Magazine Santé

OUI aux protocoles PLURIDISCIPLINAIRES

Publié le 22 juin 2011 par Santelog @santelog

OUI aux protocoles PLURIDISCIPLINAIRESLes protocoles pluridisciplinaires sont au cœur de la réforme de la santé initiée par la loi HPST du 21 juillet 2009. Elle instaure la reconnaissance des soins de premier recours autour des équipes de soins ambulatoires.

Cela implique la mise en œuvre de protocoles pluridisciplinaires.

Les protocoles sont fondés sur l’idée de mobilisation au plus juste de ce que l’état de santé d’un malade nécessite. Ce principe d’efficience ou de justes soins apparaît comme en contradiction avec le discours dominant qui voit chaque acteur de santé entonner l’antienne : « Nous réclamons plus de moyens !».

Une fois pour toute, intégrons le principe simple suivant : la France est championne du monde des dépenses de santé, les moyens sont là. La question doit être : comment les utiliser mieux ?

La première réponse à cette question réside dans l’évolution vers les coopérations entre professionnels de santé. Elle est aussi inéluctable que souhaitable.

Inéluctable car l’aspiration à travailler en équipe de soins est partagée par tous les professionnels du soin ambulatoire.

Inéluctable et contradictoire avec les législations successives qui ont veillé à maintenir l’isolement des professionnels comme règle de fonctionnement (il suffit de rappeler l’interdiction de salle d’attente commune à plusieurs professions, levée il y a peu).

Inéluctable car les professionnels sont avides d’échanger et de coordonner leurs actes pour améliorer la prise en charge de leurs patients.

Les avantages des coopérations et coordinations foisonnent :

  • première réponse aux évolutions défavorables de la démographie des professions de santé ;
  • réponse aux défis de l’explosion des maladies chroniques et des polypathologies en modernisant la prise en charge des patients car les progrès technologiques médicaux facilitent l’émergence de nouveaux partages de compétence entre professionnels de santé,
  • réponse à l’aspiration des professionnels à faire évoluer leurs activités et leurs compétences tout au long de la vie. Les coopérations pluridisciplinaires ouvrent à un partage des activités de soins et à une réorganisation du mode d’intervention auprès des patients.

Non seulement les coopérations permettent de répondre au triple défi de la réduction du nombre de soignants, de l’augmentation du nombre de soignés en même temps que celle des disparités régionales, mais elles permettent également une meilleure utilisation des dépenses de santé.

Elles permettent de libérer l’initiative des professionnels tout en améliorant l’organisation de la prise en charge de la santé des patients dans un territoire donné. Et, cerise sur le gâteau, ce dispositif rencontre l’adhésion d’un nombre de plus en plus important de professionnels qui s’engagent dans ces formes nouvelles de coopération.

Il répond donc aux aspirations des professionnels, modernise les prises en charge des patients et assure l’efficience des dépenses.

Que peut-il bien se passer pour qu’il ne se passe rien ?

Les professionnels les plus dynamiques se sont évidemment emparés du potentiel du dispositif.

Ils se sont heurtés aux méandres de la machine administrative qui semble ne pas avoir de limite dans la multiplication des obstacles, notes et circulaires de plus en plus complexes.

Quelques collègues hospitaliers, plus au fait du langage administratif, de ses pièges et chausse-trapes, sont parvenus au bout du chemin de croix de la validation.

Il n’en reste pas moins qu’aucun protocole pluridisciplinaire n’a encore pu être mis en place en ambulatoire.

Pourtant, nous connaissons dans toutes les régions des porteurs de projets dynamiques, désireux d’exercer différemment pour redonner du sens à leur activité et améliorer la prise en charge de la santé de leurs patients.

Il faut cesser de décourager les plus enthousiastes et de multiplier les obstacles qui brident l’esprit d’innovation.

Vous avez dit protocoles pluridisciplinaires ?

Editons une circulaire qui réconcilie l’administration et les professionnels de santé. Cette circulaire est aussi essentielle que simple puisqu’elle tient en une phrase : « Chaque ARS doit développer au moins un protocole de coopération pluri-disciplinaire ambulatoire avant la fin de l’année. »

Relevons le défi.

Source : Pour un nouveau système de santé.
Contact : Martial Olivier-Koehret, médecin généraliste – mok@chartesante.fr

OUI aux protocoles PLURIDISCIPLINAIRES
Accéder aux dernières actualités sur la loi Hôpital, à l’Espace Médecin


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 67150 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine