut douter que ces véhicules vont probablement inciter les Américains à faire des trajets plus longs pour travailler, ou pour aller vivre encore plus loin dans les zones suburbaines, ce qui accroîtra le développement du bitume et les émissions de gaz à effet de serre qui s'ensuivent ?
À son stade actuel, ladite "révolution verte" est en grande partie consacrée à un effort démesuré pour fournir aux consommateurs les produits qu'ils ont toujours aimé - mais à présent sous des versions abordables, de l'énergie efficace. L'idée semble être que, grâce à un échange progressif, nous pourrions réduire collectivement notre empreinte carbone. Toutefois, il est clair que cette approche est flouée aussi longtemps que nous ignorons l'éléphant dans le magasin de porcelaine: la consommation. Nos habitudes de consommation sont si absurdes, tellement en-dehors des enjeux, qu'elles risquent à terme de défaire tous les gains de l'environnement que nous pourrions avoir à faire. Nous sommes de tels ardents consommateurs dépendants que nous interprétons les gains d'efficacité comme une prime pour consommer encore plus.
Si nous voulons préserver l'environnement et répondre aux demandes des milliards de consommateurs aussi avides dans le monde en développement, nous devrons faire face aux faits et réformer nos habitudes de consommation folle. Il faudra établir de nouvelles normes de consommation beaucoup plus modestes que le statu quo actuel. L'exemple de la Suède suggère que certains changements d'orientation de base sont à l'ordre du jour.
Et d'une, nous devrons rendre l'énergie plus chère - pas moins chère, et cela quelle que soit sa source. Si le coût de l'énergie était à la hausse par le biais de la taxe sur l'essence, d'importantes augmentations comparables à celles appliquées en Europe, par exemple, nous obligeraient à nous familiariser avec la rareté de cette énergie dans tous les aspects de la vie quotidienne. Cela nous disposerait à la conservation de l'énergie en l'utilisant aussi peu que possible, ce qui était autrefois un comportement par défaut. Cette mesure serait l'amorce d'autres changements à venir, comme dans nos habitudes d'achat: par exemple, être moins enclins à surcharger les appareils électroménagers ou l'électronique, et tous gadgets nécessitant plus d'espace de stockage, ou de plus grands volumes d'habitation.
Nous devrions également veiller à éviter les déplacements, autant que possible. Cela implique un développement suburbain et urbain plus condensé, et un taux de remplissage augmenté des transports en commun. Je présume que la congestion ne cessant de s'aggraver sur nos routes nous force déjà dans cette direction. Comme les ingénieurs de la circulation l'ont appris, la construction de nouvelles routes n'apporte pas de solution à la congestion, mais augmente réellement cette congestion, en grande partie parce qu'elle invite d'autres nouveaux conducteurs à prendre la route. Les transports en commun sont la meilleure solution à la congestion et à la pollution, mais la plupart des municipalités dans ce pays n'offrent pas aux résidents des options réelles de transport en commun qui soient bon marché, propres et efficaces. S'ils le faisaient, je suis convaincu que les Américains seraient partants. Depuis des décennies, nous avons consacré toute notre énergie à réfléchir aux façons de rendre la circulation plus facile, moins coûteuse et plus commode, mais si l'on appliquait le même intérêt pour les transports en commun, sans doute ferions-nous des progrès comparables.
Il s'agit ici d'une réflexion que nous aurions dû tenir bien avant de nous préoccuper des préférences actuelles des consommateurs "verts et bon marché". Ne vous méprenez pas, les voitures électriques sont une innovation merveilleuse et bienvenue, mais ces voitures ne sont qu'une solution très partielle au problème global actuel et cette solution doit être accompagnée par d'autres impliquant plus profondément des changements dans un style de vie probablement trop expansif. Les décideurs économiques et politiques réticents à "faire des vagues" avec les consommateurs laissent intactes les habitudes de consommation, comme une option préférable. Ce n'est pas assez. Nous avons besoin de mieux que des demi-mesures pour assurer la durabilité. Comme l'exemple de la Suède en a donné la preuve, à moins que d'autres changements plus fondamentaux ne soient opérés dans notre société de consommation, les demi-mesures ne feront que creuser plus profondément l'abîme.
______________________________________
Firmin DeBrabander est professeur de Philosophie au Maryland Institute College of Art.
"Penser au Global - Agir au Local"

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sungstory 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine