Magazine Sports de glisse

Fathers & Sons 2011. We were there…

Publié le 13 juin 2011 par Saintleger


Fathers & Sons 2011. We were there…

Vous êtes au boulot en train de dérouler votre quotidien pendant que vous rêvez de faire autre chose, et puis un email tombe et vous colle la banane pour la journée. C’est un peu ce qui m’est arrivé la semaine dernière quand Gérald, de chez Hoalen, m’a gentiment proposé de participer à une compétition sur laquelle je lorgne depuis longtemps (et j’en profite pour remercier encore une fois Kami qui a rendu possible cette invitation). Il faut dire que le concept de Fathers & Sons est vraiment le truc rêvé quand, comme moi, on a la chance de pouvoir faire le crétin dans les vagues en famille. Du coup, Lancelot et moi avons chargé le transporteur et foncé samedi matin aux aurores à Cenitz, où s’est déroulé l’event.

Fathers & Sons 2011. We were there…

Une fois sur place, après avoir fait connaissance avec le staff et salué quelques connaissances, nous avons agréablement glandé sur quelques transats puisque, nous le savions en partant, les vagues n’étaient pas au rendez-vous pour cette édition 2011. Ce qui n’a pas empêché quelques irreductibles de travailler l’existant en SUP (Xabi Lafitte toujours aussi énergiquement  impressionnant), en long ou en pirogue, sous la barre de Guy et de Fix.

Fathers & Sons 2011. We were there…

Fathers & Sons 2011. We were there…

Fathers & Sons 2011. We were there…

Quand à nous, nous avons trempé les combis pour un relais de paddling dans la baie de Cenitz où nous sommes fièrement arrivés… dans le peloton de queue. Bref, nous avons passé une après midi à la cool, sans stress et en bonne compagnie, avant de retrouver tout ce beau monde pour une soirée BBQ relativement bien arrosée grâce à, entre autres, un punch dantesque rhum/piment/poivre/cannelle (merci Philippe et Gérald).

Ce qui différentie cette compétition, c’est bien son esprit bon enfant. La clef du succès de ce format tient essentiellement dans l’approche trans-générationnelle et le côté très familial, et donc particulièrement détendu. Etant sur place,  j’ai eu enfin l’occasion d’en apprendre un peu plus sur le code génétique d’Hoalen via son boss Eric Cantineau. Ce qui m’a permis d’appréhender un peu mieux les rouages organisationnels de Fathers & Sons. Hoalen étant une entreprise naissante (de 5 ans), son board a fait le choix de rester calé sur un modèle entrepreneurial concentré, avec peu de décideurs, et où chacun assume de multiples fonctions (design, photos, mannequinat, business development manager…). Une entreprise familiale, en quelques sorte, loin du modèle « major » de ce secteur. Du coup, je comprends mieux les goulets d’étranglement autour de F&S. En tout cas, j’ai cru entendre à demi mots (sacré punch) que Fathers & Sons garderait tout son ADN familial malgré une volonté de structurer un peu plus la chose dans les éditions à venir… dans les limites du possible compte tenu de la spécificité de l’event (et je peux comprendre que la gestion de deux douzaines de binômes, dont certains à fort caractère, est déjà, en soi, un sacré challenge). Bref, à suivre en mode positif.

Quoi qu’il en soit, Lancelot et moi avons bien kiffé le fait de participer à ce joli event et d’avoir eu l’occasion d’en sentir l’esprit « from inside ». Encore un grand merci à Eric, Virginie, Gérald, Philippe et tous les autres pour ce grand bol de fun. Bon vent à tous et à une prochaine au pic ou ailleurs. Quand à toi Kami… :-)

Fathers & Sons 2011. We were there…

Fathers & Sons 2011. We were there…

Fathers & Sons 2011. We were there…

Fathers & Sons 2011. We were there…

Fathers & Sons 2011. We were there…

Fathers & Sons 2011. We were there…

Fathers & Sons 2011. We were there…

Fathers & Sons 2011. We were there…

Fathers & Sons 2011. We were there…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Saintleger 321 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine