Magazine Environnement

« La qualité c’est, avant tout, une question d’état d’esprit » – Azelarab El Harti, Prix du Qualiticien 2010

Publié le 22 juin 2011 par Massolia

Il transparait quelque chose de la communication avec Monsieur le Président Directeur Général de Centrelec qui n’a d’égal que la clairvoyance de celui qui sait d’où il vient et où veut-il arriver.
Les trajectoires de beaucoup d’hommes d’affaires marocains prouvent, si besoin en est, qu’au Maroc, comme ailleurs, l’esprit d’initiative, la créativité et la ténacité sont des valeurs tout aussi sûres qui, très souvent, sont déterminantes. Azelarab El Harti, PDG de Centrelec, société spécialisée dans la distribution et la fabrication des produits et solutions en automatisme industriel, électrotechnique et électronique de puissance, en est un bel exemple.
Le recul de ses années d’expérience lui permet d’affirmer que « l’Entreprise doit se mettre au service de la Nation » et que l’Entreprise doit faire l’effort du développement de son capital humain, parce qu’elle ne serait rien sans ses ressources humaines.
Capitaliser sur ses ressources humaines passe, notamment par une sensibilisation à la valeur de la relation-client et à l’impératif de la création de la valeur qui « n’est pas simplement, se faire de l’argent », insiste M. El Harti, c’est d’abord se donner les moyens de satisfaire ses besoins.
La satisfaction du client externe est intrinsèquement liée à la satisfaction des collaborateurs. Autrement dit, plus un salarié est motivé, mieux il répondra aux besoins de ses clients.. Savoir communiquer est également une compétence de savoir-être que l’entreprise privilégie. Et parce qu’une équipe performante est tout d’abord une équipe compétente, Centrelec investit largement dans la formation de ses collaborateurs. Les axes directeurs qui orientent cette politique consistent à renforcer les compétences techniques et l’expertise professionnelle pour accroître la compétitivité de l’entreprise, à anticiper et à accompagner le développement de l’entreprise et affirmer les compétences managériales. La culture d’entreprise de Centrelec est ainsi basée sur l’engagement, la rigueur, la transparence, l’équité et l’esprit d’équipe.
En matière de prévention, Centrelec recherche l’excellence. Consciente qu’une bonne performance dans ces domaines est également synonyme de bonnes performances pour l’entreprise, elle s’engage fermement sur la question de la santé et de la sécurité. Ainsi, l’évaluation des risques a été placée au cœur de sa politique RH. «Nous accordons une grande importance à la sécurité dans la gestion de nos hommes, au sein de nos locaux et sur les chantiers. Nous avons une lourde responsabilité: celle de créer des conditions de travail favorables pour préserver la santé de nos collaborateurs. Notre premier capital, à Centrelec, ce sont les 209 femmes et hommes qui y travaillent». À cet effet, cette entreprise sensibilise le top management et le management intermédiaire sur le rôle de la sécurité au travail puis le décline à l’ensemble des collaborateurs.

Le prix reçu fin 2010 est une reconnaissance de ses pairs, industriels et qualiticiens qui lui a été décerné après un vote à l’unanimité. Le parcours de M. El Harti est un parcours d’auto-didacte qui a fait de son sens de l’observation et de son esprit critique la meilleure arme. Il a développé un style management propre en prenant pour référence, dans le sens de l’éthique musulmane, les meilleures pratiques de la gestion des affaires familiales managériales théoriques qu’il a travaillé à adapter à la réalité de la grande entreprise industrielle, en puisant dans les apports des théories du management.

Après l’obtrention de son Baccalauréat dans les années 70, il est envoyé par son père développer une minoterie qu’il venait d’acquérir à Berkane. Mission réusie avec brio.
Au moment de rentrer à Casablanca, Azelarab El Harti n’y va pas à l’aveuglette mais bien pour relever un nouveau challenge. Cette fois-ci, il prend en charge ce qui deviendra Centrelec, le fleuron des solutions industrielles d’aujourd’hui. Créée en 1979, la petite affaire familiale de revente de composants électriques au capital de 20 000 DH n’employait que cinq personnes, au moment où il prenait les commandes en 1981. Le chiffre d’affaires était d’à peine 4 MDH. Comme à l’accoutumée, il va commencer par moderniser les méthodes de travail et mettre à niveau les ressources humaines. Il mène sa barque comme il peut pour faire évoluer la société. Il faudra attendre 1984 pour que se produise un événement qui va donner une nouvelle dimension au business. En effet, Centrelec obtient la carte d’une marque suisse de référence dont il sera le représentant exclusif au Maroc. La société élargit alors son réseau de distribution pour avoir une envergure nationale. Centrelec, revendiquait alors 25% de son segment (composants électriques hors interrupteurs) et avait entre-temps embauché 13 personnes. En 1993, la marque suisse est rachetée par Rockwell Automation. Depuis, Azelarab El Harti sait que l’erreur n’est plus permise et qu’il faut trouver les moyens de développement de l’entreprise pour assurer sa pérennité.
La société investit ensuite dans un complexe qui abrite le siège et une nouvelle usine et s’y installe en 2006. Un an auparavant, elle avait obtenu la certification Iso 9001-2000 et le prix d’excellence distributeur agréé Rockwell Automation.

M. El Harti fait, par ailleurs, preuve de beaucoup de dynamisme dans le secteur associatif en s’impliquant dans la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) comme vice-président de la commission «Innovation et relations avec l’université» ou au sein de l’Union marocaine de la qualité (UMAQ) dont il est membre du bureau. La sagesse populaire marocaine rappelle, à juste titre, que « la connaissance des hommes est un trésor ».


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • El Guincho – Bombay

    Clip absurde et créatif pour les espagnoles de El Guincho, qui sert de trailer pour le film Bombay :El Guincho – Bombay from CANADA on Vimeo. Lire la suite

    Par  Ashk
    CULTURE
  • El Magnifico

    Magnifico

    1973Enzo BarboniE poi lo chiamarono il magnificoAvec: Terence Hill, Gregory Walcott, Harry Carey Jr.A tout bien réfléchir, ce cinéma là, méprisé et vilipendé pa... Lire la suite

    Par  Tepepa
    CINÉMA, CULTURE
  • El Shaddai effectue son Ascension

    Shaddai effectue Ascension

    Attention les yeux ! El Shaddai : Ascension of the Metatron revient illuminer nos écrans avec une nouvelle garnison d’images aussi colorée que celle mise en... Lire la suite

    Par  Axime
    HIGH TECH, JEUX VIDÉO, SONY PLAYSTATION
  • El Chalten

    Chalten

    En patagonie Argentine, un peu au Nord d’el Calafate se trouve la capitale du trekking Argentin: El Chalten.Question pratique pour commencer : pour y aller en... Lire la suite

    Par  El Manito
    VOYAGES
  • El pana : oreille a mexico

    pana oreille mexico

    A 57 ans, le fantasque torero mexicain (on le voit faire le paseo avec le cigare) a coupé une oreille lors de la corrida de dimanche dans la Monumental de... Lire la suite

    Par  Jeanmi64
    AUTRES SPORTS, SPORT
  • Attack El Robot : premier album

    Attack Robot premier album

    Avec un nom qui aurait plutôt tendance à nous transporter dans le futur, Attack El Robot nous invite au temps du Far West avec une musique inspirée de Calexico... Lire la suite

    Par  Guillaume Joubert
    CULTURE, MUSIQUE
  • Solo el Sol

    sólo el sol el sol solamente solo en el cielo y yo tan solo a solas con el sol sonrío simplemente Jorge Eduardo Eielson seul le soleil seulement le soleil... Lire la suite

    Par  Vertuchou
    POÉSIE

A propos de l’auteur


Massolia 4656 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog