Magazine Football

Un Roc nommé Taiwo

Publié le 13 juin 2011 par Passionacmilan

Un Roc nommé TaiwoAujourd’hui, après avoir évoqué la signature du défenseur central Mexès, nous allons aborder le deuxième transfert officiel de l’Ac Milan. Il s’agit bien évidemment du nigérian Taye Taiwo. En effet, tout le monde sait que l’ex-joueur de Marseille s’est engagé avec les rossoneri pour une durée de trois ans moyennant un salaire au alentour de deux millions par an. Cependant, Taiwo est loin d’être un nom ronflant mettant l’ensemble des milanistes d’accord. Deux points de vue s’opposent avec d’un coté les partisans du joueur et de l’autre ceux qui pensent qu’il n’a rien à faire dans le club le plus titré du monde. Quelques soient les arguments des uns et des autres, le propos de cet article est moins de jouer au futurologue que de présenter la carrière du joueur.

Entre dix-huit et dix-neuf ans, Taiwo évolue sous les couleurs du Lobi Stars FC, petit club nigérian au passé et présent relativement anonyme. Il évolue comme latéral gauche et très vite il se fait remarquer grâce à sa frappe de balle surpuissante. C’est même à l’école que sa puissance fait pour la première fois des ravages. La légende raconte que le jeune Taye aurait ni plus ni moins qu’envoyé un camarade de classe à l’hôpital en l’assommant d’un tir ravageur. Sous la pression des parents de l’école, le voilà interdit de football à Lagos, dans l’école du village, dans sa propre cour de récréation. Ce n’est cependant que partie remise, Taiwo est repéré par José Anigo de l’Olympique de Marseille lors du son premier match en équipe national contre l’Afrique du Sud. Après le match, son manager lui annonce qu’il part pour Marseille. Il ne veut pas le croire. Il réalise un rêve, celui d’évoluer en Europe. La Place To Be . Selon le nigérian lui-même c’est un véritable choc. L’Europe ou une autre mentalité, culture, façon d’être mais ce n’est rien car le football parle un langage universel. Taiwo arrive sur la pointe des pieds et incorpore l’équipe réserve de l’OM à son arrivée dans la cité phocéenne. Pape Diouf, président de l’époque déclarera d’ailleurs : « Son arrivée n’est pas due au départ de Lizarazu contrairement à ce que l’on pourrait croire. [...] Il ne faut pas y voir une recrue majeure mais plutôt un pari sur l’avenir. [...] Il va débuter en équipe nationale une et les observateurs au Nigéria pensent qu’il devrait rapidement prendre la place de Babayaro. ». Le joueur de dix-neuf ans ne tarde pourtant pas à impressionner si bien qu’il est convoqué par Troussier en équipe première. Il atteindra aussi la finale de la Coupe du Monde des U20. Il s’impose rapidement comme le latéral gauche de l’équipe marseillaise.  Il prolonge d’ailleurs son contrat dés sa première année. Les observateurs sont unanimes malgré des carences tactiques et défensives évidentes Taiwo possède un physique et un mental hors du commun pour son jeune âge. Malheureusement, sur le back gauche des Super Eagles les critiques commencent à pleuvoir.

En 2006-2007, il est relégué sur le banc et l’OM recrute même à son poste pour palier aux errances du nigérian. Cependant, à force de courage et de persévérance Taiwo récupère sa place de Terzino au sein de l’équipe olympienne. Il s’améliore dans la relance et dans son positionnement pour se métamorphoser en un vrai défenseur. Il devient alors l’un des meilleurs défenseurs de Ligue 1, même s’il n’est pas l’abri de quelques passages à vide, il semble une valeur sûr du championnat. Il gratifiera les amateurs de football français de plusieurs freekicks d’inspiration Roberto Carlosienne dont un chronométré à plus de 130 km/h. Il atteint la consécration lors de l’exercice dernier où il remporte le titre de champion de France sous la houlette de Deschamps. Bien que convoité par plusieurs clubs anglais et espagnols, il continue l’aventure  sur la canebière.

Cette année, le nigérian arrive en fin de contrat, l’OM ne lui fournissant pas les garanties financières auxquelles il aspire, il décide de partir vers d’autres cieux. Il a des offres de nombreuses sociétés mais il se lie aux Rossoneri où le poste d’arrière gauche est vide de bons joueurs. Zambrotta se fait vieux et Antonini ne sera jamais au niveau. L’ex-marseillais se justifiera de  la façon suivante quant à son départ pour le mythique club milanais : « J’ai choisi Milan, car c’est une grande équipe qui produit un football de qualité au niveau de Chelsea et Manchester United. Je ne dis pas que les autres qui me voulaient aussi ne sont pas forts. Mais dès que j’ai débuté en sélection, j’ai voulu rejoindre un club de tout premier plan. Et le Milan Ac possède des joueurs tels que Pato, Ibra et Seedorf… Le Milan était une opportunité unique pour moi ». C’est l’occasion pour le joueur de 26 ans de passer un palier et enfin avoir la chance de se révéler aux yeux du football mondial. Après être passé par Israël et la Belgique, le Nigéria et la France, Taiwo débarque dans l’un des plus grands championnats du monde. Probablement, la compétition la plus tactique d’Europe. Il devra se battre et il le sait. En effet, même s’il a évolué, ce dernier est encore assez limité au niveau de son intelligence tactique. Il savait à peine faire une rentrée en touche en arrivant dans la Cité Phocéenne selon les dires d’Anigo. Néanmoins, nul doute qu’il apprendra beaucoup à coté de joueurs comme Zambrotta ou Nesta. Il ne faudrait pas non plus croire que le latéral gauche de l’équipe type de L1 est aussi bête qu’on veut nous le faire croire. Il est conscient qu’en signant dans un club aussi prestigieux la concurrence serait rude. C’est en tout cas ce que son discours traduit : « Quand je suis arrivé à Marseille, je venais de nulle part, je me suis amélioré d’année en année. Ce long chemin parcouru m’enlève une certaine pression avant d’aller en Italie. Attention, je ne vais pas arriver et mettre Zambrotta à la retraite ! ».

En somme Taiwo n’est surement pas le Terzino dont nous rêvions mais qu’importe maintenant qu’il est rossonero nous n’avons plus qu’à espérer qu’il sera une révélation. Qui nous dit que la pierre rugueuse ne deviendra pas un diamant brut ?  Pour terminer, il faut quand même préciser que selon les dirigeants olympiens ainsi que les gens qui le fréquentent le nigérian serait avant tout quelqu’un de souriant et gentil. Il ne serait donc en rien l’analphabète délinquant que l’on nous rapporte depuis son chant à l’encontre du club parisien.

Simplement bonne chance à Taye Taiwo, fais nous mentir, fais nous taire…

Forza Milan

Article rédigé par R.G
Nombre de lecture(s) : 1 350


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Passionacmilan 14513 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines