Magazine Environnement

Les OGM sont inutiles et dangereux.

Publié le 14 juin 2011 par Valabregue

Les OGM sont inutiles et dangereux. Les belles promesses de leurs fabricants à leur lancement sur le marché européen, il y a plus de dix ans, n’étaient que du vent. Ils n’ont pas réglé le cruel problème de la faim dans le monde : cela relève des politiques publiques d’accès à la terre et aux moyens de production, tout autant que de celles relatives à la répartition des richesses. Ils ont par con- tre démontré leur impact négatif sur l’environnement : leur dissémination est inéluctable et irréversible lorsqu’ils sont cultivés en plein champ, l’utilisation de pesticides repart à la hausse au bout de quelques années, ils ne sont au service que d’un modèle de production intensif, lourd de conséquences so- ciales et écologiques, aberrant du point de vue agronomique et juteux pour les firmes multinationales qui les développent.

Il ne se passe guère un mois sans qu’une nouvelle information, une nouvelle étude, ne vienne enrichir l’argumentaire en leur défaveur. Mais nous sommes encore loin de les avoir éloignés définitivement de nos champs et de nos as- siettes.

Les chiffres parlent d’eux même : Monsanto, c’est 8,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires, dont 4,8 pour les semences, 3,7 pour les herbicides, et un milliard de dollars de profits en 2007. Le marché mondial est excitant pour de telles entreprises. La perspective de rendre dépendants de plus en plus de paysans à leurs produits au moyen des semences génétiquement manipulées et brevetées est bien réelle. Les fabricants d’OGM ne vont donc pas baisser les bras comme ça !

De nouvelles promesses sont aujourd’hui mises en avant : les OGM seraient un moyen sûr pour faire face au changement climatique, grâce à de nouvelles productions qui s’y adapteraient ! Comme hier, elles ne reposent sur aucune base scientifique, mais Monsanto a déjà breveté un millier de constructions transgéniques dans ce secteur “nouveau”.

Certes, les autorisations de mise en culture des OGM en Europe sont données après avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA). Mais nous avons montré en 2010 que plusieurs membres de cette Autorité, au premier rang desquels sa présidente Diana Banati, sont liés de près ou de loin aux fab- ricants et marchands de semences transgéniques.

Les éléments à charge contre les OGM se cumulant, il est logique que les Eu- ropéens soient année après année très majoritairement contre leur culture en plein champ et leur consommation. Aux élus de prendre en considération l’exigence démocratique. Nous ne voulons pas d’OGM, nous savons pourquoi, et ça tombe bien : nous n’en avons pas besoin.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Valabregue 515 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog