Magazine Santé

FIV : Quelles sont les chances réelles d’avoir un enfant ? – InVS-BEH

Publié le 14 juin 2011 par Santelog @santelog

FIV : Quelles sont les chances réelles d’avoir un enfant ? – InVS-BEH4 chances sur 10, directement par traitement par FIV, peut-on répondre, à la lecture de cette étude, relayée dans le BEH du de l'Institut de veille sanitaire. Son objectif, mesurer les chances, pour un couple débutant un traitement par fécondation in vitro (FIV) dans un centre d'AMP, de finalement réaliser son projet parental grâce aux traitements, suite à une conception naturelle ou à l'adoption d'un enfant. Mais c'est à un résultat très encourageant pour les couples en demande d'enfant que nous apporte cette étude puisqu'au final, 7 couple sur 10 réalisent leur projet parental, y compris par recours à l'adoption.


Le recours à l'assistance médicale à la procréation (AMP) s'est considérablement développé depuis


30 ans en France et permet, chaque année, la naissance de plus de 20.000 enfants. 1,8% de “nos” enfants sont ainsi nés par FIV.


Cette étude de cohorte rétrospective a été menée dans 8 centres d'AMP en France auprès de 6.507 couples ayant réalisé une première FIV dans le centre en 2000-2002. Le parcours de ces couples a été


reconstitué à partir des bases de données des centres d'AMP comportant, bilan d'infécondité, tentatives de fécondation in vitro et caractéristiques, réalisation de transferts d'embryons congelés, issue des traitements en termes de grossesses et de naissances. Les tentatives de FIV n'ayant pas conduit à une ponction ont été exclues de l'analyse (environ 10% de l'ensemble des tentatives). L'issue d'une tentative de FIV a été codée en succès/échec. Ensuite,une enquête postale a été menée en 2008-2010 auprès des couples afin de déterminer l'issue de leur projet parental.


Les résultats sont plutôt encourageants: Le traitement par FIV dans le centre d'AMP a permis à 41% des couples d'avoir un enfant.


Parmi les couples n'ayant pas eu d'enfant durant le traitement dans le centre d'inclusion, 49% ont réalisé leur projet parental dans les années qui ont suivi.


Au final, 70% des couples (64% selon l'estimation basse) ont réalisé leur projet parental durant ou après le traitement par FIV: 48% grâce aux traitements médicaux (FIV ou autre), 11% suite à une conception naturelle et 11% en adoptant un enfant.


Mais l'intérêt de l'étude et de sa méthodologie est qu'elle élargit la notion de succès à celle de «projet parental» en incluant les différentes modalités tant médicales que sociales et naturelles qui peuvent mener à sa réalisation. Ainsi, une fois le traitement par FIV arrêté, si celui-ci n'a pas permis la naissance de l'enfant désiré, le devenir à long terme du projet parental n'en n'est pas pour autant anihilé. L'arrêt du traitement dans un centre d'AMP peut mener à une réorientation du projet,


vers d'autres traitements ou vers l'adoption.


Ces conclusions mettent en évidence l'apport important du traitement par FIV pour ces couples, mais font également apparaître que la FIV n'est pas l'ultime « chance » de ces couples et que d'autres voies sont possibles.


Source: InVS BEH 14 juin 2011 / n° 23-24 “Quelles sont les chances d'avoir un enfant durant ou après une prise en charge pour FIV ?- Une enquête de cohorte rétrospective en France” (Visuels Agence de la Biomédecine)


FIV : Quelles sont les chances réelles d’avoir un enfant ? – InVS-BEH
Accéder aux dernières actualités sur la FIV, à l'Espace Santé de la Femme


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine