Magazine Beauté

Pour kenza

Publié le 14 juin 2011 par (dé)maquillages @demaquillages
POUR KENZA
« Je m’appelle Kenza et j’ai 8 ans.Je suis atteinte depuis ma naissance d’une Infirmité Motrice Cérébrale (IMC). Il est impossible pour moi d’accomplir seule les actes de la vie quotidienne : faire ma toilette, marcher, m’habiller...
Le samedi 13 novembre 2010, mes parents et moi avons rencontré le Dr Igor NAZAROV qui pratique la myoténofasciotomie. Il s’agit d’une opération non invasive qui a pour but de libérer les tensions de mes muscles. Cette intervention chirurgicale ne se pratique pas en France mais à Barcelone, en Espagne.
Avec mes parents, j’ai aussi rencontré Diana DIAZ, qui est la chef de clinique du Centre Brucker Biofeedback à Miami, aux États-Unis. Des spécialistes m’ont observé dans plusieurs postures et mouvements et ont fait une évaluation de mon tonus musculaire, de la tenue de ma tête et de mon tronc. Je n’ai pas de problème de hanches et j’ai une « pêche » incroyable, ce qui m’aidera beaucoup pour l’avenir.

Moi, mes parents, le Dr Igor NAZAROV et Diana DIAZ, pensons que c’est le moment d’avoir recours à ces thérapies tant que rien d’irréversible ne s’est installé. Avec beaucoup de volonté et de travail, je sais que je ferai de gros progrès et je deviendrai une petite fille plus épanouie et plus autonome.
Je souhaite être opérée, à Barcelone fin 2011, puis aller à Miami pour faire de la rééducation.

Toutes ces techniques sont très onéreuses et ne sont pas remboursées par la Sécurité Sociale. C’est pourquoi je fais appel à vous, sachant bien que nous sommes beaucoup d’enfants dans ce cas, mais je suis confiante, et je sais que nous y arriverons.
Merci !
»
J'ai rencontré la petite Kenza à plusieurs reprises, lors de fêtes de quartier à la Cité des Pins, là où je donne des cours d'alphabétisation.
C'est une petite fille pleine de vie, souriante, attachante... Mais prisonnière de son corps.
Je ne pensais pas qu'une opération et quelques semaines de rééducation pouvaient changer quelque chose, jusqu'à ce que sa mère, Hakima, m'en parle il y a quelques jours.

Le prix à payer - car il y en a toujours un - pour que Kenza puisse vivre mieux s'élève à 15 000 €. Ce prix comprend les frais de son voyage à Barcelone, de l'opération, de son voyage à Miami et de la rééducation. Y compris les frais de voyage pour sa maman, qui bien sûr, sera à ses côtés tout ce temps. 15 000 €, c'est beaucoup pour une famille... Mais ce n'est pas grand chose si l'on s'y met à plusieurs.
C'est pourquoi, exceptionnellement, j'ouvre une tribune "hors-sujet" sur (dé)maquillages, pour faire appel à votre générosité, et à celle des entreprises dont les gentils salariés me lisent.
Je vous rappelle que vos dons sont
déductibles à 66% des impôts.
Vous pourrez suivre le parcours de Kenza sur une page Facebook dédiée : Pour Kenza.
D'ici là, je vous invite, si vous le souhaitez, à contribuer à la seconde naissance de Kenza, une Kenza qui se libèrera, nous l'espérons, de ce corps qui ne l'écoute pas.
♥ MERCI A TOUS ♥
POUR KENZAPOUR KENZAEn savoir plus sur le syndrome IMC : www.sourire-espoir.org

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


(dé)maquillages 7145 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte