Magazine Education

Pour l’Humanité, la réussite scolaire des élèves doit être sacrifiée sur l’autel de la mixité sociale

Publié le 21 juin 2011 par Veille-Education

Aucune remise en cause de la gouvernance de certains établissement publics mais un ennemi : la liberté scolaire
Dans la Cité des papes, l’enseignement catholique privé bénit l’assouplissement de la carte scolaire. Prof d’histoire-géographie, Philippe Brenier peut en témoigner. Son établissement, le collège Giera, se battait depuis des années contre la fuite des meilleurs élèves avec son label « ambition réussite ». Le « libre choix » de l’établissement, à la rentrée 2007, a accéléré le phénomène, et la perte de 87 élèves à la rentrée 2008, lui a été fatale. « Le conseil général en a pris prétexte pour décider de sa fermeture, en juin 2009. »

La répartition des 322 élèves dans deux établissements plus huppés a provoqué un deuxième désastre. Les élèves les plus privilégiés ont de ce fait commencé à migrer vers le privé. Résultat, « le nombre de sixièmes inscrits dans le privé à Avignon a bondi, pour atteindre 27 % à la rentrée, contre 20 % pour la moyenne nationale ». Au total, 1 067 élèves ont fui les collèges publics en six ans à peine.

Ces chiffres ont été obtenus grâce à une étude indépendante commandée par le conseil général du Vaucluse, car l’État, lui, se refuse à évaluer l’application de la promesse de Nicolas Sarkozy. Face à ce silence, le Syndicat national des chefs d’établissement a mené une enquête auprès de 2 758 collèges et lycées.

Terrible constat : la ghettoïsation des établissements en zone d’éducation prioritaire est indéniable. En à peine trois ans, 10 % d’entre eux ont perdu le quart de leurs effectifs, et 39,7 % ont connu une baisse.
Source


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Veille-Education 270 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines