Magazine En France

La Transvé de Draillou

Publié le 31 mai 2011 par Brik
2 jours après cette épreuve mythique, voici le compte rendu de Draillou :Ayé, on est bien rentré de notre séjour niçois, le pays ou les sardines grillent au soleil…Petit c.r d’un we de Transvésubiens ....Heureux !Cette année on a tout misé sur une prépa collective depuis janvier pour les 3 inscrits a la Transvésubienne : Brik, Marco et moi-même. 

La Transvé de Draillou

Nos sorties dominicales ont été riches et variées, souvent bien alimentées en portages (3 Becs, Glandasse , But Saint Genix, Barry…), dénivelés positifs et descentes bien cassantes (Pouterle , Chironne , Pas de la Motte , Espenel…). Brik, Scalpa et moi avons roulé sur la Garoutade en février, la Transbiking fin mai, la Transclairette avait rajouté aussi quelques ingrédients sympas pour un roulage varié et ludique… Bref, nous étions fin prêts à en découdre le jour « j » ! Alors Que nous préparions le déplacement dans le 06, notre pote Scalpa, ravitailleur-suiveur du weekend, nous annonce sa non venue, rien de grave, mais la déception de ne pouvoir partager ce weekend avec lui… Mon pick-up servira de porte vtt grâce au bidouillage de Marco (une cale en bois en place du moyeu arrière pour éviter que le dérailleur ne touche la caisse, (je vous l’dis, on a pensé à tout !)La Transvé de Draillou

Un weekend entre potes, une TV06 au milieu, ça sent les bons moments, les fous rires et les discussions plus ou moins légères, se sera le cas pour rejoindre La Colmiane samedi matin, via un pique-nique prévu rituellement au lac de Saint André Les Alpes

La Transvé de Draillou
Après un marquage de vtt et pris possession des plaques, nous retrouvons notre sympathique hébergeur du jour, Vincent, à Saint Martin Vésubie
La Transvé de Draillou
pour dîner et passer la nuit. Les préparations de camel-bac précèdent la binouze apéritive, on est prêt… Dés 04h30 ce dimanche la course commence déjà, se préparer, p’tit dèj, ranger les bikes dans le pick-up pour rejoindre le départ à la Colmiane, c’est la mise en grille à 6h00 pour moi (d’ailleurs Georges, 6h00 c’est vachement tôt !) On en profite pour retrouver les copains, les connaissances de divers forums : Tibo, Le Gillou 05, les gars de la Transbiking66, des forumeurs de 1001 sentiers avec qui j’ai roulé lors des 2 dernières TV, du forum Vélovert qui connaissent le site Brikiroule et qui reconnaissent les bouchons sur le casque ! Je vois rapidement  au départ Johan52 qui vient pour sa première TransVé… Bref, on connaît du monde, c’est cool ! Je pars donc à 6h30 , Vague 1… Les quelques minutes qui précèdent sont l’occasion de bavardages avec les locaux, derniers échanges sur le parcours, ça branche à fond, j’adore !Maintenant ça suffit, faudrait nous lâcher, 5,4,3,2,1….Gooooooooooooooo !!!!!
La Transvé de Draillou
 
Départ Sprint comme je les déteste, je me fais secouer, doubler, des gars tombent a gauche, OTB à droite…P’tain, la chicane arrive, j’évite in extremis le merdier, j’ai le cœur qui tape déjà, mes cales s’enclenchent pas, je traîne…. Après quelques centaines de mètres de descentes humides sur les pelouses de cette piste de ski s’annonce mon premier calvaire : une raide ascension directe, a froid (rappelez vous que nous restons une bonne demi-heure en "sardinade" sur la grille avant le départ !) et là déjà, malgré ma petite expérience des 2 dernières TV, je doute, je suis scotché, j’avance pas, je n’arrive pas a rentrer dedans au départ, c’est aussi le constat de ma saison 2011 : ma première heure de bike est un cauchemar !Bien sur tout le monde avionne dans cette maudite montée qui me (nous) semble interminable, ce n’est que le début ! Je respire un bon coup alors que l’on attaque le premier sentier, la porte vers les sommets vésubiens, le col de la Madeleine via  celui du Varaire, des passages que j’aime, ça va mieux, les groupes se forment, je retrouve un rythme qui me convient , les paysages sont tellement énormes, j’en profite pour m’en mettre plein les yeux, la météo est providentielle, on voit la mer au loin, si loin…Le comptage au 2 Caires m’annonce 155, j’ai beau me foutre de mon classement à ce stade, j’ai un peu les boules d’être si mal placé au départ ( 70 en 2009 et 2010) , je positive en me disant que la course est très longue, que l’important c’est la plage, la plage… et ça file, ça roule, ça porte, j’esquive le ravito 1 et très vite approche le Brec d’Utelle, ce passage/portage mythique de la TV , cette bascule vers les cailloux, le minéral dans tous ces états, j’adore ce moment, quelle chance d’être ici, de profiter de ce spectacle, c’est immense, nous ne sommes rien… La dh qui suit  reste une apréhension pour beaucoup, moi je la kiffe a fond , je double un peu , me fais un peu bouchonner, c’est le jeu, pas de panique, la draille est longue ! A 2 reprises je descends du bike pour relever des concurrents bien amochés, ça fait réfléchir de voir un biker en sang, j’hallucine…rester maître de sa monture relève parfois du défi, car à la chute, la réception peut faire si mal, tout peut s’arrêter là….. Arrive la traversée de Castel-Gineste, cet endroit ou j’hurle mon bonheur, c’est tellement bon, un draillou en balcon, propre, ça envoie du gros sur cette traversée, y’a du gaz dessous, prudence mais plaisir XXL , je roule alors avec des locaux de 1001 sentiers qui savourent aussi, c’est le pied là … L’enchaînement sur Utelle  conclue ce bon moment , je dit bonjour à mon chêne de 2010, La Blatte n’est pas là pour me charrier, l’est déjà loin devant, le trailer…

La Transvé de Draillou
La remontée sur le Ravito 2, mon premier arrêt, s’effectue tranquille, au train, aucun soucis à ce stade, là ou en 2009 j’avais bricolé mon plateau de 32 qui se barrait et mes cheminées cassées… je me souviens  de tout ces moments là , je compare, je savoure !Recharge flotte, nourriture, graissage chaîne/pédales auto et endiamo la machina pour  l’exigeante dh de la Madonne, le contraste des prairies du berger d’Ambellarte, puis a nouveau  la difficile descente du Cros ou je me ferais une belle frayeur suite à un frein avant capricieux : une bulle d’air décide de venir contrarier le fonctionnement à la Garcimore, des fois cha marche, des fois cha marche pas ! Verdict immédiat dans une pingle : trop de vitesse = tout droit ! Pas de problèmes si ce n’est l’apparition d’une crampe géante de toute la cuisse gauche, plus bouger, attendre 1 minute, va se barrer la sa….. !!! je récupère le bike en contrebas qui tient par la durite du frein avant, coincé dans un arbre mort, je pinaille 5 minute pour sortir le merdier en tentant de trouver une position non crampoïdale !!! J’ai la confiance d’un lapereau de 3 semaines, le frein est light,  dans le sentier empierré et les marches d’accès au village puis à la nationale. Vincent m’attend à la sortie du Pont de Cros, je refait le plein d’eau, j’ai mal suite a l’après crampes, une longue montée m’attends , je sais que ça va être chaud ! Je décide alors de gérer l’affaire pour préserver le bonhomme, au moins jusqu’au ravito de Levens, je suis largement en avance au pont que je passe avant 11h… Cela restera tout même une bonne tranche de galère, pas assez frais pour rouler, je pousserais mon bike un long moment, avec un coup de bambou, chaleur aidant…
La Transvé de Draillou

Le ravito approche, je vais m’y refaire une santé, c’est l’heure du repas, « Faut manger », comme dirait Marco !!! Dans ma tête c’est fait, c’est la bascule après ça , je suis remonté comme une pendule, j’avale encore 3 bouts de bananes/tuc/camenbert/figue, 2 litres de flottes, je file a Nice, tchuss !!!Sauf que… qu’il reste la nouvelle partie de Colla Bassa, un sentier pavé inroulable, ou tu galères à pousser ton bike, tu portes encore, pas le choix, c’est long, je me fais reprendre des places…Grrrrrr !!!! La descente qui suit est chaude bouillante Vapeur, ça engage, YMIB , mon frein avant me fait douter a chaque passage, je préfère gérer et parfois ne pas tenter le diable, je reprends du monde, certains sont tombé , beaucoup préfère laisser passer, on s’encourage à cette occasion, j’aime cet esprit ! La partie goudronnée sera bénéfique. Au ravitaillement, dernières cartouches, aller jusqu’à  Aspremont à fond, je me frappe les mollets qui se raidissent , pas de crampes, c’est pas le moment là Roger !!!Petit tchatchage avec Taupe et une amie au ravito 4, le dernier.. Je savoure, derrière le portage du Chauve c’est le visu de l’urbanisation et la mer, la délivrance….  Je passe le dit portage facilement, je gère les cailloux saillants, ça passe vite, c’est de bonne augure pour le final ça ! Je me retrouve tout seul dans la dh de Zongo, je galère toujours autant pour mes soucis de frein avant quasi hs, du coup je remets un coup de collier en bas, là ou les branches d’oliviers viennent me fouetter les bras, puis le passage de la jungle, je retrouve une patate de fou, je rentre dans le Paillon avec plusieurs riders en visu, ça va couiner mais faudra compter sur moi, j’en doublerais 4 , c’est bon pour le moral ça ! puis vient la sortie vers la route, l’accès au tunnel à fond, 32X11 , poignets sur la potence, hors de question d’en rester là, un autre rider devant, Go go go !!!! je le reprends et lui propose mon abri , pas de refus vu son sourire, il suit mais s’y emploie pour rester au contact, j’hurle ma joie, mon bonheur dans le tunnel qui nous est réservé ! , ça résonne ! On traverse l’égout un moment, je m’en fous, c’est l’arrivée, la plage, les baigneurs nous acclament, derniers mètres jusqu’au portique d’arrivée !!! 

La Transvé de Draillou
Vincent me rejoint, La Blatte est là , arrivé depuis 1h et me lance «  Ho Jé, t’as ramassé des champi, ou  quoi ???? » Trop bon, je savoure , c’est fait en 8h40 , 120ème, une place sympa qui correspond a mon  niveau finalement. Etre là, c’est déjà une grande victoire pour moi, toutes ces heures d’entraînements , ces concessions en temps, frais, organisations… La Plage, j’en rêvais depuis La Madeleine, je me jette à l’eau sans retenue, quel contraste, ce matin encore je roulais prés d’un tout petit restant de neige avant le ravito 1, et 9h après mon bike est posé sur la plage, moi le cul dans l’eau, c’est beau…Mon bonheur est total lorsque je repère Marco qui sort des égouts, il en finit en 9h03 ; YES !!!! Brik n’est pas loin, il débarque 30mn plus tard, parlons en de mes 2 lascars : partis en vague 2 car  jamais scoré dans les 100 sur les dernières éditions... Dommage , en plus Marco, emmené par son lieutenant Brik aurait pu gratter un peu des places et jouer le podium caté 50-54 ans.  Notez au passage sa perf sympa avec un temps de 9h03 , 5ème de sa catégorie. On était trop content pour lui, il a tout cartonné dans les portages !Brik finit en 9h35 , 225ème, nikel !La Stratégie Clairette était établie longuement et minutieusement depuis ...la veille!On vous dévoile tout : Brik fait la trace pour Marco sur la partie Colmiane/ Pont de Cros et son lot de technicités descendantes, puis satellisation du Sherpa de Menée dans la partie Pont de Cros/ Levens où il s'exprimera à merveille, le bike sur le dos, puis il devait logiquement me reprendre après Levens (je suis parti 15 mn plus tôt qu'eux), Je fais alors le ravitailleur en vol, tente de l'accompagner dans la dernière partie Apremont-Paillon pour terminer la folle aventure sur la plage de Nice. Sur le papier c'était beau, ça passait. Marco a fait d'énormes progrès techniques cette année, toutes nos sorties dioises ont été bénéfiques, plus d'engagements, moins de refléxions,  on le voyait sur l'podium, la Clairette était dans le coffre, chaude, ça éclabousse beaucoup, beaucoup plus loin (aucun détail ne devait nous échapper, nous avions simulé un podium devant la cave lors d'une sombre soirée hivernale pour tester le volume de mousse potentielle )En fait on s'en fout complet, l'important est ailleurs, pas de bobos, pas de casse matos et une belle journée de vtt "engaged"!Bref, un bon weekend entre poètes Diois, déconnade a fond, max de détermination pour faire du mieux, ravis de ramener le sticker finisher pour notre troisième TransVé , on s'est régalé ! 
La Transvé de Draillou
p.s : bien sur, le lecteur aura compris qu'aucune micro-goutte de Clairette n'aura été gaspillée pour quelconque arrosage que se soit, la Clairette point ne se jette, car, c'est bien connue, la Clairette c'est Chouette. Restez souples pour 2012 et inscrivez vous si vous le sentez, vous n’en sortirez pas indemne émotionnellement, la Transvésubienne, c’est plus fort que toi, ou pas…Et puis, cher lecteur, si tu as réussi a lire ce long cr jusqu’au bout, t’es volontaire et endurant vas y, fonce, sur un malentendu ça peut marcher, vient faire la Transvé !Draillou…

Crédits photos : Yann Kerveno
Merci à Riton de 1001 Sentiers pour l'utilisation de ses photos. 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Brik 515 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte