Magazine High tech

Test de Tomb Raider Trilogy sur PS3

Publié le 31 mai 2011 par Axime
Test de Tomb Raider Trilogy sur PS3

Après avoir été l'héroïne de dix jeux, la belle Lara Croft va bientôt faire sa mue et devenir une aventurière d'un nouveau genre. Après 15 ans de service, l'archéologue la plus connue du jeu vidéo méritait tout de même un hommage. Celui-ci se nomme Tomb Raider Trilogy et reprend les trois principaux épisodes créés par Crystal Dynamics : Legend, Anniversary et Underworld. Il est temps de prendre ses pistolets, d'enfiler son plus beau short et de se préparer à jouer les monte-en-l'air pour découvrir si le trésor que proposent Square Enix et Eidos est digne de Miss Croft.

source - 320031
source - 320032
source - 320033

Grandeur et décadence

Elle était belle, elle était jeune, elle sentait bon le sable chaud, elle tirait mieux que personne et dégageait une odeur de ruines comme nulle autre. Elle s'appelait Lara Croft, nous étions en 1996 et elle s'appétait à révolutionner le jeu vidéo. Première héroïne de jeu à mettre en avant sa féminité et son indépendance, la jeune femme faite de pixels a tout balayé sur son passage. Après un Tomb Raider magnifique de maîtrise, Lara Croft apparait partout, elle devient mannequin virtuel, est adaptée en BD, deux films suivront et, malheureusement, le vice sera poussé jusqu'à un film pour adultes. Un simple personnage virtuel sera même au centre de batailles médiatiques afin de savoir si elle donne une image de la femme objet aux formes généreuses que les hommes dirigent à leur guise grâce à une manette ou si, au contraire, elle symbolise la femme forte et libre. C'est un véritable tsunami médiatique qui ferait oublier à certains qu'avant toute chose Lara Croft est le personnage principal d'une série de jeux d'aventure.

Armée de ses deux fidèles pistolets, cette jeune aristocrate anglaise est une archéologue hors pair. Elle parcourt le monde à la recherche des trésors les plus rares, la plupart tenant uniquement de la légende. Tomb Raider s'imposa rapidement comme un jeu d'aventure doté d'une profonde richesse et mélangeant le fantastique à la réalité. Lara prend toujours plaisir à partir à la recherche d'objets disparus dont les pouvoirs mystiques attirent bien des convoitises. Si au début la miss passait plus de temps à réaliser des acrobaties à des dizaines de mètres du sol, tout en réfléchissant à la résolution de puzzles millénaires, elle a par la suite préféré faire parler la poudre plus souvent qu'à son habitude.

Après trois premiers épisodes réussis, Core Design exploite le filon sans y apporter de nouveauté et la série s'enfonce dans le moyen. En 2006, Crystal Dynamics prend la main et relance la machine grâce à une nouvelle trilogie, plus accessible et sensée redonner un coup de fouet à la saga. Ce sont ces trois jeux qui sont réunis dans ce Tomb Raider Trilogy.

source - 320034
source - 320035
source - 320036

Entrez dans la légende

Tomb Raider : Legend est arrivé à un moment où la série avait besoin d'un bon coup de fouet. Si Tomb Raider a été un modèle pendant de longues années, et l'est toujours à l'heure actuelle, la concurrence a rapidement suivi la piste de la série de Eidos. La recette miracle était simple, un gameplay plus dynamique, plus souple et une Lara plus sûre que jamais. L'histoire a pour départ l'enfance de Lara et plus particulièrement comment sa mère a disparu. Au détour d'une visite en Bolivie, la belle découvre un indice qui la pousse à revenir sur certains événements de son passé. Cette aventure la fera voyager des hauteurs de l'Amérique du Sud aux neiges du Kazakhstan, sans oublier un petit détour par les locaux de la pègre japonaise. Les décors sont très variés et l'aventure nous sert son lot de scènes spectaculaires dans des décors grandioses. Les missions s'enchainent dans des environnements qui ne se ressemblent pas et au fur et à mesure l'histoire se dévoile. Loin d'être très originale, elle a la bonne idée d'être accessible à tous, y compris ceux qui n'ont jamais posé leurs mains sur un jeu de la belle anglaise.

Très orienté action, Tomb Raider : Legend réussit à nous offrir des affrontements intenses et des fusillades qui laissent peu de place au répit. Virevoltante, l'archéologue saute, glisse et mitraille à tout va. Son équipement est à la hauteur de ses connaissances historiques, armée de ses deux pistolets qui ne la quittent jamais, elle peut aussi utiliser des grenades ou des armes trouvées sur le corps des ennemis, celles-ci comprenant le fusil à pompe, le fusil mitrailleur et même le lance-grenade pour les situations les plus graves. Notez que la visée est automatique, c'est-à-dire qu'en appuyant sur un bouton l'ennemi le plus près sera mis en joue. Libre à vous de changer de cible en poussant légèrement le stick droit. En plus de parfaitement manier cet attirail à faire pâlir n'importe quel héros de jeu d'action, elle profite aussi de son agilité. Approchez-vous d'un ennemi et vous pourrez lui mettre un coup de pied bien placé pour calmer ses ardeurs, il est aussi possible de l'envoyer au sol grâce à une glissade. Le plus efficace reste encore de sauter en direction d'un adversaire, vous pourrez alors lui rebondir dessus, ce qui ralentira le temps, vous offrant ainsi tout le temps d'ajuster votre tir. Si jamais vous avez envie de faire un gros câlin à un tireur qui préfère les relations à distance, alors votre fidèle grappin sera là pour l'attirer dans vos bras armés. Vous aurez même le droit à une séquence en moto pour vous changer les idées, bien qu'elle ne soit pas passionnante, elle a le mérite de varier le rythme, tout comme les petites séances de QTE qui feront leur apparition à l'occasion.

Le grappin sera votre gadget à tout faire puisqu'il servira autant à résoudre les énigmes qu'à vous envoyer en l'air. Les casse-têtes sont d'ailleurs faciles dans ce Tomb Raider : Legend, la plupart du temps il suffit d'aller d'un point à un autre, avec un chemin parfaitement balisé, pour activer un levier. Les phases de plateformes optent aussi pour la simplicité mais sont très agréables à faire grâce au gameplay qui laisse une petite marge d'erreur qu'on ne trouvait pas dans les premiers épisodes, ce qui pouvait rapidement devenir frustrant. Le manque de difficulté rend l'aventure malheureusement courte, comptez près de 8 heures pour voir le générique de fin, heureusement, la chasse aux trésors cachés, permettant de débloquer des costumes ou autres petites vidéos bonus, vous offrira quelques heures supplémentaires, tout comme la possibilité de rejouer un niveau en tentant de le boucler en un minimum de temps.

Graphiquement le jeu a bénéficié d'un lifting bienvenu malgré des textures baveuses et un léger aliasing qui ne retirent rien à la grandeur des décors et aux charmes de notre héroïne. Tomb Raider : Legend se présente comme le meilleur moyen d'entrer dans l'univers de la saga, une ouverture pour tout nouveau joueur qui n'a jamais eu la chance de s'attaquer à cette série. Pour son coup d'essai Crystal Dynamics redonne un coup de jeune à la licence tout en la faisant évoluer.

source - 320037
source - 320038
source - 320039

Happy Birthday Lara

10 ans après le tout premier Tomb Raider, un remake nommé Tomb Raider : Anniversary fait son apparition, prêt à faire verser une larme de nostalgie aux premiers adorateurs en opérant la fusion entre les anciennes années de gloire et le renouveau. Plus qu'une mise à jour graphique, c'est tout le level design qui est modifié pour tirer parti des nouveautés de la série, si bien qu'on a presque l'impression d'avoir affaire à autre jeu. Ainsi, le grappin fait son apparition, tout comme les QTE occasionnels et surtout le gameplay est repris de Tomb Raider : Legend, supprimant le côté frustrant de l'opus originel qui ne laissait pas la moindre place à l'erreur. Les salles et les énigmes sont repensées avec brio pour intégrer ces évolutions, tout en gardant l'esprit du premier volet.

Le challenge est ici élevé sans être rebutant. Les combats sont rares mais intenses et le moindre ennemi se révèle dangereux, surtout qu'ils ont pour habitude de surgir lorsqu'on les attend le moins. Le système de combat est moins complet que celui de la première création de Crystal Dynamics puisqu'on ne peut ni frapper au corps à corps ni enclencher le mode bulletime. Tout ceci est remplacé par une attaque puissante de vos ennemis : lorsque ceux-ci la lancent, le temps ralentit, vous donnant la possibilité de faire une roulade et, en tirant au bon moment, d'achever la créature qui a osé s'en prendre à vous. Désolé pour les amis des animaux et Brigide Bardot, mais ici les créatures rencontrées sont principalement des animaux et des créatures mythiques, attendez-vous à des surprises de taille.

L'attrait de Tomb Raider : Anniversary est ailleurs, la majorité du titre repose sur des salles remplies de pièges, de plateformes et de mécanismes tous plus tordus les uns que les autres. Chaque nouvelle pièce se présente comme un véritable casse-tête où l'on n'ose pas imaginer quelle route il va falloir suivre, on en arrive même à se demander si l'on est bien sur le chemin de la sortie. L'apprentissage se fera souvent par l'erreur et au son des os brisés de Lara après une chute vertigineuse. Ce bijou de level design tellement proche et pourtant si différent du précurseur de la saga est un plaisir à parcourir, aussi bien pour les anciens que pour les nouveaux venus. L'aventure en elle-même est déjà longue, plus de 12 heures pour les habitués, si en plus vous y ajoutez des reliques et autres objets extrêmement bien cachés, vous pouvez facilement atteindre la vingtaine d'heures de plaisir.

En partant à la recherche du Scion de l'Atlantide, Lara part sur les traces de son père mais surtout, les créateurs en ont profité pour y inclure des passages par les grandes civilisations disparues que sont l'Egypte et la Grèce antiques, de quoi ravir tout fan de mythologie. Contrairement à Tomb Raider : Legend qui propose de nombreuses destinations, ici on passe énormément de temps dans chaque environnement. Si cela se ressent sur le long terme, la richesse de l'aventure fait que jamais on ne s'ennuie et que l'on va de découverte en découverte. Tomb Raider : Anniversary est l'épisode qui réserve la plus grande part à l'exploration et aux énigmes. Bien qu'une fois encore les graphismes souffrent des textures ternes et d'un peu d'alliasing, nous sommes tout de même en présence du meilleur épisode de cette compilation et surtout d'une perle à essayer absolument pour tous ceux qui aiment l'Aventure avec un grand A.

source - 320040
source - 320041
source - 320042

Si j'avais un marteau

Tomb Raider : Underworld est le premier jeu de la saga à être sorti sur PS3, et il a pourtant totalement sa place dans cette compilation puisqu'il est l'aboutissement des différentes histoires débutées dans Legend et Anniversary. Tout commence en mer méditerranée où se situerait la porte d'Avalon, lieu où le roi Richard serait parti avant de mourir, pour finalement dériver sur la mythologie scandinave. Il faut dire qu'entre l'Angleterre et les neiges de l'Europe du Nord, on comprend que les héros et dieux locaux aient envie de prendre quelques vacances au soleil pour y chasser le requin. Tout ceci vous entraînera sous le soleil du Mexique, en Thaïlande et en des lieux bien moins chaleureux où la neige s'étend à perte de vue.

Ce dernier opus en date essaye de prendre le meilleur de Legend et Aniversary, malheureusement pas toujours avec succès. Le système de combat avec de nombreuses attaques possibles fait son petit effet, les énigmes et acrobaties sont d'un bon niveau, mais tout n'est pas parfait pour autant. En effet, on sent que les développeurs ont tenté d'offrir un titre accessible au risque de rebuter ceux qui cherchent du challenge. Dans la grande majorité, les combats sont d'une mollesse effarante, on ne ressent pas le dynamisme des autres épisodes, obligeant à bondir partout, à prendre des risques et donnant cette petite montée d'adrénaline mélangée à la peur de mourir. Les ennemis prennent leur temps pour attaquer et même lorsqu'ils touchent, la perte de vie est minime. Pire encore, on en vient à s'ennuyer lorsqu'on doit affronter une dizaine d'ennemis et à maudire le point de sauvegarde qui nous oblige à refaire ce combat à cause d'une phase de plateforme manquée.

Du côté des moments de réflexion, on retrouve des passages tordus et dont la solution n'est pas toujours évidente au premier abord. Il est tout de même possible d'obtenir des indices, voire même la solution, grâce à votre fidèle assistant personnel qui résumera aussi les trésors que vous avez trouvés. Ces précieux objets ne vous offriront qu'un défi limité étant donné que nombre d'entre eux sont subtilement cachés au beau milieu de couloirs. Si de ce côté on aurait aimé un peu plus d'imagination, le reste du jeu mettra tout de même votre cerveau à l'épreuve pendant une douzaine d'heures.

Forcément, en tant que seul épisode sorti directement sur PS3, Tomb Raider : Underworld est bien plus beau que ses prédécesseurs. A ce niveau, on profite de superbes environnements allant de temples glauques, à des ruines perdues dans la jungle, sans oublier les fonds sous-marins aussi dangereux que magnifiques. Lara n'est pas en reste grâce à ses expressions faciales qui lui donnent plus d'humanité que jamais. Malheureusement, l'animation va du réaliste au sentiment que la colonne vertébrale de notre aventurière a été remplacée par une barre de fer.

C'est donc un résultat mi figue-mi raisin que nous offre Underworld, cet épisode ayant la bonne idée de conclure la trilogie entamée avec Legend, mais à trop vouloir fusionner ses deux prédécesseurs, tout en offrant une accessibilité importante aux nouveaux venus, il finit par manquer d'identité. Avec des combats trop simples mais une aventure agréable à parcourir, il reste un bon épisode, mais pas le meilleur.

source - 320043
source - 320044
source - 320045

La fin d'une époque

Il serait injuste de ne pas aborder la bande-son de l'ensemble des épisodes qui est l'une des forces de cette série. Outre le doublage français de bonne qualité, il ne faut pas oublier les musiques d'ambiance qui savent se mettre parfaitement en retrait pour surgir au meilleur moment. Lorsque la douce et mystérieuse musique qui vous suivait durant vos acrobaties monte d'un cran et se fait plus sauvage, vous pouvez être persuadé qu'un ennemi vous a à l'œil. Elle saura même laisser la place au silence dans un temple abandonné depuis des milliers d'années, afin de vous faire ressentir la solitude et l'insignifiance de votre présence dans ces immenses lieux vidés de toute vie. Un pur régal qui participe entièrement à l'ambiance magique de la licence.

Une compilation c'est aussi l'occasion de noyer le fan sous une avalanche de bonus, de quoi le faire replonger même s'il possède déjà un titre présent sur le disque. Ce n'est clairement pas le cas de Tomb Raider Trilogy puisqu'on n'a le droit qu'à des making-of, un thème PS3 et des vêtements pour le home, à moins d'être un fan passionné c'est quand même très peu.

Plus qu'un retour en arrière, c'est un hommage à Tomb Raider que nous offre Crystal Dynamics. Alors que la série va profiter d'un reboot pour se lancer dans une nouvelle voie, retrouver les dernières aventures de la plus impressionnante archéologue du jeu vidéo est un petit plaisir que de nombreux joueurs devraient saisir. Certes, Tomb Raider Trilogy n'a pas d'intérêt si vous avez déjà fait ces jeux séparément mais tous ceux qui n'ont jamais posé les mains sur cette série ont là une occasion en or de se rattraper. Qui plus est, ces trois épisodes ayant tous leur style propre, on ne rencontre pas cette impression de suites fainéantes qui n'apportent rien. Si l'aspect graphique de Legend et Anniversary est lui aussi en retrait, il ne retire rien au game design génial qui a torturé de nombreux joueurs pendant des heures. Tout fan d'aventure doit s'essayer au moins une fois à un Tomb Raider et cette compilation regroupe trois des meilleurs épisodes, un petit trésor que ne rejetterait pas Lara Croft.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Axime 898 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte