Magazine Formation

Violence à l’école : le ministre de l’Éducation s’est enfin décidé à réagir

Publié le 27 juin 2011 par Soseducation

Pour plus de discipline et de respect dans nos écolesSOS Éducation salue l’initiative du Ministre de l’Éducation qui a publié ce week-end deux décrets sur les sanctions et la discipline à l’école.

Ces décrets ont fait l’objet d’un soutien actif des membres de la communauté éducative rassemblée autour de SOS Éducation : plus de 60 000 personnes se sont mobilisées autour de la pétition lancée par SOS Éducation.

« Il était temps », souligne Olivia Millioz, porte-parole de SOS Éducation. « Le Ministre de l’Éducation envoie enfin un signal fort aux élèves, aux professeurs et aux chefs d’établissement pour préparer une rentrée scolaire 2011 différente des précédentes. » Ce décret rappelle en effet qu’il est légitime de sanctionner un élève en cas de faute grave et instaure que cette sanction doit être automatique donc immédiate.

C’est la première fois depuis 25 ans qu’un texte vient renforcer l’autorité des professeurs et des chefs d’établissement. Il permettra à chacun de mieux assumer ses responsabilités : élèves, parents, professeurs et chefs d’établissements.

Pour SOS Éducation, les décrets qui viennent d’être publiés, sont extrêmement importants si l’on veut réussir à terme à préserver la paix dans nos écoles, ne plus y voir ni harcèlement, ni violence.

Une dernière étape reste à franchir : responsabiliser les vrais grands perturbateurs dans nos écoles, ceux pour lesquels la seule réponse que peut apporter l’institution est l’exclusion définitive.

SOS Éducation demande que les élèves hautement perturbateurs sanctionnés par une exclusion définitive deviennent acteurs de leur réintégration. Aujourd’hui c’est l’administration qui se charge automatiquement de leur trouver un nouvel établissement et l’élève n’est absolument pas responsabilisé dans sa démarche. « Les adultes peuvent accompagner l’élève hautement perturbateur pour lui permettre de réintégrer un cursus scolaire normal. Mais in fine c’est lui qui doit faire la démonstration qu’il souhaite continuer ses études et adopter un comportement responsable dans son nouvel établissement d’accueil, c’est à lui de faire la démarche et non au recteur ou à l’inspecteur d’académie de s’en charger » insiste Olivia Millioz de SOS Éducation.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Soseducation 4729 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine