Magazine Education

Mythe — C’est grâce à la Révolution française et à la République que l’enseignement est devenu public et gratuit

Publié le 21 juin 2011 par Veille-Education

C’est faux : contrairement à une idée très répandue, la France n’a pas attendu 1789 et la République pour décréter que l’enseignement pouvait être gratuit et exister hors du giron de l’Église catholique. Le IIIe concile de Latran, en 1179 avait déjà formulé le principe de gratuité de l’enseignement1, même si ce privilège était réservé en priorité aux clercs. Au XVIe siècle, les collèges jésuites proposaient également un enseignement gratuit pour les garçons (non-clercs). À la même époque, dans le sud de la France, les écoles sont principalement laïques et dominées par les municipalités2.

La Révolution française va renverser l’avantage en faveur des écoles d’État. En 1792, Condorcet rend un Rapport sur l’instruction publique dans lequel il préconise la nationalisation et la gratuité de l’enseignement. Mais la loi fondatrice dans ce domaine, c’est la loi Falloux de 1850 qui institue la liberté de l’enseignement et distingue les écoles publiques, fondées et entretenues par les communes, des écoles libres, créées ou gérées par des particuliers. Ce n’est enfin que par la loi de 1881 que les écoles primaires françaises furent déclarées gratuites pour tous. Cependant la gratuité de l’enseignement et sa laïcité sont bien plus anciennes.

Selon Jean Sévillia « L’école laïque, gratuite et obligatoire » constitue un mythe fondateur de la IIIe République [après 1870]. Cependant ni le principe de la gratuité de l’enseignement ni celui de son obligation ne datent de cette époque : les petites écoles de l’Ancien Régime n’étaient pas payantes, les milliers de Frères des écoles chrétiennes donnaient un enseignement gratuit depuis 1681, pour instruire gratuitement les enfants du peuple ; et Louis XIV avait édicté l’obligation scolaire jusqu’à quatorze ans, en 1698.

En 1880 à la chambre des députés, Paul Bert, personnalité marquante du parti républicain, reconnaissait que 85 % des enfants étaient scolarisés dans le primaire mais mal scolarisés car ils l’étaient par l’Église…. l’important dans les lois Ferry, c’est la laïcité [ou le laïcisme]. En 1998, Jean-Michel Gaillard fit remarquer lors d’un colloque organisé à la Sorbonne, que « la laïcité loin d’être idéologiquement neutre, était un combat mené par les instituteurs contre la monarchie et le cléricalisme ». En décrétant la laïcité, Ferry veut en réalité que les enfants soient coupés des milliers de religieuses et de religieux qui se consacrent à l’enseignement primaire3.

« Théoriquement, l’« école obligatoire » date de Louis XIV et non de Jules Ferry. »4 Le principe de l’obligation scolaire se trouve déjà en 1698 dans un un édit de Louis XIV, même si celui-ci fut peu suivi d’effets. À l’étranger, il avait été mis en œuvre par la Prusse monarchique en 1717, ébauché par l’Autriche impériale en 1774 avant d’y devenir effectif en 1869.

Les frères des écoles chrétiennes dispensaient déjà aux enfants du peuple une instruction gratuite.

Et la loi Guizot en 1833 garantit la gratuité de l’école pour les indigents. Là où Jules Ferry va innover, c’est vrai, c’est en liant gratuité et obligation avec la laïcité militante5…

[1] « L’Église étant obligée, comme une bonne mère, de pourvoir aux besoins corporels et spirituels des pauvres, le concile ordonne qu’il y aura, pour l’instruction des pauvres clercs, en chaque église cathédrale, un maître à qui l’on assignera un bénéfice suffisant, et qui enseignera gratuitement ; que l’on rétablira les écoles dans les autres églises et dans les monastères, où il y a eu autrefois quelque fonds destiné à cet effet ; qu’on n’exigera rien pour la permission d’enseigner, et qu’on ne la refusera pas à celui qui en sera capable, parce que ce serait empêcher l’utilité de l’Église. » Source : http://catho.org/9.php?d=bq1#bb.

[2] Jacques Georgel, Anne-Marie Thorel, L’enseignement privé en France, du VIIIe au XXe siècle, Dalloz, 1995.

[3] Jean Sévillia, Historiquement correct, pour en finir avec le passé unique, p. 284.

[4] François Bluche, Louis XIV, Fayard, Saint-Amand-Montrond 2002, p. 494.

[5] Jean Sévillia, Quand les catholiques étaient hors la loi, Perrin, 2005, p. 70.
Source


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Veille-Education 270 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines