Magazine Côté Femmes

Dans la peau d’Arielle Dombasle

Par Ladecool

24 heures dans la peau d’Arielle Dombasle. C’est ce que j’ai imaginé ce week-end après avoir vu la donzelle sur tous les plateaux télé promenant sa sophistication marketée comme un yaourt de chez Danone. Fascinante elle est, fascinante elle restera, notre Arielle nationale. Car Arielle vit dans un autre monde, un monde évanescent où tout n’est que luxe, chabada, et volupté. Un monde de fées refaites où les femmes ont un rire de gorge à peu près aussi naturel que les seins de Paméla Anderson. Arielle se regarde chanter, Arielle se regarde parler, Arielle se regarde vivre. Elle est sa première admiratrice. Arielle ne s’est jamais tapée une belle entrecôte. Arielle boit du thé vert et mange des amandes. Arielle joue les grandes amoureuses, les belles héroïnes de roman, Arielle meurt d’amour pendant qu’on passe l’aspirateur. Arielle est +++. Je me posais la question en la voyant parler, ou plutôt susurrer, mais quel peut bien être le quotidien d’Arielle ? 24 heures de la vie d’Arielle. Est-ce que le matin Arielle se lève avec le visage chafouin et les yeux gonflés ? Est-ce qu’Arielle range les bols du petit-déjeuner dans le lave-vaisselle ? Est-ce qu’elle fait tourner des machines ? Est-ce qu’elle râle après BHL ?. « Bernard tu fais chier, tu laisses toujours traîner tes chaussettes sales ». Est-ce qu’elle repousse sa séance épilation en se disant que ça peut encore tenir quelques jours ? Impossible de l’imaginer dans ces situations. Non, Arielle n’est décidemment pas comme tout le monde. Arielle est absolument sublime au réveil, Arielle porte un déshabillé en soie en sirotant du thé vert dans son boudoir. Arielle utilise un vocabulaire avec pleins de jolis mots dedans : « exquise », « charmante », « divine ». « Bernard, le thé vert de Mariage frère est absolument divin, vous devriez le goûter ».

Car au pays d’Arielle tout est repeint façon cinéma. Arielle vit dans un film. Oh, pas dans n’importe quel film, on est loin du Gendarme et des Gendarmettes. Arielle, ce serait plutôt un mélange de Sissi Impératrice, Pédale Douce et la Mélodie du bonheur. Trop forte, Arielle. J’ai juste envie de lui dire, « Arielle, tu voudrais pas te lâcher un peu ? On sait tous que t’es une fée mais pour une fois, fais comme ma sorcière bien-aimée, vis comme tout le monde. Commence tout doucement, faut pas aller trop vite hein ? Un bon couscous, une journée sans brushing, une paire de Converses aux pieds, l’achat d’un meuble chez Ikéa. Oui, je sais, ça te paraît insurmontable mais tu verras, c’est pas si mal non plus de ne pas être une fée ». 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ladecool 255 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog