Magazine Séries

(Mini-série UK) Injustice : quand la notion de justice devient trop floue

Publié le 12 juin 2011 par Myteleisrich @myteleisrich

injustice.jpg

La semaine dernière, ITV1 mettait les petits plats dans les grands pour proposer, cinq soirs d'affilée, une mini-série construite sur un format similaire à celui de Collision l'an passé. Une telle programmation, ambitieuse et exceptionnelle, implique une fiction solide qui doit s'assurer de la fidélité du téléspectateur tous les soirs de la semaine du lundi au vendredi. Injustice avait en outre pour elle un casting sympathique qui avait suffi à briser mes dernières résistances, de James Purefoy à Charlie Creed-Miles.

Au final, si ITV1 s'en est plutôt bien sortie en terme d'audiences (son premier épisode a d'ailleurs battu à mon plus grand regret une autre série sur laquelle j'aurais l'occasion de revenir, Case Histories), la mini-série ne m'a pas précisément enthousiasmé. Entremêlant des problématiques flirtant avec les frontières de la notion de justice, morale comme juridique, Injustice est un thriller qui se laisse suivre, mais ne décollera jamais véritablement, se refermant sur un arrière-goût d'inachevé.

injusticeb.jpg

Injustice va s'attacher à nous rappeler la faillibilité d'un système judiciaire dont les acteurs sont avant tout des êtres humains avec leurs failles, nous plongeant dans des storylines personnelles et professionnelles qui s'enchevêtrent.

La mini-série débute dans la campagne anglaise (Suffolk), où William Travers exerce désormais son métier d'avocat loin du barreau londonien qui lui a pourtant si bien réussi. S'il renvoie l'image d'un juriste ayant réussi, il se remet cependant tout juste d'une affaire, celle d'un activiste pour la cause animale, Philip Spaull, qui l'a profondément ébranlé mentalement, mais aussi dans ses convictions sur la justice. C'est toute sa conception de sa profession qui a été remise en cause. Il a depuis déménagé loin de Londres, avec sa famille, et refuse tous les cas de meurtre qui lui sont proposés.

Cependant, le voilà contacté par un ancien ami de fac, accusé d'avoir tué sa maîtresse et clamant son innocence. En dépit de la dette que William Travers a l'impression de devoir à celui qui le sollicite, l'affaire réveille fatalement de vieux démons. Or dans le même temps, le corps de Philip Spaull a été retrouvé dans une vieille caravane, à l'extérieur de la ville, abattu à bout portant avec une arme à feu... Cet assassinat ne peut-il faire office de délivrance pour Travers ? Sa femme espère qu'il est enfin temps de repartir de l'avant.  Cependant, le DS Wenborn enquête sur le meurtre de Spaull, avec un acharnement tout personnel. Il prend conscience que les éléments circonstantiels semblent toujours pointer vers William Travers.

injusticeg.jpg

Si Injustice se présente comme un de ces thrillers compliqués où les fils des histoires personnelles et professionnelles finissent par se confondre, on n'hésite longtemps sur la manière d'appréhender cette mini-série. Jusqu'à l'ultime retournement final, elle est un ersatz mal fixé, qui emprunte différents ingrédients à tous les genres du policier et du thriller (allant même jusqu'à flirter avec le conspirationnisme) sans jamais vraiment faire de choix.

Cette impression de superficialité qu'occasionne une dispersion un peu vaine en thématiques multiples, jamais exploitées jusqu'au bout, est renforcée par des maladresses d'écriture qui finissent pas s'accumuler et une densité inégale dans la narration. A mesure que l'histoire progresse, la fragibilité de ses fondations n'en transparaît que plus clairement. Au final, le scénariste donne le sentiment frustrant de ne jamais avoir su faire de choix dans l'orientation des thématiques, s'essayant un peu à tout, et finissant par se perdre dans le tourbillon qu'elle a généré et qu'elle concluera par une chute finale téléphonée peu satisfaisante.

injusticef.jpg

Il faut reconnaître à Injustice qu'elle avait su a priori identifier une problématique centrale, sensée lui servir de fil rouge pour lier tous les destins et histoires qu'elle va faire se croiser. Le slogan de l'affiche ne trompe pas : il s'agit bien - en théorie - de s'interroger sur le sens de la notion de justice et sur la faillibilité du système judiciaire. Seulement cette idée bien ambitieuse aurait nécessité une autre approche que ces ficelles scénaristiques mal dégrossies et ces clichés vers lesquels la fiction revient trop facilement. Incarnation de cette réflexion présente mais non abouties, le personnage de William Travers résume bien tous les paradoxes de cette oeuvre.

Cet homme est un brillant avocat pénaliste, pouvant obtenir des acquittements dans des homicides qui apparaissent comme les plus désespérés pour la défense. Mais - et là se trouve le twist fatal, dans tous les sens du terme - qui ne veut défendre que des innocents. Il conçoit sa participation à l'accomplissement de la justice comme l'amenant à obtenir la libération des personnes qui n'ont pas commis les crimes dont elles sont accusées. Seulement prenez un seul accusé, client qu'il fera acquitter, mais qui se révèlera en fait coupable, et toute la machine s'enraye, voire déraille.

En résumé, de manière assez déroutante, on constate que Injustice combine deux approches complètement antinomiques qui ne peuvent fonctionner ensemble : d'une part, elle propose une vision extrêmement cynique du système judiciaire et, d'autre part, elle impose en son centre un personnage tellement manichéen que l'idée même qu'il puisse fonctionner ainsi, dans un tel milieu, ne peut être admise par le téléspectateur.

injusticee.jpg

Sur la forme, il y a relativement peu à dire ou à trouver à redire sur cette mini-série. Elle est classique dans sa mise en scène, ne cherchant pas particulièrement à mettre en valeur le décor de la campagne anglaise, mais y parvenant presque à l'occasion. En somme, la réalisation reste donc d'une neutralité prudente où aucune réelle valeur ajoutée n'est proposée, mais l'enjeu se situe ailleurs.

Enfin, Injustice bénéfice d'un casting solide qui sera peut-être la raison pour laquelle le téléspectateur pourra persister jusqu'au bout. Les acteurs y délivrent des prestations correspondant parfaitement aux attentes, même si certains ne sont sans doute pas sollicités à leur juste valeur. Toujours est-il que James Purefoy (Rome, The Philanthropist) est parfait en avocat brillant qui derrière ses apparences respectables cache des démons bien plus sombres. C'est d'ailleurs au cours des quelques scènes d'audience qu'il trouve pleinement à s'exprimer. Dervla Kirwan (55 Degrees North, The Silence) incarne son épouse, mais reste sous-exploitée dans un rôle entre faire-valoir et parenthèses inutiles dans les intrigues principales. En revanche, face à l'avocat, Charlie Creed-Miles (Five Days) s'impose avec brio et énergie en officier de police borderline, à l'instinct juste mais aux méthodes et excès de violence discutables. Il est sans doute le seul personnage qui échappe au voile de prévisibilité qui recouvre la mini-série. A leurs côtés, on croise notamment Robert Whitelock (The Brief), Lisa Diveney (The Green Green Grass), Nathaniel Parker (Land Girls, Meurtres à l'anglaise) ou encore Obi Abili (Moses Jones, The Nativity).

injusticeh.jpg

Bilan : Mini-série qui cherchera vainement rythme et consistance, Injustice est un thriller dont les thèmes intéressants a priori vont faire un temps illusion. En dépit de ses maladresses, elle distille d'ailleurs, tout au long de ces premiers épisodes, un certain nombre d'ingrédients qui aiguisent la curiosité et s'assurent de la fidélité du téléspectateur. Mais à la fin, l'attente non récompensée n'en frustre que plus : il ne reste malheureusement qu'une copie inachevée de promesses esquissées non tenues. Injustice s'avère être une mini-série qui n'aura jamais su vraiment où elle allait et qui nous laisse nous égarer à ses côtés.


NOTE : 4,5/10


La bande-annonce de la série :


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Myteleisrich 787 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines