Magazine Société

Convictions Intimes

Publié le 21 juin 2011 par Opinion Sur Rue

Convictions Intimes

La France est un pays d’idées ; une nation de penseurs et de philosophes. Là où tout n’est qu’idée, luxe, calme et volupté. Car qu’il s’agisse de politique, de justice ou de questions sociales, la pensée s’évertue à bâtir un monde juste. Batman, Spiderman, Rama Yade ou Karine Granval… Chacun tente, à sa manière, de se convaincre dans des certitudes parfois préceptuelles que rien ne peut ébranler la pérennité de notre belle société. Par ce que là, l’abstraction se doit la Vérité, le verdict : il est essence – mais trop souvent tâche d’huile.

Cette semaine, injonction était faite aux Convictions Intimes d’ordonner formellement l’appareil judiciaire. Des crimes, des coupables, des faits supposés et un bon paquet de doutes ; à la fin de l’émission, Justice DOIT pourtant être rendue. Et c’est face caméra, sur écran TV ou cinéma, que vont s’enchainer les erreurs d’un système-spectacle, pour produire des happy-ends, pour enfanter des coupables, pour résoudre l’unique question : « qui va payer ? ». Et pour tenir la trame de l’histoire, personne ne sera épargné, pas même au nom de toutes ces années à l’ombre perdues. Perdues pour rien, à part pour donner la pure illusion qu’à chaque crime, la Démocratie peut répondre par le tranchant de sa dague impartiale.

  • Faire plaisir à l’opinion publique en désignant un coupable. Sans quoi, le peuple douterait des capacités de son pays à régir l’ordre commun. Omar Raddad.

Convictions Intimes

  • Un système embourbant, kafkaïen, dont personne ne peut sortir indemne. Alfred Dreyfus.

Convictions Intimes

  • Les dreyfusistes, jamais pervertis par le pathos médiatique imposé – ou de ceux qui doutent de la véracité des jugements.Procès Outreau.

Convictions Intimes

  • Une cour injuste, blessant constamment l’équité en demandant des comptes à des individus souvent incapables de se défendre. Patrick Dils.

Convictions Intimes
Et tant d’autres…

Honni soit qui mal y pense. Après le verdict arbitraire, combien devront être encore réhabilités, acquittés ? Dans ce pays où l’on juge le peuple sans preuves, ce pays où l’on condamne sur un seul – oui, un seul – sentiment d’assurance. Hier, Yvan Colonna a été muré dans la peine maximale, malgré des preuves minimales. La vie d’un préfet de la République n’équivaut pas à la vie d’un homme peut-être non-coupable. Que voulez-vous, les jurés partageaient des convictions intimes. Avant de juger actes et propos, pensez a priori, loin de toute expérience : « Sans preuves, vous ne pouvez pas condamner quelqu’un sur la base de RIEN. »

 

Pour aller plus loin.

Définition d’« accorder le bénéfice du doute » : A défaut de preuves patentes, renoncer à considérer quelqu’un comme coupable.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Opinion Sur Rue 366 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine