Magazine Afrique

L’Afrique continue de battre des records de croissance

Publié le 14 juin 2011 par Ameliepl

Le déplacement d’une forte délégation de MEDEF (le patronat français) en Guinée, la semaine passée, en est un symbole. Les investissements étrangers continuent d’affluer en Afrique et de faire grimper les chiffres de croissance du continent. Il ne reste plus qu’aux populations d’en bénéficier.

L’Afrique continue de battre des records de croissance

En 2010, à peine sortie de la crise économique mondiale, le continent africain affichait 5% de croissance. Une croissance qui vient en majeur partie des investissements des Chinois, des Indiens, des Européens pour les matières premières, le pétrole, les mines de cuivre ou d’or. Ces injections de capitaux entraînent dans leur sillage le développement d’industries locales, de l’hôtellerie, de la téléphonie mobile, des services avec la création d’emplois pour les jeunes.

Bémol pour l’année 2011

Même si l’année 2011 ne sera pas une aussi bonne année. Les crises politiques en Tunisie, en Egypte et en Côte d’Ivoire ont couté cher à ces pays en termes  économiques. Leur activité a été paralysée pendant le premier trimestre 2011. En Côte d’Ivoire, où la crise a duré plus longtemps, le coût sera plus élevé et la croissance 2011 devrait rester négative selon plusieurs spécialistes. Conséquence, l’impact se fera ressentir dans les statistiques globales du continent africain où la croissance ne devrait pas dépasser les 4%.

2012 : Reprise d’une croissance durable même si…

Mais 2012 devrait permettre à l’Afrique de retrouver un rythme de croissance de 5 à 6% annuel grâce essentiellement à la Chine et à l’Inde qui investissent dans  les matières premières africaines. Ces investissements tournent la plupart du temps autour du milliard de dollars. Ils entraînent d’importantes retombées pour l’activité économique générale des zones dans lesquelles ils interviennent. Outre la main d’œuvre locale qui trouve un emploi, il faut aussi, souvent, développer les infrastructures électriques, routières, ferrées, portuaires qui permettront d’exporter les produits de base dont regorge le sous-sol africain.
Le Sénégal entrait bien dan cette mouvance de sortie progressive du sous développement. Une lancée qui est retardée par la durable crise énergétique que subissent les sénégalais malgré les annonces et autres plans (Takkal, par exemple) énoncés par les pouvoirs politiques.

Articles en rapport:


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ameliepl 214 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog