Magazine Politique

Ville et logement, pour un nouveau modèle

Publié le 09 février 2008 par Pierre

sarkozy-amara-borloo.jpg Au-delà même de la question des banlieues, qui a fait l’actualité hier avec la présentation à l’Elysée par Fadela Amara de son plan, en présence de Nicolas Sarkozy et de Jean-Louis Borloo,  force est de constater que  la question urbaine est essentielle pour nos sociétés : protection de l’environnement, équilibre et paix sociales, bien être des individus qui les composent, la ville est coeur de notre modèle de développement.

paris-vue-aerienne.jpg
 Or que constate-t-on ? Le centre demeure le lieu d’attraction principale, qui concentre souvent activités économiques, culturelles et habitat. Progressivement, pour le logement, se met en place une ségrégation spatiale par l’argent. En d’autres termes, sauf choix volontaires (certaines banlieues américaines) liés à des spécifités locales, géographiques…, plus on est riche, plus on habite dans ou près du centre et inversement, plus on est pauvre et plus on vit loin.

Le marché de l’immobilier, qui ne fait que refléter les souhaits des habitants, devient alors l’outil bien involontaire de cette ségrégation. La ville « machine à exclure » est alors en marche, au détriment de son élément constitutif le plus essentiel : l’habitant. Elle se mutile en quelque sorte.

Proposition de critère : l’intérêt local / l’utilité locale

Tout le monde a envie de vivre au meilleur endroit mais ce n’est pas possible. Passé ce constat d’une banalité crasse, que faire si on veut éviter que l’argent soit le seul critère de répartition ?

artisan-plombier.jpg
 Pourquoi ne pas envisager un faisceau d’indicateurs qui permettrait de dresser une hiérarchie des accédants au marché de l’immobilier local. Ainsi, pourraient constituer des éléments à prendre en compte :
 - L’activité économique liée à la ville (ex : un boucher de quartier plutôt qu’un trader de la société générale, un artisan plombier plutôt qu’un vendeur d’automobiles),
- L’implication dans la vie de la cité : assiduité aux élections municipales et cantonales, activité associative, sportive, bénévolat…,
- La contribution à la vie économique locale (le client achète-t-il plutôt chez le commerçant du coin ou dans une grande surface ?).
Etc…

Naturellement, comme pour le panier de la ménagère de Thierry Breton, il faudra que le modèle défini, avec ses indicateurs, soit le plus neutre et objectif possible. Cet indicateur d’utilité locale pourrait ainsi pondérer le seul marché de l’immobilier d’une manière plus ou moins forte, selon le résultat obtenu par le ménage candidat, en diminuant par exemple d’un certain pourcentage la valeur du bien qu’il souhaite acquérir.

Quoiqu’il en soit, il est temps d’agir. 

François


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pierre 381 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines