Magazine Côté Femmes

Un déroutant voyage au pays des "Pérou...vingiens"

Publié le 31 mai 2011 par Marigotine

 

   Pérou : périple au coeur des Andes

Lourds fardeaux

  

Cabanaconde est le dernier village accessible par la route, au bord du canyon de Colca. Ces deux femmes, chargées d'un lourd fardeau, arborent le chapeau traditionnel du village.

Brumes incas

Il est très tôt ce matin-là, arrivée au Machu Picchu, la fameuse cité inca du XVe siècle, une  montée à pied à 4h30, pour éviter la horde de touristes. La brume matinale se lève et dévoile comme par enchantement le précieux site, immense et isolé.

Courage matinal

Photo prise à Cuzco, un matin de bonne heure. La ville est encore endormie, seules quelques courageuses partent travailler. La lumière permet de révéler les tons bleus très caractéristiques de l'ancienne cité inca.

Toujours à Arequipa, cette photo a été prise à la tombée de la nuit au couvent de Santa Catalina, le plus grand au monde. Il s'agit d'une véritable ville dans la ville, un lieu magique et reposant. Cet édifice de deux hectares a été construit en 1570, ouvert au public en 1970 après des travaux de restauration et quatre siècles de mystère. Aujourd'hui encore, quelques nonnes y vivent en total isolement dans une partie inaccessible au public.

Un labyrinthe de rues pavées et de places lumineuses avec des géraniums, des orangers, des cloîtres, des cellules… Les murs sont peints en couleurs traditionnelles : blanc, orange, rouge profond et bleu. La nuit, dans le couvent, brûlent des bougies, des lampes à pétrole et de beaux feux de cheminée.

Voilà sans conteste l'un des plus beaux endroits d'Arequipa et qui exprime le mieux le visage colonial de la ville.

Adultes avant l’âge

  Photo prise à Fure dans  le canyon de Colca. Ce petit village perdu dans la montagne est situé à deux jours de marche de Cabanaconde, qui est lui même à quatre heures de bus d'Arequipa.

Un lieu complètement isolé, sans électricité ni eau courante. Dîner aux chandelles dehors. Les villageois semblent sortir d’une autre époque, les enfants jouent dans la poussière, et la pauvreté qui les touche nous renvoie encore plus à notre statut de privilégiés. Ces gamins sont adultes avant l’âge, débrouillards et travailleurs, mais leurs sourires rappellent malgré tout leur innocence.

Loin des sentiers battus et de la croissance économique du pays, retrouvons les visages uniques de la sierra et les habits traditionnels qui vont de pair.
Dans ces villages uniquement accessibles à pied, les enfants vont à l’école seulement deux fois par semaine car l’institutrice vient d’Arequipa, et ils doivent marcher quatre heures par jour pour s’y rendre. Il n'y a qu'un seul médecin pour les neuf villages du canyon. Qui plus est, les habitants semblent n'avoir guère confiance en la médecine allopathique et continuent de se soigner avec les plantes, en utilisant des remèdes ancestraux.

Bref, un autre monde, une autre époque!

La Plaza de Armas à Arequipa. Au premier plan, une Coccinelle, voiture encore très présente au Pérou, qui donne parfois l'impression de se balader dans un musée d'automobiles de collection. En arrière-plan, la somptueuse cathédrale d'Arequipa.

 Photo prise de nuit à main levée (f/2,2, 1/40s), à Arequipa. Elle montre l'ambiance qui règne dans cette ville le soir. La visite nocturne est incontournable.

Merci à Nicolas Potiron pour ce voyage


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marigotine 1310 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine