Magazine Info Locale

Propos du père François du 20 juin 2011

Publié le 21 juin 2011 par Maurice Puault

 

Père François

Romainville le 20 juin 2011

Propos du père François

Décidément, je crois qu’il va falloir supprimer la fête de la ville . 1)

Les travaux en cours avaient déjà écarté la moitié des stands .

Sur ceux qui restaient, plusieurs n’ont même pas été ouverts et l’assistance était squelettique.

Je ne pense pas que ce soit spécialement la faute de la Mairie (qui va nous raconter, dans le prochain journal local, qu’une foule en délire s’est rassemblée toute la journée, et publiera des photos savamment choisies à l’appui de ses dires… 2)) mais il faudrait que cette dernière se remette en question et renouvelle ses initiatives au lieu de pratiquer une stupide méthode Coué.

Le défilé des « personnalités » était pitoyable ; j’y ai aperçu avec plaisir Elizabeth Guigou, un peu seulette, tandis qu’en tête de cortège figuraient les célèbres concubins, flanqués d’un petit homme, qui, m’a t-on dit a tenté de se faire passer pour notre député mais qui a du se faire expulser car je ne l’ai pas revu après.

J’ai redit à notre députée le désir de la population de la voir rester à notre tête ; elle m’a répondu que c’était le bureau national du PS qui attribuait les circonscriptions 3) ; j’espère alors que cet organisme saura écarter de chez nous M. Bartolone malgré la lèche effrénée 4) qu’il fait à Martine Aubry (ça a du lui faire plaisir de retrouver rue de Solférino Laurent Fabius…).

Quand les mêmes « personnalités » ont visité les stands il était tordant de les voir, à l’approche du nôtre (celui de l’association pour la sauvegarde du château de Romainville, qui a eu, jusqu’à présent les résultats que l’on voit…) tourner la tête partout sauf vers nous et faire comme si c’était par inadvertance qu’ils ne nous avaient pas salué.

Eh bien, ils auraient du s’approcher de nous, car ils auraient vu le clou de la journée : une œuvre d’art unique que je m’étais difficilement procurée ; je vous parle bien sûr du tableau du célèbre Jacques Champion représentant le château de Romainville tel qu’il serait si on le restaurait. 5)

C’est curieux, personne n’a eu l’air de le trouver terrible. (Encore un génie qui va rester dans l'ombre, quelle perte)

Même l’auteur, quand il est passé devant nous, ne lui a pas prêté la moindre attention, et il a fallu que je hèle la maire Valls pour qu’elle le contemple, mais avec un sourire grimaçant et contraint.

M’ennuyant sur mon stand, ne voyant personne, je me remémorais les fêtes de la ville d’antan. 6)

Vous rappelez-vous, par exemple, celle où des copains avaient réalisé et diffusé une photo de la maire Valls déguisée en bonne sœur ou en Ste Thérèse, je ne sais plus trop.

Cette blague de potache, pas méchante au demeurant, avait suscité la fureur du concubin qui s’était jeté, preux chevalier sur un distributeur.

Au conseil municipal, nous avions eu la stupeur amusée de voir Gerald Calzettoni prendre la parole alors qu’il n’était mandaté par personne (avez-vous noté que la majorité municipale évite autant que faire se peut de laisser les verts parler, car, sans être méchant, le moins qu’on puisse dire, c’est que ce ne sont pas des orateurs ?) et réclamer en bafouillant que Stéphane Weisselberg, responsable du comité citoyen, présente des excuses à la maire Valls.

Tels sont les transfuges : ils en font toujours trop et interviennent hors de propos. (L'ambition, fait faire n'importe quoi pour ce faire remarquer ! Ensuite, il est plus facile de réclamer une p'tite place)

J’avais répondu à Gerald à cette époque et je ne vais pas me fatiguer à recommencer.

Je vais revenir, en revanche, sur un de mes derniers propos, dans lequel je rappelais le suicide de Régis Daguzan, et le fait que cet homme (quand il était vivant car je ne fais pas parler les morts) était venu me trouver un jour pour m’inviter à continuer de fustiger Gerald, ce qui m’avait beaucoup surpris car ce dernier se présentait comme un de ses amis et l’a encore fait pendant la crémation au Père Lachaise.

Régis a renouvelé plusieurs fois ses encouragements.

Si je n’ai pas cité le nom de Gerald dans mon propos, ce n’est pas par « lâcheté » comme il l’affirme dans un commentaire que me signale mon copain Maurice, c’est tout simplement par « pitié » 7), car si des gens comme lui me navrent par leur petitesse, leur médiocrité et leur absence du moindre talent, je ne veux cependant pas m’acharner contre eux et les déconsidérer, vis à vis de leurs proches surtout.

Gerald parle aussi , à mon propos, de « délation », ce qui signifie « dénonciation inspirée par des motifs méprisables ».

Vraiment, Gerald, ce n’est pas gentil ; je vise seulement à essayer de t’amender 8), même si cette tâche me semble d’une difficulté surhumaine.

Je l’ai déjà dit : je veux seulement mettre à nu les pantins, leur ôter les oripeaux qui leur permettent de faire illusion.

Pour toi, Gerald, je l’ai déjà fait .

« Perseverare diabolicum ».

Tu verras qu’un jour, tu me remercieras.

Salut à tous .

François Le Cornec.

PS : et ne fais semblant, Gerald, de croire que je parle ici au nom de Stephane Weisselberg ; mon ami m’inquiète en effet, quand je le vois se rapprocher de gens comme toi, car il le fait avec sincérité 9) et il est évident que nos chemins divergent (et ce n’est pas d’hier).

J’essaierai de lui garder mon estime et mon affection, car, humainement et intellectuellement, c’est vraiment un type bien, ce qui n’est pas le cas de tout le monde si tu vois ce que je veux dire.

- - - - - - -

Commentaire de maurice

1) Surtout qu'elle est devenue bien triste cette fête pour les Romainvillois qui le sont de vieilles dâtes, pour ceux qui arrive cela doit être très bien de voir des ouvriers, ils doivent en fréquenter si peu en temps ordinaire !

2) Ça, ils savent très bien faire, comme faire des prises de vues sans que tous les participants soient vus ; certains ne doivent pas être présents, et cela leur convient très bien surtout que j'attends depuis de nombreuses années des photos prises lors d'une remises de médailles où j'étais présent (et j'ai proposé de les payer).

3) Souhaitons que cela ne fasse pas comme à Noisy-le-Sec avec le résultat que l'on sait (sans avoir du ressentiment pour l'élu), mais l'ego fait des ravages et depuis quelque temps l'ambition à prit le pas sur tout le reste ! Les pousses-toi que je m'y mette est devenu la norme.

4) Après la lèche, vient le sus-pet ! Là aussi l'ambition mellée à l'égo fait des ravages et peu importe le prix que les administrés paieront (dans tous les sens du terme).

5) Envoie-le moi, OU mieux invite-moi à venir le photographier, j'en ferai profiter les Romainvillois ! Un tel artiste ne doit pas rester méconnu ; au moins si le vent tourne, il sait où se recycler. Mais au fait, il y a d'autres artistes peintre à Romainville, peut-être qu'ils ont fait eux aussi un tableau du château ? De nombreuses photos existent, mais en peinture... je me renseigne auprès l'un d'eux.

6) Autres temps, autres moeurs, mais il est vrai que les Romainvillois qui ne sont pas de fraîche date doivent les regretter amèrement ! Où sont les défilés qui partaient de toutes les écoles et les stands sur le stade Stalingrad... ça, c'était une fête, pas ce que l'on voit actuellement ; mais comme je l'ai écrit plus haut, cela permet aux nouveaux habitants de côtoyer ce qu'il reste d'ouvrier à Romainville. Qu'ils en profitent vite, l'embourgeoisement (je ne vais plus employer le mot gentrification, parlons français) vient à grands pas.

7) Recevrais-tu un coup de pied de l'âne ? Pas à ce point quand même. Juste le field !

8) Comme quoi tu n'es pas récompensé à la juste valeur des tes bonnes actions, espérais-tu le contraire ?! Quand à te remercier, je ne pense pas qu'il en soit arrivé là, le chemin à parcourir est trop escarpé.

9) C'est ce qui est triste, car il a pourtant reçu des coups de sont aveuglement il y a quelques années. Comme quoi, même ceux qui sont parmi les meilleurs ne retiennent pas les leçons de leur histoire.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Maurice Puault 742 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine