Magazine Europe

Trois fois sept : Les indignés de Grèce, vingt-et-un jours demain

Publié le 13 juin 2011 par Parisathenes
Trois semaines.
Trois fois sept : vingt-et-un rendez-vous sur la place Syntagma.
Les indignés tiennent bon. Ils sont toujours là fidèles au rendez-vous quotidien de 18 heures.
La place de la Constitution (Syntagma) comme tous les soirs se remplie petit à petit. Il n'y a pas que des jeunes, il y a les familles, les papous et les yiayas et leurs petits-enfants. Même si vous de l'extérieur voyez ces démonstrations comme une grande fête. Le coeur n'y est pas, il est blessé car l'avenir devient de plus en plus sombre.
Les discussions vont bon train, elles sont très caractéristiques :
- Ti kaneis ? Comment vas-tu ?
- Ti na kano ? Que veux-tu que je fasse ?
- Diskoloi kairoi ! Les temps sont durs !
- Diakopes ? Les vacances ?
- Diakopes ! pouthena... Vacances ! Nulle part ...
- I douleia ? Le boulot ?
- Kleissane to ergostassio. Ils ont fermé l'usine.
- Eimai sto tameio anergias, allo tipota ! Je suis aux assedics,  rien d'autre ! ...
- Ta paidia ? Les enfants ?
- Ti na kanoun ta paidia ? Qu'est-ce-qu'ils peuvent faire les enfants ?
- Kalytera na fygoun. Il vaudrait mieux qu'ils partent (de Grèce)
- Nai na fygoun ! Oui qu'ils partent !
- Emeis tha anteksoume ! Nous, on s'en sortira !
Voilà les dialogues fréquents que nous entendons chaque jour.
Les Grecs n'ont malheureusement plus aucun repère. Le système politique est finalement pourri jusqu'à l'os. J'entends dire par certains que le climat rappelle la "metapolitefsi", c'est à dire l'époque de transition politique d'après le régime des colonels au régime dit "démocratique" d'aujourd'hui. Le ton sur lequel sont dites ces déclarations est assez déroutant. On ressent un mélange de peur à la marche arrière entamée et une pointe de révolte face aux 300 députés de la Vouli (Parlement).
Les Grecs ont une envie de bouger mais ne veulent d'aucun encadrement politique qui soit. D'ailleurs, ils tiennent bons au jour 20. Certains ont essayé de s'appropier pour des fins politiques les bonnes causes des citoyens mais ca ne marche pas, du moins pas encore. Même les médias ont su, pour une fois, prendre de la distance. Ils se contentent de commenter et c'est très bien comme ça.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Parisathenes 140 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog