Magazine Médias

Le romantisme anticuléaire

Publié le 31 mai 2011 par Copeau @Contrepoints

Le renoncement allemand à l’énergie nucléaire, à terme, n’est pas rationnel. Les centrales nucléaires sont au total, moins dangereuse que l’energie géothermique : de la mine de charbon au consommateur final, quel risque et combien de morts ? Et dans la durée, les centrales nucléaires sont plus rentables. La notion d’énergie alternative est vague, utopique et parfois malhonnête : le coût réel des éoliennes est dissimulé, il n’est jamais tenu compte des investissement an amont ni de leur entretien complexe. L’avenir énergétique appartient plus probablement au gaz de schistes, abondant en Europe et aux Etats –Unis (mais la méthode d’exploitation est aux mains d’entreprise américaines, Bechtel en particulier) plutôt qu’au solaire et au vent. Du vent.

La résolution allemande est donc pour partie, évidemment politique  (le poids électoral des Verts et plus encore de l’idéologie Verte) et surtout, culturel.

Il existe une culture allemande , die Kultur, ancrée dans la Nature , die Natur, tandis que l’Europe méditerranéenne est plus humaniste : une Allemagne païenne contre une Europe chrétienne. Du paganisme saxon, (à qui nous devons l’arbre de Noël), au romantisme germanique et à la passion contemporaine pour les arbres, la continuité est indéniable même si elle ne résume pas à elle seule une certaine « âme » allemande.Cette culture de longue durée est sans nul doute, la toile de fonds de l’hostilité envers l’énergie nucléaire perçue comme un viol de la Nature.

S’ y ajoute une raison historique profonde : le pacifisme allemand en réaction contre l’aventurisme nazi. Ce qui est bien expliqué par Daniel Cohn-Bendit : lui n’est pas hostile au nucléaire pour des motifs écologiques ou naturels ou culturels mais parce que les centrales nucléaires sont toujours des installations quasi militaires, ceintes de barbelés et de gardes , l’expression aussi d’un pouvoir d’Etat fort. Le nucléaire est développé là ou les Etats sont forts : Japon, France, Suède, Etats Unis, Chine, Russie…Cohn Bendit n’aurait pas d’objections majeures contre des petites centrales rustiques mais il n’en existe pas (les Japonais en avaient toutefois le projet). Paradoxe : la protection quasi militaire des centrales nucléaires est en partie nécessaire contre les agressions des écologistes eux-mêmes.

Parce que le nucléaire n’est jamais tout à fait civil et parce qu’il semble rompre avec une Nature éternelle et immuable, le nucléaire n’est pas allemand ou pas ressenti comme tel par la plupart des Allemands. Tels sont, je crois, les raison profondes quasi psychanalitiques de son rejet, évidemment déguisées derrière un discours d’apparence logique, en fait irrationnel. Mais la logique ne fonde pas l’âme des peuples ni la gestion des foules.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Copeau 583999 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog